LES GRENOBLOIS BOUDENT LES VOEUX DE PIOLLE

Les Grenoblois ont massivement boudé la cérémonie des vœux d'Eric Piolle samedi après-midi. Un gros camouflet pour le Maire.

UNE CENTAINE DE PERSONNES

Il suffit de regarder les photos postées par les élus sur les réseaux sociaux, ou la vidéo de Place Gre'Net pour constater à quel point les Grenoblois étaient peu nombreux samedi après-midi à l'hôtel de ville. Sur les 158 000 habitants que compte notre ville, ils sont seulement entre 100 et 200 à s'être rendus aux vœux d'Eric Piolle, malgré la large communication de l'évènement. 

La "foule" présente aux voeux d'Eric Piolle. Source : Twitter @veronimo6

UNE CÉRÉMONIE QUI TOMBE AU PLUS MAL

On est en droit de se demander quel a bien pu être le coût de cette cérémonie, pour un si faible nombre de participants. Et en la matière, les coûts faramineux des récentes cérémonies "capitale verte" ont de quoi laisser présager le pire. Cette utilisation d'argent public tombe au plus mal, alors qu'Eric Piolle vient de confirmer sa volonté d'augmenter les impôts locaux de 25%. Les Grenoblois vont encore voir leur pouvoir d'achat amputé, pendant que la ville finance des évènements largement dispensables. 

TOUJOURS LES MÊMES ELEMENTS DE LANGAGE

En ce qui concerne le discours du Maire, rien de neuf sous le soleil. On retrouve les éléments de langage habituels. Il camoufle ainsi la hausse d'impôts derrière l'idée que ce serait nécessaire pour "amplifier les transitions, protéger les services publics et renforcer les dispositifs d'aide aux plus précaires". Mais Eric Piolle n'a aucune considération pour les plus précaires : ça ne lui pose aucun problème de demander une application plus rapide et plus forte de la ZFE qui sera pourtant une catastrophe sociale. Les "transitions" ne sont qu'un élément de langage : l'année capitale verte n'aura par exemple pas fait avancer Grenoble d'un pouce en matière d'écologie, ce n'était qu'un prétexte à la communication. Et il a détricoté les services publics avec un vaste plan d'austérité lors du premier mandat, et continue en s'attaquant aux associations socioculturelles. Malgré ça, malgré un recours à la dette historique sous son mandat, malgré la vente des bijoux de famille, Eric Piolle en est quand même réduit à augmenter les impôts comme jamais auparavant pour équilibrer son budget après 9 ans de gabegie. Plus c'est gros mieux ça passe. 

voeux piolle
Le système Piolle présente ses vœux. Ambiance. Source photo : Twitter @Grenoble_Commun

TOUJOURS LES MÊMES PROCÉDÉS MENSONGERS

Pour camoufler ces cuisants échecs, Eric Piolle fait ce qu'il sait faire de mieux. Parler de l'avenir, le plus lointain possible, qu'il ne maitrise évidemment pas, pour éviter de se justifier sur sa médiocrité présente. Son discours des vœux n'a pas échappé à cette manie, avec une énième dissertation sur le réchauffement climatique... et l'annonce d'un plan "Grenoble Horizon 2040" ! Soit encore un document qui n'engagera à rien, qui prétend apporter des solutions pour une période où Eric Piolle ne sera plus aux manettes depuis longtemps, alors qu'il n'a déjà plus aucune marge de manœuvre financière pour faire quoi que ce soit des trois dernières années de mandat à venir. 

MÊME LES ACTIVITÉS OBÉISSENT À L'IDÉOLOGIE

Même les activités proposées à cette cérémonie obéissaient à la sacro-sainte idéologie Piollesque. Grandes attractions de la soirée : un carrousel à pédales, ou encore un "karaoké décroissant". C'est à dire qu'il faut des personnes pour pédaler et faire fonctionner le manège ou le karaoké. Le ridicule pourrait prêter à sourire, et ce genre d'idée parait anecdotique, mais c'est au fond révélateur de l'idéologie rouge/verte qui consiste à faire porter aux citoyens la responsabilité de toujours "faire", quel que soit le sujet, même quand il relève de la collectivité. 

ANTOINE BACK : LA CARICATURE DE LUI-MÊME

On ne trouve évidemment que les élus de la majorité habituels pour se féliciter de cette cérémonie et y voir un succès. Le préposé à la novlangue et aux poncifs Antoine Back donne tout ce qu'il a, visiblement ravi de leur "manège à énergie bioparentale" (!). Pas sûr que lorsqu'on parle de Grenoble pour ses innovations, on pense à ce genre de nouvelles lubies... 

Le tweet d'Antoine Back. Sans commentaires.

LE CRÉPUSCULE DU SYSTÈME PIOLLE

Après les départs successifs de la majorité, le groupe politique fracturé, l'augmentation d'impôts pour péniblement boucler un budget exsangue, les déboires judiciaires avec le procès en appel pour la fête des tuiles qui se profile, cette cérémonie des vœux massivement boudée, dans l'entre-soi et le repli idéologique, symbolisait bien le crépuscule du système Piolle. Et nous ne sommes qu'à la moitié de son dernier mandat. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.