CENTRE VILLE : CE SOIR L’UNION DE QUARTIER MET LES PIEDS DANS LE PLAT

A lire l'ordre du jour de l'assemblée de l'Union des Habitants du Centre Ville ( UHCV) qui se tient ce jeudi soir à 20 h à la Maison du Tourisme , on comprend pourquoi Eric Piolle veut tuer les Unions de Quartiers depuis 8 ans: elles font remonter les problématiques des habitants! 

L.LHEUREUX ( Verts/LFI) MET AU PAS LA CULTURE 

Or dans le système Piolle , la municipalité impose une grille de préoccupations dans laquelle il faut s'exprimer. Aucun secteur n'y échappe. Dans " Libération" ( 18/10/22) Lucille Lheureux qualifiée de "donneuse de leçons et interventionniste "  rappelait les thèmes édictés par la ville afin de subventionner ou non un acteur culturel. C'est dire jusqu'ou leur sectarisme les conduit. 

E.PIOLLE N'A PAS PARDONNÉ AU CLUQ 

La " déclaration des droits des habitants à participer à la décision publique" élaborée par le Comité de Liaison des Unions de Quartiers  ( CLUQ) ne lui a pas été pardonnée. Que soit établi publiquement et sans appel la  totale absence de possibilité d'intervenir sur les décisions municipales était insupportable au Grand Timonier. Il a donc supprimé sa subvention au CLUQ provoquant au passage -sans état d'âme- le licenciement de sa secrétaire. C'est Annabelle Bretton Adjointe ( Verts/LFI) Adjointe  "chargée de la démocratie populaire "( comme il existait des "démocraties populaires" du temps de l'URSS ) qui a été chargée des basses oeuvres et sans acquitte avec un sectarisme exemplaire. 

LA FICTION DES CONSEILS CITOYENS INFÉODÉS a ÉTÉ MAINTENUE

La création de " conseils citoyens indépendants" pour contrer les Unions de Quartiers a été un bide total. Couverts de subventions, totalement inféodés , répétiteurs de la majorité municipale , ils ont regroupé au mieux de leur forme, au total moins de 30 grenoblois. Ce qui n'a jamais empêché la municipalité de maintenir cette fiction envers et contre tous.

AUCUN DES SUJETS DE L'UHCV N'EST DANS LA GRILLE DE LECTURE des ROUGE/VERTS

En portant ce soir le dossier des Tags qui polluent, la remise en eau des fontaines, la pollution engendrée par le plan de circulation de Piolle ( discuté avec personne) , le retour ( parce qu'ils ont été supprimés) des passages protégés pour les piétons, la lutte contre le bruit , en questionnant sur le caractère bidon des " budgets participatifs, l'Union de Quartier du Centre Ville met les pieds dans le plat.

Aucun de ces sujets ne figure dans la grille de lecture de la majorité municipale qui a décrété quels étaient les problématiques dont on doit discuter .  

CINQ ANNÉES DE TRAITEMENT INÉGALITAIRE POUR LES ÉCOLES

"Six des sept sept écoles les plus polluées de Grenoble, auxquelles s’ajoute  le lycée Champollion,le  sont car le trafic a été  reporté et  concentré sur la rue Hoche et le bd Gambetta, et le cours Jean-Jaurès, et la rue Lesdiguières, et les rues attenantes .Sont concernés plus de 4000 élèves et des milliers d'habitants. Simplement ouvrir la voie de Bus du bd Agutte Sembat dans le sens Sud/Nord ne signifie pas retourner au bd d'avant le réaménagement et mettrait fin à cinq années de traitement inégalitaire de la qualité d l'air au centre ville " écrit l'Union de Quartier . Elle a même lancé une pétition à ce sujet.

Un crime de lèse majesté à l'égard de l'infaillibilité du Guide qui ne sera pas pardonné non plus. Eric Piolle a toujours refusé d'admettre les reports de pollution pourtant évidents: qui peut nier que la rue Hoche, le bd Gambetta , la rue Lesdiguières reçoivent plus de circulation aujourd'hui qu'avant ? 

Mais l'Union de Quartier précise qu'Eric Piolle ayant repris le pouvoir de la circulation à la Métropole , la décision est entre ses mains: " il est en pleine capacité d'ajuster le plan de circulation pour préserver sans inégalités la santé des enfants.." 

G.NAMUR ( Verts/LFI) PROMÉNE SON INCOMPÉTENCE SUR LES TAGS

Elle pousse aussi l'outrecuidance jusqu'à demander enfin des mesures sérieuses sur la prolifération des Tags. Un sujet douloureux pour la municipalité qui les permet, admet que la ville soit devenue un lieu ou l'on vient de toute la France pour taguer en toute impunité. Elle aime cette dégradation ordinaire, cet infantilisme abêtissant. Gilles Namur l'Adjoint ( Verts/LFI) promène son incompétence sur le sujet au fil des assemblées, ne voulant , ni ne pouvant intervenir. Puisqu'il faudrait aussi des caméras et une police municipale qui verbalise, ce à quoi la municipalité s'oppose. 

GRENOBLE PALME NATIONALE DES TAGS

" Chacun voit , venant des autres villes de France , que la notre est désormais l'une des plus polluées par les tags. Il est même possible qu'elle détienne la palme , tant en densité de pollutions visuelles qu'en irrespect et dégradation de tout: jusqu'aux arbres, aux murs de pierre, aux façades fraîchement ravalées et même jusqu'aux toits et coupoles en ardoises de la place Victor Hugo et de l'avenue Alsace-Lorraine ( par un certains Pinson) " écrit l'UHCV. Comment voulez vous que le phare de l'occident que nous avons l'immense chance d'avoir bd Jean Pain puisse apprécier les Unions de Quartiers? 

17 DES 40 FONTAINES de la VILLE SONT EN ÉTAT DE MARCHE

D'autant que celle du Centre Ville réclame aussi " la remise en eau des fontaines patrimoniales " rappelant que seulement 17 des 40 fontaines sont en état de marche (!) et que " l'eau est source de vie, de fraîcheur et contribue avec les arbres à rendre supportables les actuelles et futures températures". Un rappel et un appel qui iront droit au coeur à l'Adjoint à la Fraîcheur qui parle sans arrêt de l'eau qui ruisselle partout. 

L'ARNAQUE DES BUDGETS PARTICIPATIFS EXPLOSE ENCORE

Mais l'UHCV dénonce aussi la tromperie des "budgets participatifs" dont l'arnaque a explosé publiquement avec l'employé du service nature en ville qui s'en est servi pour faire planter les arbres que la municipalité ne plante pas!  Un "projet " d'aménagement et de coupure de la circulation du quai rive gauche avait été aussi déposé par un proche de la municipalité, ancien responsable d'un parti politique, alors que l'UHCV porte depuis longtemps l'idée de la création d'un encorbellement, un trottoir en balcon,  sur la voie sur berge permettant de créer un espace piéton . Face à la montée des mécontentements, la municipalité avait retiré le ridicule "projet ".  

LE PIÉTON TOTALEMENT OUBLIÉ

En demandant aussi le rétablissement des feux piétons supprimés, la protection des piétons face aux vélos et aux trottinettes , que les zones " piétonnes" soient ... piétonnes , l'UHCV fait remonter la colère des piétons, premier mode de déplacements en part modale, le plus écologique et le moins soutenu. 

E.PIOLLE VOUDRAIT CASSER LE THERMOMÉTRE

Bref, à observer l'ordre du jour de l'assemblée de ce soir et les préoccupations portées par l'union de Quartier du Centre ville, on comprend pourquoi Piolle voudrait les rayer de la carte. Il lui échappe que la destruction du thermomètre ne supprimerait pourtant en aucun cas la température. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.