38 D’ALEMBERT : LE NON DROIT de PIOLLE

38 D’ALEMBERT : LE NON DROIT de PIOLLE
29 avril 2019
    

Le grand n’importe quoi des occupants du 38 rue d’Alembert continue. Ce local municipal occupé sans droit ni titre aux frais du contribuable perturbe la vie des voisins et présente évidemment des risques n’étant aucunement aux normes pour accueillir du public.

SUIVANT QUE VOUS SOYEZ PROCHE OU NON d’E.PIOLLE

Mais suivant que vous serez proche ou pas du Maire, le régime est différent. Le moindre établissement de la ville qui reçoit du public est contrôlé, persécuté dans les moindre détails mais les occupants du 38 d’Alembert qui portent un autre projet de société (à nos frais) ont toute liberté pour transgresser les règles communes.

UNE BÂCHE POUR CACHER LES ACTIVITÉS

Les riverains signalent à maintes reprises ces manquements.
En droit cela s’appelle un trouble anormal du voisinage, un préjudice esthétique, un trouble visuel” rappelle d’une d’elle à propos de la pose d’une bâche installée le 20 avril dernier en vue de masquer des activités illégales liées au spectacle et au concert organisés le 21 avril.

Ceux qui se battent pour que le droit soit respecté sont menacés dans leur sécurité. En Piolland la situation est inversée.

“AU RISQUE DE MA VIE…”

Une habitante qui se bat raconte son calvaire : “Au risque de ma vie j’ai passé la journée sur le trottoir face au 38 rue d’Alembert à faire mes photos. Pas de problème j’avais mon marteau et un couteau dans mon sac. Des moments tendus cependant, néanmoins toutefois j’ai réussi à me débarrasser des anars les plus durs. Et j’ai eu avec les autres plus cool des discussions fort intéressantes.

“LE TROTTOIR PLUS CALME QUE MON APPARTEMENT…”

Et pour info le trottoir était beaucoup plus calme que mon appartement rendu invivable par environ une centaine de personnes : un tiers tapaient du marteau sur de la ferraille (atelier vélo) un autre tiers enfants criaient et jouaient avec des jeux en bois et un autre tiers bla, bla, bla et bla et bla.”

SOIRÉE de MERDE , MERCI M.le MAIRE”

Après “le concert” cette habitante écrit : “Et hop soirée de merde et une plainte supplémentaire. Prochaine étape Monsieur Le Maire mon sang sur le dossier du 38 rue d’Alembert pour vous remercier de cette énième soirée de merde du fait de votre volonté. Hôpital ou morgue ! les paris sont ouverts.”

C.GARNIER (Verts/ADES) COUVRE L’ILLÉGALITÉ

Ainsi un local qui n’est pas aux normes dont la représentante du propriétaire est Christine Garnier l’élue (Verts/Ades) de la ville, vice-présidente de la Métro peut recevoir une centaine de personnes…

Il faudra le signaler à tous les bars à musique de la ville !