38 D’ALEMBERT …

Ça ne s'apaise pas dans la ville apaisée au 38 de la rue d'Alembert. la saisine de la déléguée du défenseur des droits n'a rien donné. A part du temps perdu. Il est vrai que cette institution défend rarement les opprimés par des "minorités" actives...

Le Comité Stopsquat38 continue à se battre contre toutes les institutions excepté le Préfet de l'Isère qui a fait conduire des actions de contrôle par la police mais qui est totalement démuni du fait de la position d'Eric Piolle.

En effet au 38 de la rue d'Alembert vit un squat qui expérimente une "contre-société" mais ... aux frais de la société. Il est en effet logé par la ville de Grenoble. Les riverains qui paient leurs impôts deviennent, eux, des citoyens de seconde zone qui subissent les conséquences  "des allées et venues de voiture à tout heure du jour et de la NUIT + claquement de portes + le blabla des anars" comme le signale à nouveau une habitante.

Dans ses propositions le collectif de la société civile pour l'alternance mettra fin à ce type de situation en mettant aux enchères publiques ces locaux occupés de façon à ce que ceux ci retrouvent une destination conforme à l'équilibre du quartier.

Si les tenants d'une contre société désirent conduire leur expérience ils devront les acquérir et se mettre aux normes de tous pour fonctionner .