PIOLLE CONTINUE A APPAUVRIR GRENOBLE

L'étude très approfondie et précise publiée par Meteojob et Meilleurtaux est significative car elle permet de situer à nouveau Grenoble par rapport aux grandes villes comparables. En combinant les capacités d'emplois et le coût de l'immobilier , les deux organismes déterminent le classement des villes ou il fait bon s'installer . 

Sur ces critères Grenoble devrait être la première puisqu'elle a la chance de bénéficier d'un écosystème économique très performant, créateur d'emplois et .... une baisse constante de la valeur des biens comme le reflète le prix au M2.

L'EMPLOI NE DOIT RIEN à PIOLLE....

Le premier atout ne doit rien à Piolle puisqu'il est lui-même hostile aux nouvelles technologies, a refusé toutes les aides pour favoriser le développement économique et n'a rien apporté à Grenoble en termes de nouvelles locomotives comme l'avait fait par exemple la municipalité Carignon avec ST Micro ou le Synchrotron. 

... L'APPAUVRISSEMENT LUI DOIT TOUT

Le second atout lui doit tout. En effet la dégradation de la ville, comme sa densification insensée, la naissance de nouveaux quartiers bétonnés ont produit des effets incontestables et vérifiables. Météojob et Meilleurstaux fixent à 2951 € le prix moyen du M2 à Grenoble. 

GRENOBLE SE RAPPROCHE DE CLERMONT-FERRAND

Certains classements fixent à 2500 € la moyenne des biens anciens. Mais peu importe. Grenoble se rapproche de... Clermont-Ferrand puisque selon Météojob et Meilleurstaux le prix moyen du M2 dans la capitale Auvergnate est de 2666 €. 

DES CHIFFRES ACCABLANTS POUR LA MUNICIPALITÉ PIOLLE

 Les derniers chiffres sont accablants pour la municipalité Piolle : Lille ( 4081 €) , Lyon ( 5 618€) Bordeaux ( 5002 €) , Rennes ( 4202€), Nantes ( 4239 €) Tours ( 3258€) Toulouse ( 3258 €) Strasbourg ( 4102 €) Montpellier ( 3 612 €) Marseille ( 3 524 €) Nice ( 5 297 €) . Ainsi un propriétaire Grenoblois est-il appauvri considérablement par rapport à un habitant de ces villes. 

E.PIOLLE ACTIONNAIRE à SINGAPOUR N'EST PAS PROPRIÉTAIRE

Il l'est encore plus par la décision d'augmenter le taux de la taxe foncière entre 15 et 25 % l'année prochaine , Grenoble devenant première des grandes villes pour le montant de cette taxe! 

Pour les bobos-gauchos , à l'exemple de Piolle , ça n'a pas d'importance. Leur niveau de vie leur permet de louer de grands  appartements couteux , réservant leur investissement dans des opérations juteuses comme la société dont il est actionnaire à Singapour. Ils n'ont pas le soucis de la classe moyenne d'assurer par le logement une sécurité financière à leur progéniture, celle-ci étant assurée par d'autres moyens.

LES GRANDES MÉTROPOLES ATTRACTIVES NE SONT PAS EN TÊTE DU TABLEAU

Avec la combinaison taux d'emploi disponible et prix de l'immobilier, Grenoble n'est devancée que par Orléans, Mulhouse et Rouen. Avec cette combinaison les grandes Métropoles attractives , à l'image positive, qui ne se paupérisent pas , telles Toulouse, Montpellier , Nantes, Lyon Bordeaux ...ne sont pas en tête du tableau! Evidemment. 

UN TAUX DE 50 % DE HLM DANS LES OPÉRATIONS

En réalité son prix très bas de l'immobilier n'est pas attractif car un propriétaire qui s'endette pour acquérir, veut être certain que son bien ne se dévalorisera pas. Or ,dans toutes les opérations dites de "mixité sociale" depuis la catastrophe de Villeneuve jusqu'à la Presqu'ile aujourd'hui en passant par Vigny-Musset, De Bonne et demain Flaubert, ce n'est pas du tout ce qui s'est passé. Au lendemain de l'acquisition, le bien avait perdu un peu ou beaucoup de valeur suivant le quartier considéré.  Une situation aggravée par le fait que Piolle a porté à 50 % ou plus le taux de HLM dans ces opérations, un taux jamais fixé à ce niveau jusque là.

DE M.BOILEAU ( Verts/Ades) à B.SCHUMAN ( Verts/LFI) LA SPOLIATION CONTINUE

Les opérateurs, type Grenoble-Habitat que préside aujourd'hui Barbara Schuman, l'élue ( Verts/LFI) de la majorité Piolle laquelle a succédé à une vétéran du système Avrillier, Maryvonne Boileau ( Verts/Ades) qui a eu longtemps elle-même la main mise sur le logement , cachent la vérité aux acquéreurs: Grenoble-Habitat est à la fois promoteur privé et vend donc des logements à ce titre mais ne fait pas savoir que de l'autre main il est constructeur de logements sociaux avec 50 % de ceux-ci dans l'opération. Il y a là à minima une "confusion des sentiments" et peut être un conflit d'intérêt sur lesquels les propriétaires spoliés devraient se pencher. 

UNE RÉGRESSION TANGIBLE

Au fur et à mesure que ces chiffres sont connus, un paysage grenoblois se dessine tel qu'il a été peint par la municipalité Rouge/Verts. La régression est tangible. Jusque-là les professionnels de l'immobilier, les associations mandatées pour défendre les propriétaires collaient peu ou prou au discours municipal de densification considérant que le développement d'un marché était essentiel. Et puis il faut bien vendre.

UN URBANISME RAISONNÉ, DES RÉNOVATIONS, UN ESPACE PUBLIC EMBELLI 

Alors que l'urbanisme raisonné , les rénovations , un espace public embelli et l'augmentation de la valeur des biens qui incitent les propriétaires à vendre, créant de la fluidité , sont des acteurs bien supérieurs au fonctionnement d'un marché dense. Se contenter de communiquer sur une éventuelle augmentation annuelle de la valeur des biens,  sans comparatif avec les grandes villes, n'a évidemment aucune signification. 

QUE S'EST-IL PASSÉ POUR QUE LES PROPRIÉTAIRES AIENT PERDU 2 500 € PAR M2? 

Il y a 25 ans , le prix du M2 à Grenoble était supérieur à celui de Lyon , 5 618 € aujourd'hui. Que s'est-il donc passé à Grenoble pour que les propriétaires de notre ville aient perdu 2 500 € par M2 ? Est-ce que leur appauvrissement a solutionné la " crise" du logement ? Rendu plus heureux les locataires? 

Seules les réponses à ces questions permettraient de comprendre pourquoi il faut changer de politique de l'urbanisme à Grenoble et dans toute la Métropole. 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.