AU 38 RUE D’ALEMBERT CE N’EST PAS LE PRINTEMPS

AU 38 RUE D’ALEMBERT CE N’EST PAS LE PRINTEMPS
23 mars 2019
    

Au 38 rue d’Alembert ce n’est pas le printemps pour tout le monde et surtout pas pour les habitants

Le printemps signe le retour des coups de marteau de l’atelier vélo du squat financé par le contribuable puisque les locaux sont municipaux.

Comme nous l’écrit cette habitante “j’espère Monsieur Piolle, Monsieur Carroz et Madame Garnier que ces coups de marteau ne vous ont pas trop embêtés dans vos occupations de ce jour entre 16 heures et 19 heures.
Moi si ! Mais comme je ne suis pas ANAR, pas ECOLO BOBO juste une simple administrée de la VIlle de Grenoble je suis dans l’obligation par décision de la Ville de Grenoble d’oublier l’existence de l’arrêté municipal dit “Bruit”, les atteintes à la tranquillité d’autrui par agression sonore du Code Pénal et oublions vite l’article 2212-2 du CGCT….”

En conclusion et avec humour elle ajoute : “Je vous souhaite à tous sauf aux élus de la Ville de Grenoble une merveilleuse soirée. Pour les élus une soirée banale et fort ennuyeuse sera largement suffisant.”

A Grenoble avec MM Piolle et Carroz, la loi n’est pas la même pour tous. Ni la défense des discriminés. Car ce sont bien les riverains du 38 qui le sont et doublement: par les nuisances qu’ils subissent et parce qu’ils les financent par leurs impôts.