LE SYSTÈME PIOLLE VEUT MUSELER LA PRESSE

Le site d'informations Place Gre'net jette un pavé dans la mare en révélant dans une tribune que des institutions locales exercent des représailles à son encontre.

ACTIS : "UN BOYCOTT PUR ET SIMPLE"

Le bailleur social ACTIS, non content d'être vilipendé par de nombreux locataires pour sa gestion catastrophique, a aussi décidé de s'attaquer à Place Gre'Net. En cause : une photo qui a déplu (et qui a valu aux journalistes de recevoir un mail inquisiteur du directeur général Stéphane Duport-Rosand), et "la curiosité des journalistes". Rendez-vous compte : pour ACTIS, présidé par Eric Piolle puis Elisa Martin à l'époque des faits, c'est inconcevable qu'un journal fasse son travail en posant des questions sur des sujets qui dérangent ! Résultat : le bailleur social n'invite plus Place Gre'net et ne répond plus à ses questions. C'est tout juste si ACTIS a recommencé à envoyer ses communiqués d'autopromotion au média en ligne, s'attendant à ce qu'ils soient docilement repris tel quel. Ce qui ne serait pas de l'information, mais de la propagande.

Stéphane Duport Rosand (à droite, ici avec Piolle et Christine Garnier). DG d'ACTIS et zélé exécuteur des volontés des rouges/verts qui contrôlent le bailleur.

SILENCE GÊNÉ D'ELISA MARTIN (LFI) ET NICOLAS BERON-PEREZ (PCF)

Elisa Martin et Nicolas Beron-Perez, élus de la majorité d'Eric Piolle et élus à la métropole, étaient respectivement Présidente d'ACTIS et membre du conseil d'administration au moment où le boycott a été décidé. Place Gre'net précise bien n'avoir obtenu aucune réaction de leur part. Les rouges/verts, d'ordinaire toujours les premiers à critiquer le gouvernement sur l'absence de transparence et à déplorer chaque année le recul de la liberté de la presse en France, agissent précisément au niveau local pour museler les médias et garder le secret de leur gestion dans l'opacité la plus totale. Tartuffes.

ERIC PIOLLE AVAIT LANCÉ LES HOSTILITÉS DÈS 2017

Ce n'est pas un acte isolé, car la Municipalité a des antécédents en la matière. En 2017, Place Gre'Net révélait déjà le traitement subi par le système Piolle. Dans un long article que vous pouvez retrouver ici, les journalistes expliquaient méthodiquement le fonctionnement. Verrouillage de l'information, accusations de traitement déséquilibré (une constante : dès qu'un autre point de vue que le leur est exprimé, les élus rouges/verts considèrent le porteur du message comme un ennemi), multiples pressions et pour finir, mesures de rétorsion économiques avec arrêt des commandes d'encarts publicitaires de la ville. Le constat de Place Gre'Net était alors implacable : "Déplacement non communiqué, refus d’interviews, absence de réponses aux sollicitations, journalistes délibérément exclus de visites presse, pressions exercées avant ou après la publication d’articles sur des sujets sensibles… Vous pensez que ces pratiques sont l’apanage du FN ? Eh bien non ! Au risque de vous surprendre, elles ont également cours à Grenoble, où la ville est dirigée par une coalition Europe-Ecologie-les-Verts et Parti de gauche".

Capture d'écran place Gre'net.

LES PROMESSES DU CANDIDAT PIOLLE ENCORE BATTUES EN BRÈCHE

L'engagement de campagne numéro 13 d'Eric Piolle le couvre encore plus de ridicule à la lecture de ces éléments. Le candidat s'engageait à "transformer le journal municipal", en mettant en place une "rédaction indépendante", "loin de la propagande municipale". Une promesse évidemment jamais tenue : le magazine de la ville n'a jamais autant été un instrument de lavage de cerveau. Mais le Maire de Grenoble se permet donc d'aller plus loin en tentant de caporaliser la presse.  

Encore une promesse non tenue.

SAINT-MARTIN D'HÈRES : LE COMMUNISME N'A PAS CHANGÉ

Dans la ville voisine de Saint-Martin-d'Hères, dirigée par le communiste David Queiros, Place Gre'net fait le même constat. À la suite d'articles sur le dossier polémique du centre commercial Neyrpic, l'homologue d'Eric Piolle a finalement décidé de stopper le lancement d'une campagne de promotion des équipements culturels de Saint-Martin d'Hères qui était pourtant sur les rails. Sans daigner donner d'explications, mais la ficelle est grosse et bien visible. Que n'entendrait-on pas de la part de ces élus rouges/verts si un Maire de droite s'adonnait à de telles pratiques. Mais curieusement, Place Gre'net ne mentionne de tels problèmes qu'avec des élus de gauche. Ce qui n'empêche pas ces derniers d'expliquer régulièrement que la droite a un problème avec l'état de droit... alors que ce sont eux qui nuisent à la liberté de la presse. La honte ne les étouffera jamais.

David Queiros (à gauche), Maire PCF de Saint-Martin d'Hères.

SANS LIBERTÉ DE BLÂMER...

La liberté de la presse est un droit fondamental, vital pour la démocratie. S'attaquer à la liberté de la presse, en faisant du chantage aux publicités, c'est empêcher l'information d'être diffusée, et limiter la capacité de la population à être informée véritablement, à se faire une opinion sur les événements qui l'entourent. Les rouges/verts n'en ont cure, conscients que l'application de leur doctrine s'accompagnera forcément de magouilles bien loin d'une démocratie pure et parfaite, tant leurs propositions sont impopulaires (et même "anti" populaire, au sens où ils défendent la construction d'une société contre ceux qui la peuplent). Eric Piolle n'a eu de cesse de le démontrer en 9 ans de mandat : il n'accepte aucune critique, et souhaite un écosystème à ses ordres, qui chante ses louanges. Il gagnerait à méditer la maxime de Beaumarchais : "sans liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur". Et à stopper sa dérive continue vers un extrémisme joyeusement repeint en vert. Alors que les publicités aident Place Gre'net à vivre, on ne peut que saluer le courage de la rédaction qui ne se couche pas et dénonce de telles méthodes. 

GRENOBLE LE CHANGEMENT : L'INDÉPENDANCE ASSURÉE

En ce qui concerne Grenoble le Changement, nous ne sommes pas soumis à ce genre de problèmes. Notre liberté de ton et notre indépendance éditoriale est assurée par le fait que le collectif qui alimente ce site est 100% bénévole et rédige les articles sur son temps libre, sans pression financière aucune. Les frais de gestion du site sont ainsi assurés par les dons de nos lecteurs. Pour nous aider, vous pouvez adresser un don par chèque (à l’ordre de « ASSOCIATION DE FINANCEMENT GRENOBLE LE CHANGEMENT ») en l’envoyant à l’adresse suivante : Grenoble le Changement – 2B  Chemin de Maupertuis 38240 MEYLAN. Le don est déductible à 66% de vos impôts. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.