VŒUX DE LA MÉTRO : LA POURSUITE DE L’IMMOBILISME

Source : Twitter de Christophe Ferrari (cferrari_38)

Rien de neuf dans le discours des vœux de Christophe Ferrari jeudi soir. La Métropole poursuivra dans l’immobilisme qui la caractérise. 

2022 : LA MAIGREUR DU BILAN

Les éléments de bilan de l'année écoulée cités par Christophe Ferrari dans son discours sont bien peu nombreux. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le résultat est plus que maigre pour une collectivité de cette importance.

LE FIASCO DE LA PLANTATION D'ARBRES À MISTRAL

Le Président vante ainsi, en 2022, la plantation d'un millier d'arbres. Soit une misère à l'échelle d'un territoire qui compte 450 000 habitants, et alors que la Municipalité Grenobloise coupe des arbres à tour de bras. Rappelons également que de jeunes pousses plantées ne remplacent pas les bienfaits écologiques des grands arbres qui disparaissent. Et curieusement, Christophe Ferrari ne revient pas sur l'extraordinaire fiasco de la "forêt urbaine" à Mistral. La ville de Grenoble et la Métropole avaient planté 5500 plants d'arbres, avec une communication assourdissante autour de l'opération. Fin 2022, soit quelques mois plus tard, les trois quarts des pousses n'avaient pas survécues ! Un puissant échec. 

Sur les 5500 plants mis en terre quartier Mistral, 70 % sont morts révèle le média en ligne Place Gre'Net...

TROTTINETTES EN LIBRE-SERVICE : LE DANGER PERMANENT

Ferrari vante ensuite la création de 7km de voies cyclables (sur un territoire de 540 km2, ça laisse rêveur) et le déploiement de vélos et trottinettes en libre-service sur 17 communes. Il se garde bien de préciser que les vélos représentent 7% seulement des déplacements dans la Métropole (et sont le fait d'un report des utilisateurs de transports en commun, donc aucune amélioration pour la planète). Tout comme il omet de se pencher sur la question du danger que représentent les engins en libre-service, générateurs de nombreux accidents.

ACCOMPAGNEMENT DES COMMERCES : RIEN POUR LE COMPTOIR DE JULIE

"L'accompagnement financier des commerçants de toutes les communes" est également mis en avant par le Président de la Métropole. On croit rêver. Car derrière le discours, il a été incapable de faire quoi que ce soit pour apporter une aide à un commerce de la rue Diderot ("Le comptoir de Julie") qui subit 2 ans de fermeture de la rue à cause de travaux métropolitains. La commerçante, qui le tient seul, aurait besoin de peu pour survivre à cette période de vache maigre imposée. Mais la majorité rose/rouge/vert de la Métropole a refusé systématiquement toute aide, malgré les nombreuses demandes du Président du Groupe d'Opposition Alain Carignon depuis plus d'un an.

La rue Diderot, fermée pour deux ans.

LA POURSUITE DE LA BÉTONISATION...

Mais 2022 a également été l'année de la poursuite de la bétonisation. Ferrari se félicite ainsi de la construction de 650 nouveaux logements sociaux, évidemment sans se questionner sur les nombreux quartiers paupérisés par un trop-plein de logement social, et sur l'échec cuisant des nouveaux "écoquartiers" qui sortent de terre avec un % de HLM (environ 50) qui 1/ repoussent les acheteurs potentiels et condamne donc à jamais toute idée de mixité réelle, et 2/ lèsent les quelques uns qui se font avoir et achètent car leur bien se dévalue immédiatement.

... QUI CONTINUERA AUSSI EN 2023

Fidèle à sa lubie (Christophe Ferrari, tout comme Eric Piolle, sont de fervents partisans de la densification massive qui défigure nos villes), le Président se félicite d'ailleurs de la poursuite de la bétonisation à outrance en 2023. Il se réjouit ainsi du projet "Portes du Vercors" à Fontaine/Sassenage, qui verra la construction de 900 logements supplémentaires. L'opération est étroitement liée au projet de métrocâble reliant Fontaine à Saint-Martin le Vinoux. Dans l'esprit de nos grands pontes métropolitains, les logements doivent servir à faire la fréquentation du câble ! Comme d'habitude avec eux, on ne part pas des besoins existants des habitants pour chercher à les combler. Mais on créé des problèmes et des besoins à résoudre pour justifier ce qu'on souhaite imposer. 

ALLIBERT : L'OCCASION MANQUÉE

Enfin, pour 2023, le Président de la Métropole parle à nouveau de la friche Allibert à Grenoble. Actuellement une décharge à ciel ouvert, ce terrain verra se construire des logements (encore) et 30 000m2 de tertiaire. Vu l'espace disponible, Nicolas Pinel, conseiller municipal d'opposition, a proposé à de multiples reprises l'idée de "flécher une réserve foncière significative vers l’agriculture urbaine. Nous pourrions y soutenir un projet de création de ferme urbaine afin de promouvoir une alimentation « saine et sûre », issue d’une production durable et locale pour les habitants". Fin de non-recevoir de la part de ceux qui, pour l'alimentation aussi, se contentent de discours et refusent d'agir quand ils le peuvent.

L'intervention de Nicolas Pinel en conseil pour défendre la création d'une ferme urbaine.

ZFE : À QUELLE SAUCE SERONT-NOUS MANGÉS ?

Une grosse partie du discours de voeux a été consacrée à la ZFE, sujet qui marquera cette année 2023 avec son lancement en juillet. Le sujet mérite de s'y pencher en détails, car une véritable usine à gaz se profile. Vous découvrirez dans les prochains jours notre article complet sur Grenoble le Changement

RIEN DE NEUF SOUS LE SOLEIL

Un maigre bilan, et une année 2023 qui s'annonce tout autant sous le signe de l'immobilisme. Comment pourrait-il en être autrement, avec l'affaire de la voiture qui affaiblit le Président Ferrari, et sa guerre permanence avec Yann Mongaburu et Eric Piolle ? Pendant ce temps, les Métropolitains subissent la paralysie du territoire et les décisions qui n'augurent rien de bon pour l'avenir.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.