MIGRANTS: « XÉNOPHOBIE DE LA FRANCE » POUR C. GARNIER (Verts/Ades)

"On pourrait parler plutôt de xénophobie institutionnelle, puisqu'il n'y a pas assez de places d'hébergement" déclare à nouveau Christine Garnier, l'Adjointe (Verts/Ades), chargée des postes clefs comme le logement, puis les écoles, pilier du système Avrillier, élue depuis 1995. 

APRÉS "LE RACISME D'ÉTAT", LA "XÉNOPHOBIE INSTITUTIONNELLE" 

Une idéologue sectaire. Elle récidive sur France Bleu Isère avec l'accueil des migrants dont certains dorment dans les écoles de la ville. Devant le tollé qu'avait déclenché son accusation de "racisme d'Etat", elle fait marche arrière sur la forme : "C'est une expression que j'ai retirée, parce qu'elle n'est pas adaptée. Ce qu'on voit quand même, c'est que ces personnes à la rue sont en très grande majorité des personnes étrangères, migrantes" répond-t-elle à Théo Hetsch qui la questionne. Mais qu'est-ce que la "xénophobie institutionnelle" sinon un racisme d'Etat?  

E. PIOLLE APPELLE LES MIGRANTS à TRAVERSER LES FRONTIÈRES

Eric Piolle qui appelle au franchissement libre de toutes les frontières sait bien qu'il est impossible d'assurer un hébergement gratuit a tout le monde. Quel pays le pourrait ? C'est pourtant ce que réclame la passionaria Christine Garnier: "l'État est défaillant, il est responsable et en charge de l'hébergement d'urgence et n'ouvre pas assez de places en hébergement d'urgence".

L'ISÈRE COMPTE DÉJA 4400 PLACES D'HÉBERGEMENT !

Le malheureux Etat, en la personne de Laurent Prévost, Préfet de l'Isère fait répondre que "l'Isère compte 2203 places d'hébergement d'urgence sur orientation du 115, auxquelles s'ajoutent 2200 places réservées aux demandeurs d'asile". Soit 4 400 places de logements pour abriter y compris des déboutés du droit d'asile !

LA MUNICIPALITÉ VA ACCUEILLIR LES DÉBOUTÉS DU DROIT D'ASILE...

En parallèle, la municipalité installe des associations dans de vastes locaux de la rue de l'ancien Champ de Mars, à proximité de l'avenue Alsace Lorraine afin d'accueillir en particulier les demandeurs d'asile déboutés. En leur produisant des certificats médicaux, en apportant diverses aides et soutiens. Cet appel d'air va gonfler le nombre de demandeurs d'hébergement impossible à satisfaire. 

... CAR ELLE A BESOIN DE "CHAIR À CANON HUMAINE"

Avec cette "chair à canon humaine", la municipalité va pouvoir hurler sa haine de la France et de son bras séculier, l'Etat, qui ne remplissent pas leurs obligations. On se trouve bien dans une opération politique et idéologique au détriment des migrants eux-mêmes. 

LES CLASSES POPULAIRES ET MOYENNES NE SONT PLUS AU CENTRE

Ce faisant les Rouge/Verts affichent aussi leur mépris à l'égard des classes populaires et moyennes qui affrontent des difficultés majeures. Ils leur démontrent à nouveau qu'elles ne sont plus au centre des préoccupations, des rouages, de l'économie, des représentations culturelles : elles sont dépossédées par eux. C'est de plus en plus violent et insupportable, alors qu'elles subissent un Etat-providence de plus en plus lourd et un État régalien de plus en plus absent. 

C. GUILLUY : "UNE VISION NETFLIX DE LA SOCIÉTÉ"

La municipalité la plus dogmatique de l'histoire de Grenoble pousse jusqu'à l'extrême la thèse de la société multiculturelle atomisée proche de "la vision nihiliste de Netflix avec une société réduite aux panels du marketing" telle que la définit Christophe Guilluy (Le Figaro du 23/1/23).

AU PREMIER RANG DE LA PERTE D'UN MODE DE VIE COMMUN...

En déconstruisant la Nation qui a produit toutes les grandes avancées collectives, qui induisait des solidarités contraintes, en surjouant les postures morales pour exploiter les minorités, les Rouge/Verts grenoblois sont au premier rang de la perte d'un mode de vie commun et au final du bien commun qui permet le dépassement de son nombril et de son appartenance.

... DANS LA CONTINUITÉ DE LEURS ANCÊTRES SOIXANTE-HUITARDS 

Dans la continuité de leurs ancêtres soixante-huitards lesquels, en voulant "jouir sans entraves", luttant contre toutes les hiérarchies, ont ouvert la porte à l'américanisation de la société Française. 

LA LIGNE DE TOUTE L'EXTRÊME GAUCHE

Toute l'extrême gauche est sur cette ligne, ne voyant pas qu'en prônant cette société, son aboutissement rejoint les aspirations du capitalisme débridé qui préfère jouer avec les communautés et leurs concurrences, plutôt que d'être face à des Nations fortes. Dans la République Gaullienne, le capitalisme devait s'incliner devant l'autorité de l'Etat. A moins que ce soit son idée "révolutionnaire" : favoriser ses excès pour pouvoir mieux le combattre. 

LE MIGRANT VIENDRAIT SE RÉFUGIER CHEZ UN ÉTAT XENOPHOBE ET RACISTE....

A Grenoble, le DAL, annexe du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) qui en fait un instrument politique, est en concurrence avec la municipalité qui ne veut pas lâcher cette part de marché : le migrant victime du capitalisme. Mais pas du tout victime des gouvernements des pays qu'il fuit. Une victime qui viendrait se réfugier au péril de sa vie dans les bras du pays de l'ultra-libéralisme pratiquant un "racisme d'Etat"....

LA MUNICIPALITÉ DISPOSE DES MOYENS D'HEBERGER CES SEPT FAMILLES ...

Rien ne tient debout. La preuve ? la municipalité qui dispose des moyens d'héberger ces familles à la rue qui se réfugient dans des écoles de la ville, ne fait rien pour elles. Ainsi Christine Garnier avoue sur France Bleu Isère que "nous avons sept familles, moins d'une vingtaine d'enfants" qui vivent dans les écoles de la ville.

... MAIS E. PIOLLE PRÉFÈRE ALERTER LE MINISTRE DU LOGEMENT ET SIGNER DES APPELS

Le journaliste Théo Hetsch insiste un peu auprès d'elle pour s'étonner quand même qu'il n'y ai aucune solution d'hébergement pour ces familles et demande "ce que peut faire la municipalité?". Avec sa langue de béton l'Adjointe au Maire répond qu'Eric Piolle "alerte le Ministre du Logement avec lequel il est en contact" (!). Il a également  signé un appel... C'est dire s'il est mobilisé. 

POURQUOI NE SONT ELLES PAS LOGÉES DANS LES LOGEMENTS SOCIAUX VIDES ?

Dommage que Théo Hetsch ne s'informe pas aussi auprès de l'opposition. Il aurait pu être plus précis avec Christine Garnier : pourquoi, de façon provisoire, ne logez-vous pas ces familles dans des logements vides à Villeneuve, promis à démolition depuis 6 ans, ou dans ceux de l'Abbaye, ou dans tous ceux qui sont maintenant refusés dans le parc social de la ville ? 

LA MUNICIPALITÉ VEUT DES ABCÈS DE FIXATION 

La municipalité veut maintenir des abcès de fixation afin de pouvoir déverser ses mantras idéologiques. Elle instrumentalise cette misère à son profit. Il n'y a rien de plus sordide et de plus nauséabond.

La conséquence est évidemment catastrophique pour la ville, car elle accentue le délitement, le sentiment de dépossession, de déclassement de la part de tous ceux qui n'appartiennent pas à "l'élite" mondialisée ni aux bobos-gauchos bernés par le discours des bonnes intentions. 

CONDUIRE LES DÉBOUTÉS DU DROIT D'ASILE DANS L'IMPASSE 

Engager des migrants dont le droit d'asile a été rejeté dans une spirale administrative de recours en tous genres, en leur faisant tout croire et espérer, est évidemment leur mentir. Marginalisés pendant des années, sans accompagnement réel qui leur permettrait de partager nos valeurs, notre langue, nos modes de vie, ils sont conduits dans une très longue impasse.

Qu'au nom de Piolle, une Christine Garnier ose être la porte-parole d'une telle stratégie soulève des hauts le coeur et en dit long sur le vrai visage du clan qui détient le vrai pouvoir à Grenoble.

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.