LUTTE CONTRE LE BRUIT : L’INACTION MUNICIPALE à SON COMBLE

« La demande d’action dans ce domaine est de plus en plus grande » constate Maud Tavel la 19 éme adjointe (Verts/LFI) sur 22, chargée de la "tranquillité publique ", pour refuser de prononcer le mot "sécurité ". Le " Dauphiné " ( 12/11/22) ,sous la plume de Isabelle Calendre lui consacre une page à partir d'une pétition lancée par Antoine , qui vit en Chartreuse, mais est très incommodé par le bruit de certaines voitures ou motos à Grenoble ou il travaille.

Un coup de pouce médiatique bienvenu à sa pétition qui demande "le droit au calme", laquelle a seulement recueilli 26 signatures depuis son dépôt tandis que celle de l'opposition , qui a bénéficié d'une moindre exposition, a déjà dépassé les 300.

M.TAVEL (Verts/LFI): IL N'Y A PAS PLUS DE BRUIT, MAIS ON LE RESSENT BEAUCOUP PLUS

Pourtant les nuisances dues au bruit sont de plus en plus importantes contrairement à la thèse que développe complaisamment Maud Tavel. Pour elle, à cause de la période de confinement qui nous a habitué au calme, nous serions de plus en plus intolérants au bruit! Ce ne sont pas ces nuisances qui ont augmenté mais notre sensibilité et notre exigence . « L’appréhension du bruit n’est plus la même : on a connu la ville au calme, pour la première fois, et notre sensibilité semble désormais exacerbée » explique t-elle, sans être contredite, dans le DL.

ça rejoint toujours ce satané " ressenti" qui ne correspond pas à la réalité sur l'insécurité ou bien qu'il faut relativiser car c'est notre " sensibilité " qui augmente. C'est comme ça qu'on les aime toujours en débiteurs de lourdes balivernes.

LES GRENOBLOIS IMPLORENT LA LA MUNICIPALITÉ D'AGIR

Pourtant d'assemblée d'Union de Quartier en assemblée, depuis des années, avant et après le Covid les grenoblois implorent la municipalité d'agir contre le bruit. Les habitants n'en peuvent plus. Tous ceux qui travaillent et n'ont plus la possibilité de récupérer, qui sont menacés s'ils protestent et totalement abandonnés à leur sort. Outre les nuisances sonores, ces comportements créent aussi l'insécurité. En août  avenue Rhin et Danube, une femme, son mari et leur bébé d’un mois ont été renversés sur un passage piétons par un scooter qui a pris la fuite.

LES RODÉOS LA NUIT SONT INSUPPORTABLES POUR LES HABITANTS

L'interpellation citoyenne d'Antoine ne reflète pas cette tonalité que vivent les grenoblois. Il a la chance, il est vrai , de passer ces nuits en Chartreuse. On imagine d'ailleurs qu'il vient à Grenoble en voiture? L'article ne le mentionne pas. Il affirme être favorable, comme nous tous, aux "mobilités douces". D'ailleurs, pour lui, les rodéos ne "sont qu'un épiphénomène ", ce qui est littéralement vrai mais faux quant on en est la victime. C'est même , dans entendement personnel de la victime, le phénomène principal puisqu'elle y pense la journée, le subit le soir et qu'il lui gâche sa vie. 

IL N'Y A PAS D'AUTEURS PARTICULIERS DE CES NUISANCES SONORES...

" Le but de ce projet est d’éradiquer le "pollu-bruitage" généré volontairement et de façon exponentielle par les adeptes de "sport" mécanique. Sont concernés au premier chef les 2 roues , les quads , ainsi que tous les "mini" ... motos ou quads et depuis quelques mois , exponentiellement pire , des pseudo «voitures de luxe » au bruit totalement délirant" explique Antoine dans le texte de sa pétition. Ces dernières sont elles la propriété des milliardaires grenoblois, symboles de ce capitalisme à détruire? 

... DONT SONT VICTIMES AUSSI LES PARCS NATURELS AMÉRICAINS....

On comprend que cette présentation très soft, dans un environnement de " capitale verte", de "Métropole apaisée" , "d'immenses efforts en faveur des mobilités douces" convienne au Landerneau. D'ailleurs " les américains constatent qu’au sein des réserves naturelles même les animaux sont touchés (par le bruit) dans leur santé ..."   rappelle la pétition. En réalité Grenoble, est donc victime du bruit ... comme les parcs américains. Cette sémantique contribue grandement à la justification de l'immobilisme. Ne nommant pas les causes, il est impossible de solutionner le problème. 

PAS GÊNÉ PAR LE BRUIT DE L'URBANISATION INTENSIVE 

Les  "solutions" se situent d'ailleurs dans cette ligne  : la sensibilisation, les radars méduses , l'affichage préventif et ... l'interpellation des institutions sur le seuil sonore autorisé qui semble trop haut. On comprend que Maud Tavel soit sur la même longueur d'ondes. D'ailleurs Antoine n'est pas gêné par le bruit des constructions ( il travaille à Bouchayer-Viallet, dont le dernier espace de respiration est en train de disparaitre). « je veux bien accepter le bruit de travaux immobiliers, qui ont une raison d’être. Mais gâcher la vie des gens au nom d’une « liberté de conduite », non, c’est trop ». ( DL du 12/11/22). Que Grenoble soit devenue la première ville de France pour les ilots de chaleur dus à l'urbanisation n'est pas gênant quand on vit en Chartreuse. Laquelle urbanisation intensive induit une population non maitrisée, source de nuisances sonores. CQFD.

ATTAQUER à la SOURCE OU ENFILER LES PERLES ?

En effet la quasi totalité de ces délinquants de la pollution et du bruit sont logés par... les élus. Il eut suffit lors du mariage à Mistral qui a fait tant de bruit de contrôler la noria de grosses cylindrées louées pour l'occasion, d'interpeller ensuite les habitants concernés sur leurs revenus déclarés pour obtenir un HLM , afin de les confondre et d'engager des procédures d'expulsion. Mais s'attaquer à la source est évidemment électoralement plus délicat que d'enfiler des perles. 

LES HABITANTS DES BOULEVARDS VICTIMES DES MOTOS LA NUIT 

L'opposition a également proposé l'utilisation d'un drone afin de suivre les motos bruyantes et de les cueillir à domicile plutôt que de risquer des courses-poursuites. Les habitants des boulevards Vallier et Foch qui se plaignent régulièrement de ces motos qui réveillent des milliers d'habitants la nuit demandent des mesures à la Mairie qui sait d'ou elles partent et ou elles reviennent! De logements que M.Piolle ou ses élus, Présidents d'Actis et de Grenoble-Habitat , attribuent à ces délinquants. Sans leur adresser le moindre avertissement. Alors "la sensibilisation..." 

BEAUVERT : " DES NUITS COURTES ET AGITÉES " 

Une habitante du quartier Beauvert avait écrit  à Eric Piolle:  "Cette semaine – comme beaucoup d’autres – a été particulièrement intense. Les nuits ont été courtes et agitées, les journées à n’en plus finir. Toute la semaine, nous avons été bercée par le bruit des rodéos urbains réalisés dans de grosses berlines, le bruit des feux d’artifice célébrant on se le demande (chut faut pas en parler), … Mais aussi les nombreux incendies de voiture (7 voitures brulées il me semble cette semaine sur le parking)" 

" L'ÉQUIPE MUNICIPALE SEMBLE NE RIEN FAIRE..." 

Sans réponse ni action elle s'est étonnée d'apprendre la pétition, de lire dans le DL que Maud Tavel se sent concernée (!). Hier elle a à nouveau écrit: "Ma surprise est d’autant plus grande que depuis longtemps je n’ai jamais eu de retour.Je suis dans l’incompréhension totale ! L’équipe municipale est consciente du problème, ne m’apporte pas de réponse et surtout semble ne rien faire pour lutter contre cette pollution sonore." 

IL SE PLAINT DU BRUIT , IL EST ROUÉ DE COUPS

On se souvient au mois d'août qu'un homme excédé par la bruit à Villeneuve, allée des Genêts, était venu demander vers minuit aux "jeunes"  de cesser leurs nuisances. Il avait été roué de coups avec un pieds de parasol et séjourné au CHU.  C'est ce que vivent les grenoblois et on doute que la réalité soit la même dans les communes de Chartreuse, dont le calme semble  perturbé par les randonnées en motos.

38 RUE D'ALEMBERT : L'ULTRA GAUCHE PEUT FAIRE TOUT LE BRUIT QU'ELLE VEUT 

Jamais la municipalité n'a ordonné un quelconque contrôle du bruit du 38 rue d'Alembert, un squat occupé par l'ultra-gauche malgré les conséquences graves pour la santé des riverains. Au contraire elle leur a accordé un bail de ... 40 ans. 

RUE THIERS : UNE CAISSE DE RÉSONANCE AU MILIEU des IMMEUBLES 

Car la municipalité est chaque fois inerte ou complice s'il s'agit d'amis. Les nuisances sonores s'aggravent même comme le constatent les habitants du centre ville, de Notre Dame , de Championnet qui protestent en permanence. Rue Thiers un nouvel établissement vient d'occuper une vaste cour intérieure, véritable caisse de résonance vers laquelle sont tournées des dizaines de dizaines de fenêtres des chambres d'immeubles environnants. Un bar à bière ouvert en semaine jusqu'à 1h45. Les riverains ont lancé aussi une pétition 

LES PÉTITIONS S'ENTASSENT SUR LE MÊME SUJET ....

Comme sont lancées des pétitions contre les nuisances y compris sonores  au parc Bachelard, contre les nuisances y compris sonores au square Georges Drevet, contre les nuisances y compris sonores à l'esplanade , contre les nuisances sonores au parc Valérien Perrin pour "retrouver le sommeil ", contre les nuisances sonores de la Guinguette électrique à Bouchayer-Viallet ... Celle des habitants du Clos des Fleurs à Jean Macé, qui réclamaient la fermeture du parc pour les mêmes raisons vient de disparaitre.

UN SYSTÉME MIS EN PLACE POUR ASPHYXIER TOUTE ACTION 

Les pétitions de "l'interpellation citoyenne" (!)  s'entassent et seront sans effets. Le système a été mis en place pour asphyxier toute action. Il est suffisamment long et complexe pour épuiser le demandeur. Et de toute façon il ne peut qu'échouer: il est quasiment impossible de réunir 8000 signatures pour obtenir une consultation des grenoblois. Et si, par miracle, quelqu'un y parvient, le chiffre de 16 000 votants exigés par Piolle pour que le projet soit retenu n'est pas atteignable 

UNE ABSENCE DE TOUTE SANCTION

En réalité l'inaction municipale est à son comble face à une problématique qui monte comme en témoignent toutes ces actions disparates . Elle est aggravée en effet par une politique irresponsable de peuplement de la ville, une absence de toute sanction et de mise en place de moyens pour lutter contre cette nuisance infernale qui s'appelle le bruit. 

IL NE FAUT PAS PASSER à CÔTÉ de L'ESSENTIEL 

La résumer à du pollu-voiturage qui n'est pas la seule source , ne pas désigner les auteurs de cette dégradation sans précédent - qui se croient tout permis dans la ville- et ne pas demander de comptes de cette évolution aux responsables politiques, est passer à côté de l'essentiel. C'est ce à quoi parvient cette pétition et le commentaire lénifiant de Maud Tavel. Les vrais causes ne sont pas abordées dans cet article qui en rend compte.

SANS DÉSIGNER LA SOURCE et les CAUSES, IMPOSSIBLE de la TARIR

Cette absence d'analyse globale explique d'ailleurs les réactions disparates, multiples des grenoblois partout dans la ville, s'annulant par leur nombre,  prouvant combien le sujet est prégnant. Sans désigner la source de cette problématique, ses causes, il est impossible de se donner les moyens de la tarir.  

LA PÉTITION SUR LES CAMÉRAS de VIDÉO-PROTECTION EST UN OUTIL 

Avec la pétition du groupe d'opposition sur les caméras de vidéo-protection reliée à un PC opérationnel 24h sur 24 , les grenoblois ont un moyen de montrer que ces nuisances sonores - comme toutes les autres- ont le moyen d'être combattues, si on s'en donne simplement les moyens....

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.