Guy TUSCHER : “LA MAJORITÉ EST MUSELÉE”

« Lorsque nous étions dans la majorité, nous n’avions pas le droit de répondre directement aux médias sans en référer au cabinet du maire, nous étions muselés, aucune tête ne devait dépasser. Et comme nous étions novices en politique, on suivait comme des moutons » a affirmé au DL (29/5/18) Guy Tuscher élu sur la liste Piolle. Il confirme les propos d’Hakim Sabri (Verts/Ades) l’Adjoint aux finances qui avait éclaté parce qu’il avait reçu l’ordre de reprendre les éléments de langage du cabinet pour répondre à un journaliste.

LES ELUS VERTS/ADES d’AVRILLIER/COMPARAT DIRIGENT le PREMIER GROUPE de la MAJORITÉ

Depuis lors  Laurence Comparat l’Adjointe (Verts/ades) du clan qui secondait le cabinet dans le verrouillage a sauté tant elle s’était rendue insupportable. Son père Vincent Comparat, le Président des Verts/ADES et Raymond Avrillier dirigent de fait le premier groupe de la majorité. L’air est devenu si irrespirable que nombre d’élus ont préféré disparaître des radars. Ils viennent encore errer au conseil municipal comme des fantômes mais expriment leur désapprobation par un boycott de fait.

NE DEMEURE PLUS QU’UN NOYAU DUR D’ÉLUS EXCESSIFS 

Il ne demeure  plus qu’un noyau dur d’élus excessifs qui accumulent les dérapages tant ils se sentent acculés par les grenoblois tels Lucille Lheureux ou Antoine Back. Aux côtés d’autres qui promeuvent leurs chapelles mettant les moyens du contribuable au service d’un prosélytisme militant comme Claude Coutaz, Jérôme Soldeville, Emmanuel Carroz ou Bernard Macret. Plus leurs chapelles sont étroites, plus ils font du bruit.

Y.MONGABURU (Verts/Ades) et L.BUSTOS (PS) PRENNENT LA POSE 

Pendant ce temps Yann Mongaburu (Verts/Ades) prend de plus en plus la pose en concurrence avec Ludovic Bustos Vice Président (PS) de la Métro. Comme un concours qui démontre combien tous les deux sont a des années lumière des problèmes des grenoblois. Ils répètent leur Mantra sans prise avec aucune réalité.

E.PIOLLE RATTRAPÉ PAR LES AFFAIRES…

La main de fer imposée par Eric Piolle a produit cette municipalité à la dérive, totalement a bout de souffle pour terminer son mandat : le Maire en est réduit à trouver des coups de com’ pour occuper la galerie lesquels l’enfoncent chaque fois un peu plus. Après le pathétique appel du Montgenèvre,  ça a été récemment « inculpez moi ». Il a été entendu par la justice qui le rattrape pour l’affaire du favoritisme présumé à ses amis Verts de la journée des tuiles.

… ET NE DISPOSE PLUS d’ÉLUS CREDIBLES POUR FAIRE FACE à la COLÉRE

Le fait de considérer les élus de la majorité municipale “comme des moutons” confirme la suffisance du Grand Timonier. Mais en supprimant toute opinion divergente et en passant en force à l’intérieur comme à l’extérieur Eric Piolle a créé une situation inextricable. Il aurait un urgent besoin d’élus crédibles pour faire face à la colère des Grenoblois. L’élimination à la Métro de Martine Jullian Adjointe au profit d’Antoine Back (Verts/PG) est dans cette ligne. Il ne dispose plus que des excités.

2 juin 2018

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *