INAUGURATION DU SIÈGE de PIOLLE : DE BIDES EN BIDES

Eric Piolle cumule les bides. Les grenoblois l'ont déserté. Hier 80 à 100 d'entre eux étaient présents à la "grande fête" d'inauguration de son siège rue Brocherie. Malgré les flonflons, le DJ et tout le reste.

PAS D'AUTORISATION DE BARRER LA RUE BROCHERIE

Bien entendu , contrairement à Alain Carignon lors de l'inauguration de son siège, il n'avait demandé aucune autorisation de barrer la rue Brocherie comme il est obligatoire de le faire: Il est au dessus de la loi commune qu'Il impose à tout le monde. C'est une voiture qui barrait la rue, pas une rangée de vélos. Hier soir " Grenoble en communs" dans l'illégalité était bien le Grenoble de quelques uns.

LA CITOYENNETÉ C'EST POUR LES AUTRES

Pour bien montrer la continuité dans le mépris ils ont d'ailleurs laissé leurs traces : pas question d'être propres. La citoyenneté prônée à longueur de discours c'est bien pour les autres. Les riverains sont heureux de ce passage!

UN TERRIBLE RECUL PAR RAPPORT à 2014

Quand on se rappelle sa campagne de 2014, on mesure le terrible recul qu'il est en train d'enregistrer. Une vraie débandade. Même dans les pseudo réunions programme -celui-ci est déjà bouclé par les communicants- on voit Sadok Bouzaienne, Christine Garnier, Vincent Comparat qui font la claque avec un noyau de plus en plus restreint. Les grenoblois désertent la campagne et ne demeurent que les affidés et le réseau clientèle intéressé.

PERSONNE DANS LES COQUILLES VIDES

Les différentes coquilles vides censées l'avoir rallié ne représentant personne, elles ne peuvent pas aider à remplir les salles. D'autant que leurs dirigeants attendent leurs places. Tout comme les 11 Insoumis sortants qui veulent aussi négocier.

30 GRENOBLOIS AVAIENT RÉPONDU à SON APPEL

Déjà en appelant les grenoblois à venir massivement poser avec lui pour son affiche de campagne, Eric Piolle avait subi un cuisant échec : 30 grenoblois, enfants compris avaient répondu à son appel.

LE VENT DU CHANGEMENT SOUFFLE

Quand on se souvient de l'inauguration du siège de l'alternance avec Alain Carignon et le collectif de la société civile on mesure bien ou le vent souffle... Du côté du changement. Car la largeur de la rue Brocherie et de la rue de la République ne se comparent pas.