NOUS SOMMES à GRENOBLE

NOUS SOMMES à GRENOBLE
14 février 2020
    

Pas en banlieue. Ni dans le tiers monde. Mais avenue Marcelin Berthelot dans le cadre de cette ville pour laquelle Eric Piolle estimait (engagement 87) : “trop souvent quand nous nous déplaçons dans la ville nous constatons que l’espace public est sale, mal entretenu, triste laissé à l’abandon. Un effort conséquent sera mené en matière de propreté urbaine, d’animation de l’espace public par l’implantation de mobiliers urbains”.

Ça vaut la peine d’être rappelé. A côté de ce dépotoir un autre sous-phare de l’humanité, Yann Mongaburu (Verts/Ades) avait implanté avec force publicité et commentaires un garage à vélos qui n’était pas un vulgaire garage ! Non, un lieu de rencontre et plus si affinités.

Il faut se replonger dans la lecture de sa gonflette sémantique pour se tordre de rire. Evidemment le coût de l’opération n’est pas connu. Après des années ou l’installation est devenue une friche urbaine supplémentaire, il a été très discrètement démonté et a disparu du paysage ne laissant aucune trace ni souvenir.

N’est-ce pas une métaphore de ce qui les attend ?