PAS DE TRÊVE POUR L’INSÉCURITÉ À GRENOBLE

La trêve des confiseurs n'existe pas pour l'insécurité à Grenoble. La fin d'année a encore été marquée par divers faits de délinquance.

VILLAGE OLYMPIQUE : UN JEUNE DE 17 ANS ABATTU

Le 20 décembre, un jeune de 17 ans a été abattu par balles dans un salon de coiffure au village olympique. L'enquête est toujours en cours pour retrouver le ou les auteurs et les raisons de cet assassinat. Ce terrible drame vient clore la série de fusillades (près de 15) qu'aura connu Grenoble en 2022, le plus souvent des règlements de compte sur fond de trafic de drogue. Agressions et vols se seront multipliés cette année, avec plus de 12 faits de violence par jour (chiffres préfecture) !

Reportage de CNEWS sur l'insécurité à Grenoble.

LES INCENDIES DE VOITURE SE POURSUIVENT

Pas de trêve non plus pour les incendies de voitures, qui pourrissent la vie des Grenoblois dans de nombreux quartiers. Mercredi dans la nuit, pas moins de 5 voitures ont été incendiées (rue Marquian, avenue d'Innsbruck et rue du Drac). Un cadeau de noël tardif dont se seraient bien passés les propriétaires. 

D'autres incendies ces dernières semaines, à la Villeneuve.

UN NOUVEAU BUS CAILLASSÉ

Mercredi dernier, un bus qui passait au niveau de la place des géants (Villeneuve) a été caillassé par un groupe de "jeunes", comme nous l'apprend pudiquement Le Dauphiné du 30/12/22. Résultat : une vitre brisée. Un fait divers qui n'est pas sans rappeler celui du bus tombé en panne avenue Rhin et Danube et saccagé par une bande de voyous cagoulés il y a quelques semaines. 

LYS ROUGE : LES DEALERS ALLUMENT DES FEUX POUR SE RÉCHAUFFER

Au Lys Rouge, rue Anatole France, des riverains sont inquiétés par des dealers qui font chaque soir des feux dans des bidons. Les attroupements génèrent évidemment des nuisances sonores, et les feux ont noirci la façade des immeubles en plus des nuisances des fumées. Les habitants essayent en vain d'attirer l'attention d'Eric Piolle et de son adjointe à la "tranquillité publique" Maud Tavel avant que tout cela ne se termine par un incendie des habitations. 

Les bidons où sont allumés les feux et les facades noircies. Source photo : groupe SaccageGrenoble

RIEN D'ÉTONNANT À CE QUE LES GRENOBLOIS DÉSERTENT

Avec de tels faits divers, y compris en période de fête, rien d'étonnant à ce que Grenoble compte 2500 habitants en moins depuis 2014. En 2023, après presque 9 ans de mandat, il serait enfin temps qu'Eric Piolle s'attaque au sujet de l'insécurité à Grenoble. On peut toujours espérer. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.