TRISTE RETOUR A GRENOBLE…

Nous recevons d'un grenoblois ce message et ces photos qui illustrent parfaitement l'écoeurement qu'il ressent à la vue du Grenoble de Piolle.

"Ce n'est qu'une partie des œuvres d'art exposées sur nos murs ; ces derniers mois cela n'a fait que se développer même dans des rues qui se croyaient un peu à l'abri des asociaux prennent un malin plaisir à dégrader, casser et brûler le travail effectué par les autres"

"Quand au parking relais Catane, il sert de terrasse, de piste de jeux, voire de boite de nuit certains soirs. Revenu à Grenoble après 25 ans, je n'ai qu'une envie : repartir car je pense fortement que les dirigeants actuels ne connaissent ni leur ville, ni les problèmes et je ne suis pas le seul à le penser."

"Lorsque j'ai vu le panneau installé récemment sur la pelouse j'ai cru revoir un tract du président "Hô" " ...

Vous n'êtes pas non plus le seul à le penser. Eric Piolle théorise l'abandon, le laisser aller et la dégradation. ça s'appelle "entretenir mieux". Ce qui rend certaines aires de jeux pour enfants inaccessibles, des ordures et des déchets camouflés dans les hautes herbes, l'arrivée des moustiques avec les eux stagnantes et sales, la crainte des serpents dans les parcs.

Mais partout les grenoblois se révoltent contre cet abandon. Un habitant du groupe Moyrand (rue Élie Cartan, rue Tourville, rue Condé, rue Duplex..) nous adresse aussi ces images accablantes de "la sortie du confinement" et de la "nature épanouie" vues par Eric Piolle!