CANTAT à GRENOBLE: LE BAL des MENTEURS

CANTAT à GRENOBLE: LE BAL des MENTEURS
4 mars 2018
    

La venue de Bertrand Cantat qui a été condamné pour la mort de Marie Trintignant confirme que la classe politique locale vit bien dans les mêmes objectifs et la même culture. C’est le bal des faux-culs avec le mieux disant “moral”. En effet plus un élu en appelle à la morale plus il est censé l’incarner lui-même. On dispose du cas d’Eric Piolle signant chartes et engagements contre les paradis fiscaux mais actionnaire à Singapour.

E.CARROZ (Verts/PG) PRÊT à DIABOLISER QUICONQUE EST POUR LE CONCERT CANTAT 

Pour le concert de Bertrand Cantat , Patrice Voir (PCF) et Matthieu Chamussy -silencieux sur le cas Piolle-  font de la surenchère. Emmanuel Carroz élu (Verts/PG) partisan d’une véritable tyrannie du formatage dés qu’il s’agit de ” discrimination” prêt à diaboliser quiconque émet une simple réserve ou remarque sur les excès de victimisation des minorités défend le concert de Cantat au nom de la “liberté de programmation” selon la formule d’Eric Piolle.  Mais surtout au  fond parce que Cantat c’est la gauche et les Verts, représentatif de cette culture et de ce pouvoir qui se prétendent toujours rebelles. qui camouflent leur véritable personnalité derrière les bons sentiments affichés.

AUCUN ÉLU NE PEUT S’ÉRIGER EN ÉTALON de la MORALE 

L’effrayant maccarthysme qu’ils font régner  se retourne toujours à un moment ou à un autre contre l’un d’entre eux. En effet, aucun élu – à notre connaissance – ne figure sur la liste des canonisables du Vatican et ne peut donc s’ériger en étalon de la morale publique. L’utilisation d’une fausse morale à des fins politiciennes est une escroquerie… morale.

LES ÉLUS DEVRAIENT SE CONTENTER de la LOI et de la JUSTICE  

Les uns et les autres devraient se contenter de la loi et de la justice laquelle s’est prononcée dans le cas de Cantat. Ils ne sont pas au dessus d’elles et n’ont aucune autorité morale pour édicter quoi que ce soit dans ce domaine. Chacun en son âme et conscience est en capacité de décider s’il assiste ou non à un concert de Cantat suivant sa propre morale: estimer que ce crime est imprescriptible et l’empêche d’écouter sa musique ou bien juger que sa condamnation par la justice efface sa dette à la société sans effacer l’acte mais donne le droit “moral” de l’entendre chanter.

IL NE FAUT PAS PRATIQUER LA SURENCHÈRE du MENSONGE 

Cette règle que la municipalité applique à Cantat, elle l’a refuse à beaucoup d’autres courant de pensée au nom de “la morale” et “des valeurs”.  Mais ce n’est pas parce qu’Eric Piolle fait preuve d’une duplicité totale qu’il faut entrer  dans le jeu du mensonge. Le rôle des élus responsables est au contraire de faire la pédagogie afin que progresse le citoyen dans la compréhension de ce qui se joue.

LES ÉLUS ONT DES COMPTES à RENDRE

En effet ce n’est pas à des élus qui ont plus de comptes à rendre qu’à donner de dicter leur morale aux citoyens. Ils devraient  favoriser  un climat de liberté et de débats plutôt que de vouloir imposer par tous les moyens leur conception despotique de la vie en société.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *