POLLUTION DES ÉCOLES DU CENTRE : LES HABITANTS SE MOBILISENT

Deux unions de quartier ont lancé une pétition pour demander à la Mairie d'agir face à la pollution des écoles du centre-ville. Une initiative que notre collectif relaie bien volontiers : nous vous invitons à signer la pétition en cliquant ici

6 DES 7 ÉCOLES LES PLUS POLLUÉES DE GRENOBLE...

En début d'année, une étude de l’association nationale pour l’amélioration de la qualité de l’air "RESPIRE", à partir des données de l'organisme indépendant ATMO, révélait que 7 écoles grenobloises dépassent désormais les 30 µg/m3 de dioxyde d'azote (N02, polluant émis par le trafic routier). Le collège de l’Aigle, le collège Champollion, l’école maternelle Marceau, la nouvelle école élémentaire Marianne Cohn, l’école maternelle Jean Jaurès et l’école élémentaire Jean Jaurès subissent ces taux très élevés, qui mettent en danger la santé des enfants. 

L'école Marianne Cohn, déjà surexposée à la pollution de l'air...

... À CAUSE DU PLAN DE CIRCULATION !

La raison de cette surexposition ? Le plan de circulation, imposé par Eric Piolle en 2017 et qui a abouti à la fermeture d'Agutte Sembat notamment. Annoncé comme une grande solution à la pollution liée au trafic automobile, ce plan aura fait augmenter l'exposition des habitants du secteur Aigle-Championnet-Bonne--Hoche-Centre aux particules. Quel succès. 

La carte des concentrations en N02 des établissements scolaires. Source : communiqué des deux unions de quartier.

ÉRIC PIOLLE DÉPLACE LA POLLUTION

En réalité, le plan d'Eric Piolle aura simplement abouti à déplacer la pollution. Il n'a aucunement réduit le trafic. Quelques privilégiés bénéficient d'une légère baisse de la pollution de l'air devant leurs fenêtres, mais de nombreux autres subissent une hausse, sur les axes où la circulation s'est déportée. 

Le plan de circulation Piolle (CVCM) : légère baisse de la pollution pour certains... qui entraine une augmentation pour d'autres.

UNE INTERPELLATION SANS RÉPONSE

En mars dernier, Michel Voilin, Président de l'Union de quartier Championnet-Bonne-Condorcet-Hoche, et Jean-Pierre Gambotti, de l'Union de quartier du centre-ville, avaient déjà saisi la Mairie pour faire valoir le problème. Une interpellation restée sans réponse, comme trop souvent avec cette majorité municipale qui laisse pourrir les problèmes des habitants. 

UNE PÉTITION POUR RÉDUIRE LA SUREXPOSITION

Ils ont donc lancé cette pétition, qui a déjà recueilli 60 signatures en à peine quelques jours, afin de proposer des mesures de bon sens pour réduire la surexposition des enfants et des habitants à la pollution de l'air dans ce secteur. Ils demandent ainsi de réaménager le plan de circulation de 2017, en rouvrant à la circulation automobile le couloir de bus du Boulevard Agutte-Sembat dans le sens sud-nord. Une mesure simple, qui ne coûte rien, qui ne remet pas en cause l'autoroute à vélo si chère au système Piolle, et qui permettrait de "lisser" la pollution du centre-ville. Pour soutenir cette proposition de bon sens, rendez-vous sur ce lien

La pétition, que vous pouvez retrouver sur ce lien.

CES POLLUTIONS QU'ERIC PIOLLE REFUSE DE TRAITER

Si, par refus de remettre en cause une de ses décisions, Eric Piolle refusait de traiter la demande des pétitionnaires, cette source de pollution viendrait s'ajouter à toutes celles qu'il refuse de traiter et qui sont pourtant nocives pour la santé : les incendies de voiture qui dégagent ces fumées toxiques, les nombreux squats qui se chauffent en brûlant du bois, les incendies de pneus, ou encore les feux de câbles pour en extraire le cuivre, très dangereux, sur un terrain métropolitain près d'Athanor...

Les brûlages de câbles sur le terrain d'Athanor. Une activité très polluante et nocive qui dure depuis des mois, malgré les interpellations des riverains et d'Alain Carignon (président du groupe d'opposition).

LE DOGMATISME PLUTÔT QUE LA SANTÉ

En refusant de voir ou de traiter ces problèmes, Eric Piolle confirme qu'il ne prend pas des décisions pour obtenir des résultats concrets, mais pour faire de l'affichage. Servir son idéologie passe avant le bien-être, la santé des habitants. Ce dogmatisme n'en finit décidément pas de multiplier les déçus et de créer des tensions. Même pour traiter la pollution, le Maire "écolo" aura échoué. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.