LA MUNICIPALITÉ EXCLUT LES COMMERÇANTS DU DÉBAT SUR LES TERRASSES

Dans le cadre de la " participation citoyenne" bien connue à Grenoble , la municipalité est en train de franchir un pas de plus : Maxence Alloto Adjoint au Maire ( PS repenti) qui a été longtemps le zélé répétiteur de Michel Destot est devenu un exécutant discipliné d'Eric Piolle et de toutes ses dérives.

UNE RÉUNION SUR LES TERRASSES SANS LES COMMERCANTS 

Ainsi une réunion est convoquée le 7 octobre prochain avec toutes les Unions de Quartiers de la ville pour discuter du règlement des... terrasses des cafés et restaurants. L'objectif est grossier : opposer les habitants aux commerçants. S'appuyer sur les premiers pour avoir les mains libres de faire ce qu'elle entend avec les seconds. 

LES TERRASSES : UN ÉLÉMENT DE L'ANIMATION et de la SÉCURITÉ

L'affaire de la terrasse du "Tonneau de Diogène" n'a pas été digérée par les Rouge/Verts: la décision unilatérale de supprimer la terrasse a été annulée par le tribunal sur la requête de Me Thierry Aldeguer (décidément !). Pas question pour eux d'en rester là. D'autant que place Notre-Dame notamment , pour se venger de l'affront, ils auraient des projets de réductions drastiques des terrasses. 

" LES PREMIERS  CONCERNÉS NE SONT PAS INVITÉS "

Des Unions Commerciales et au premier chef celle de Notre-Dame ont déjà réagi pour demander à être associées à cette réunion de concertation : " Nous sommes très choqués d'apprendre que les premiers concernés que nous sommes ne sont pas conviés à entendre les avis des représentants des habitants et à apporter leur point de vue. Les terrasses sont pourtant un élément très important de notre chiffre d'affaires, de nos emplois, de l'animation et de la sécurité de la vie laquelle nous participons activement par ce biais" écrit Olivier Curto , le Président de celle de Notre-Dame à Éric Piolle.

FERMETURE DE NOTRE DAME : FIN DE LA DIVERSITÉ COMMERCIALE

Un bon exemple de la "participation citoyenne" puisqu'il rappelle réclamer une concertation depuis deux ans sur la fermeture du quartier, les aménagements et le mobilier urbain. Rien n'étant venu. Et de citer les conséquences :  " Elle aboutit à la fin de la diversité commerciale a l'opposé de ce que vous affichez comme objectifs: le pressing qui a perdu 50 % de son chiffre d'affaires et à fermé ses portes récemment, le cordonnier est menacé, la boulangerie vient d'être vendue, je suis moi-même commerçant sur cette même place depuis 30 ans, je ne vois pas d'un bon œil l'avenir commerçant et harmonieux à l'image d'un petit village que nous étions sur le quartier Notre-Dame."

Au moment ou la municipalité veut discuter des terrasses , elle écarte toutes ces problématiques en écartant ceux qui peuvent les porter. 

REPRÉSAILLES CONTRE LE COMITÉ DE LIAISON DES UNIONS de QUARTIERS

Elle fait régner un climat de vendetta. On le voit avec les représailles entreprises contre le Comité de Liaison des Unions de Quartiers qui voit sa subvention supprimée pour avoir osé proposer de clarifier la fausse " participation citoyenne " et ses leurres comme les faux " budgets participatifs". Éric Piolle ne craint pas de supprimer brutalement un emploi sans aucune considération humaine et sociale.

DES VIOLENCES CIBLÉES AUX RAISONS INCONNUES

On le voit avec l'arrêté de fermeture de la route de la Bastille afin de menacer le " Père Gras" , on ne sait pourquoi ? Car les raisons de ces violences ciblées sont inconnues. En parallèle Éric Piolle a laissé urbaniser la Bastille par des promoteurs en ne préemptant pas les bâtiments universitaires , permettant aux voitures des futurs habitants de monter sur le site. Pourquoi d'autres personnes sont elles à abattre?  Peut être parce qu'elles ne correspondent pas aux " nouveaux comportements " ne "changent pas d'imaginaire" ou pas assez vite au goût de nos idéologues. Peu importe que Piolle n'ait pas le droit de fermer cette route. Sa décision sera annulée mais il aura fait peur, menacé, montré qu'il est capable de tout.

L'OPACITÉ DU SYSTÉME PIOLLE 

Ou sont prises ses décisions? Par qui ? L'opacité absolue du système ne permet pas de le savoir. Cette nouvelle offensive contre les commerçants s'inscrit dans cette culture de la peur. La municipalité veut avoir les mains libres pour juger à la tête du client. 

OPPOSER LES GRENOBLOIS ENTRE EUX 

Après avoir tenté d'opposer le CLUQ aux Unions de Quartiers, après avoir ciblé des commerçants ou des artisans afin de les diviser entre eux, elle tente d'opposer les Unions de Quartiers aux commerçants. La méthode est toujours la même. On le voit avec les injures dont Éric Piolle abreuve Alain Carignon qui représente le quart des grenoblois. Aucun respect pour eux et désir de faire taire tout ce qui ne va pas dans son sens. 

METTRE LA VILLE à FEU ET A SANG 

Elle est prête à mettre la ville à feu et à sang, à aggraver les antagonismes , pourvu qu'elle parvienne à ses fins. La nouvelle affaire du 7 octobre prochain tombe mal pour elle. Visiblement un certain nombre d'Unions Commerciales ne sont pas prêtes à tomber dans ce piège et demandent à participer au débat qui les concernent. 

LES GRENOBLOIS DÉCOUVRENT SON VRAI VISAGE

En campant sur une ligne dure, totalement fermée, la majorité Rouge/Verts démontre à chaque étape sa véritable nature. Secteur pas secteur de plus en plus de grenoblois découvrent son vrai visage. Sur fond de tintamarre de bruits de casseroles , ce n'est pas une bonne nouvelle pour Éric Piolle. 

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.