ALGÉRIE: la CRAVATE d’E.PIOLLE

Les Anciens combattants grenoblois, les déportés et résistants, la fête Nationale du 14 juillet… n’ont jamais eu droit au respect d’Eric Piolle. Il a toujours refusé de porter la cravate lors des cérémonies officielles qui leur rendent hommage.

Par contre ,lors de son voyage à Constantine en Algérie, même à l’occasion de ses ballades dans la rue, le Maire de Grenoble se montrait cravaté.

Sur quel critère Eric Piolle accepte t il de faire passer ce qu’il représente comme élu d’une ville après son propre conformisme vestimentaire? Car en se soumettant au moule de l’uniforme de l’époque Eric Piolle fait preuve d’un conformisme béat: la chemise ouverte lors d’une cérémonie officielle est à la révolte ce que le Canada Dry fait croire par rapport à une boisson alcoolisée. Un mensonge.

CELA SE NOMME LE RESPECT des AUTRES

En ” représentation” l’élu du peuple ne se limite plus seulement à sa seule petite personne, ne se réduit pas à son nombril satisfait , mais il  est le “représentant”  -justement- de la collectivité toute entière. Dans les circonstances liées à la mémoire de la ville Compagnon de la Libération, comme lors de la fête Nationale ou bien en chaque moment solennel de la vie de la cité, le Maire à le devoir de transcender sa personne pour incarner la fonction. Cela se nomme en effet le respect des autres.

RESPECTER le DRAPEAU ALGÉRIEN et TRAITER EN DÉRISION CELUI de SON PAYS 

En ces circonstances, s’afficher en toutes occasions sans aucune hiérarchie des événements  selon le modèle marketing vestimentaire qui a été choisi pour  la campagne électorale est un mépris des grenoblois et entraine sa marginalisation.

En choisissant de respecter le drapeau Algérien et jamais le drapeau Français,  Eric Piolle révèle un peu plus combien toutes ses postures sont politiciennes et à visées électoralistes. Flatter un électorat attaché à son drapeau de l’autre côté de la Méditerranée et traiter en dérision celui de son pays afin de singer les libertaires est une marque insigne de faiblesse et d’indignité pour la fonction.

1 mai 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *