ZFE : L’IRRESPONSABLE DÉMAGOGIE VERTE

Alors que la Zone à Faible Émissions s'appliquera dès juillet prochain aux véhicules de particuliers pour 13 communes, les élus du système Piolle ont une nouvelle fois fait montre de leur démagogie habituelle.

LES PROFESSIONNELS DEJA PÉNALISÉS PAR LA ZFE

Depuis juillet 2022, une ZFE interdit déjà aux véhicules professionnels (poids-lourds et utilitaires) crit'air 3, 4 et 5 de circuler dans 27 communes de la métropole. Une interdiction dénoncée par de nombreux petites entreprises et artisans, car ils n'ont pas les moyens de remplacer leur véhicule et les alternatives non-polluantes aux véhicules professionnels ne sont pas encore suffisamment développées.

Le calendrier d'application de la ZFE pour les professionnels. Source : site de la métropole.

LA ZFE S'ÉTEND AUX PARTICULIERS

Une deuxième ZFE va voir le jour pour juillet 2023. Elle concernera 13 communes et s'appliquera cette fois-ci aux véhicules des particuliers. En 2023, les véhicules les plus polluants seront concernés (soit 5 200 voitures). À l'horizon 2025, pas moins de 39 200 voitures seront touchées par l'interdiction.

Le calendrier d'application de la ZFE pour les particuliers. Source : site de la métropole.

PAS DE MESURES DE COMPENSATION CLAIREMENT DÉFINIES

Alors qu'elle a vocation à s'appliquer dans quelques mois, la Métropole en est au stade de la concertation et rien ne semble clairement défini. Et surtout pas les nécessaires mesures de compensation : les élus de la majorité parlent d'un dispositif d'accompagnement financier doté de 3 millions d'euros, sans plus de précisions (ce qui, ramené à 39 200 véhicules concernés, ferait 76.5 euros par voiture : soit rien du tout). Le risque de mesures insuffisantes serait de transformer la ZFE en "dispositif anti-pauvres" : les plus aisés n'auraient aucun problème pour se doter d'un véhicule moins polluant, tandis que les plus précaires ne pourraient pas se le permettre.

CONSEIL MÉTROPOLITAIN : 2H DE DÉBATS POUR UN VOEU SANS EFFETS

Lors du dernier conseil métropolitain, un débat interminable a porté sur un vœu visant à demander plus d'aides de la part de l'État pour l'application de la ZFE. Ce vœu, par définition, n'a aucune portée concrète et n'engage que ceux qui l'adoptent. Ce temps de débat aurait pu être employé pour avancer sur les mesures que compte prendre la Métropole, pour lesquelles les élus ont un vrai pouvoir de décision, mais la majorité n'a pas pu s'empêcher de tomber dans ce double travers signature du système Piolle : l'adoption de mesures purement symboliques et le rejet de toute responsabilité sur les autres collectivités et sur l'État.

CHLOÉ PANTEL (GÉNÉRATIONS) ET LAURENT AMADIEU (EELV) : L'IDÉOLOGIE ANTI SOCIALE

Après avoir adopté ce vœu, les élus du groupe d'Eric Piolle, Chloé Pantel et Laurent Amadieu, n'ont pas pu s'empêcher de geindre dans Le Dauphiné du 3 octobre, en appelant à "ne pas trainer des pieds". Ils sont donc capables de voter un vœu qui acte que les mesures d'accompagnement sont insuffisantes, et dans le même temps voudraient accélérer la mise en place d'un dispositif qui est, de fait, anti-social. L'idéologie verte dans toute sa splendeur.

L'OPPOSITION DÉNONCE LA DÉMAGOGIE DES VERTS

Alain Carignon, Président du Groupe d'Opposition, a dénoncé cette démagogie dans un communiqué : "en demandant une accélération des contraintes sur les déplacements, sans ignorer que les mesures financières d’accompagnement très insuffisantes ne sont pas en place, les élus Verts s’en prennent directement aux plus modestes, à la classe moyenne qui travaille et vit difficilement de son travail".

Le communiqué du Groupe d'Opposition.

LA POLLUTION DÉPLACÉE AILLEURS

Dans tout le concert médiatique fait autour de la ZFE, à grand coup de chiffres larmoyants, il ne se trouve aucun élu qui défend ce dispositif pour s'interroger sur la tartufferie qui consiste à faire acheter des véhicules électriques pour moins polluer ici... mais ainsi exposer les populations des pays qui exportent les matériaux nécessaires aux batteries à la pollution et aux dangers pour la santé que représente cette activité. 

La mania de la voiture électrique prend de plus en plus de plomb dans l'aile. Capture d'écran : Reporterre.net

APPLICATION CONCRETE : LA GRANDE TARTUFFERIE

Autre tartufferie : le contrôle de l'application de la ZFE semble impossible. Le système de contrôle automatisé permet l'installation d'un radar tous les 40km (soit deux dans la Métropole), qui fonctionnent 15% du temps, et aucune autre mesure de contrôle ne semble prévue pour l'instant. On se retrouve donc à disserter sur un dispositif qui, en l'absence de vérification, ne sera pas véritablement appliqué. À l'image de l'échec de la voie de covoiturage de l'A480.

Le 16 septembre, Le Dauphiné pointait l'échec de la voie de covoiturage. Bientôt le même article pour la ZFE ?

NOUVEL EXEMPLE DE L'IRRESPONSABILITÉ DES VERTS

Cette ZFE illustre donc à nouveau l'irresponsabilité et la démagogie des élus du système Piolle, qui ne savent décidément mener leurs affaires qu'à coup de mesures symboliques ou de dispositifs qui pénalisent les plus précaires et ne séduisent qu'une frange aisée de leur électorat, en l'absence de véritable politique d'accompagnement. Vous avez dit "social" ?

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.