E.PIOLLE SUR LE GRILL DES AFFAIRES EN COURS

E.PIOLLE SUR LE GRILL DES AFFAIRES EN COURS
30 octobre 2019
    

A la suite de la descente de la Police Judiciaire à l’hôtel de ville révélée par “Grenoble, le Changement, Eric Piolle a regretté que “chaque étape de la procédure -comme ces perquisitions qui ne constituent qu’un élément de l’enquête parmi d’autres- soit systématiquement instrumentalisé”.

R.AVRILLIER (Verts/Ades) A TOUJOURS ÉTÉ DISCRET !

Pour ceux qui ont vécu les épisodes judiciaires grenoblois, la réaction de Piolle est assez hilarante. On imagine son comparse Raymond Avrillier (Verts/Ades) en intervenant discret, non médiatisé des procédures qu’il a conduit pour éliminer ses adversaires et faire élire Piolle. Effectivement rigolo.

“GRENOBLE, LE CHANGEMENT, SITE D’OPPOSITION”

Eric Piolle a aussi attaqué une “mise en scène sur son site internet par Alain Carignon“. Ce en quoi François Tarantini lui a répondu au nom de notre collectif : “je tiens à rappeler à Éric Piolle que le site “Grenoble le changement” est un site d’opposition que je coordonne, animé par un collectif, il n’est pas le site d’Alain Carignon même s’il soutient la démarche de celui-ci”

“IL VA FALLOIR QU’E. PIOLLE RÉPONDE de SES ACTES GRAVES”

Si on veut savoir ce que pense Alain Carignon on va sur sa page Facebook, sa chaine Youtube ou le site de la Société civile.

Mais surtout François Tarantini renvoie Eric Piolle dans les cordes : “à notre connaissance les actions judiciaires déclenchées contre Eric Piolle ne sont fomentées ni par lui ni par l’opposition. Il va simplement falloir qu’Eric Piolle réponde enfin de ses actes graves dénoncés par la Chambre Régionale des Comptes qui ont spolié les grenoblois”.

CE N’EST PAS L’OPPOSITION QUI A ACCORDE LES MARCHÉS …

En effet jusqu’à preuve du contraire ce n’est pas la vilaine opposition qui a décidé de passer outre l’avis du service des marchés de la ville pour accorder sans appel d’offres des marchés à l’association amie “Fusée” qui avait collé les affiches pendant la campagne. Ni elle qui a tenté d’effacer les preuves sur les documents. On ne peut pas lui attribuer non plus l’acquisition “illégale” du siège du Crédit Agricole”.

UN TEMPS OU LES JUGES METTAIENT EN GARDE à VUE PLUS VITE

On peut difficilement l’accuser de manipuler la justice : par rapport au temps ou pendant des années Raphaël Grandfils officiait comme Procureur Adjoint, Raymond Avrillier lançait ses fatwas contre des élus, les juges mettant en garde à vue plus vite que la lumière, les temps ont bien changé.

PAS DE CÉLÉRITÉ JUDICIAIRE POUR E.PIOLLE

Eric Piolle n’est pas victime d’une célérité et d’un acharnement judiciaire évident. Depuis 17 mois que les plaintes avaient été déposées, depuis 13 mois que le jugement de la Chambre Régionale des Comptes avait mis tous les éléments accablants sur la table, rien n’avait bougé.

POUR DES FAITS MOINS GRAVES FILLON a ÉTÉ TUÉ ÉLECTORALEMENT

Or un étudiant de 1 ère année de droit peut déterminer le caractère pénal des faits. En pleine campagne présidentielle, pour des faits moins graves en termes de quantum de peine, un candidat a été poursuivi et électoralement tué sans ménagement par l’autorité judiciaire.

LE SYSTÈME AVRILLIER N’EST PAS ÉTEINT

A Grenoble la justice prend son temps concernant Eric Piolle. Visiblement le systéme qui a fonctionné des décennies, protégeant Michel Destot, les élus PS et Verts/Ades de toute intrusion judiciaire, n’est pas éteint.

DE M.DESTOT EN BELGIQUE à E.PIOLLE SINGAPOUR…

Depuis le rachat de la société de Michel Destot par une filiale Belge de la Lyonnaise des Eaux au moment ou la ville rachetait le contrat d’eau, jusqu’à Eric Piolle actionnaire à Singapour d’une société dont la filiale Grenobloise avec moins de 10 salariés a été arrosée de fonds publics, l’Omerta a été exceptionnelle.

ALPEXPO , PFI … AUCUN ÉLU DE POURSUIVI

Les dossiers d’Alpexpo, des PFI aux malversations établies par de nombreux rapports n’ont donné lieu à aucune poursuite judiciaire pour aucun élu PS ou Verts/Ades.

LA PLAINTE de Bernard BOULLOUD : UN COUP DE PIEDS

Sans la plainte avec constitution de partie civile déposée par Me Bernard Boulloud les dossiers actuels seraient probablement encore enterrés. Cette confusion des sentiments dans les pouvoirs est grave pour les grenoblois.

LES GRENOBLOIS DOUBLEMENT VICTIMES

Elle altère le fonctionnement de la démocratie locale. Les grenoblois sont doublement victimes : parce que justice n’est pas rendue et parce qu’ils financent ces abus comme contribuables .