NOUVEL ÉCHEC PIOLLESQUE : LE CAIRN S’EFFONDRE

Quelques années après son lancement, la monnaie locale grenobloise, le CAIRN, est en passe de s'effondrer.

LA LUBIE DU SYSTEME PIOLLE N'A PAS PRIS

"Cette monnaie ce n'est pas que pour les mangeurs de quinoa", affirmait Pascal Clouaire (adjoint au maire de Grenoble) lors de son lancement en grande pompe en 2017. Force est de constater que si, et les mangeurs de quinoa ne sont pas assez nombreux, puisque 5 ans plus tard, la lubie n'a pas pris. L'association qui porte le projet organise une "réunion de la dernière chance" fin septembre, comme révélé par le média en ligne Place Gre'net

Le titre équivoque de l'article de Place Gre'net.

GLC AVAIT ALERTÉ

Dès son lancement, notre site Grenoble le changement avait alerté : "Partout ou la monnaie locale été mise en place, elle n’a jamais dépassé une poignée d’utilisateurs". Ce type de monnaie repose sur un repli sur soi, à garder l'argent chez soi pour qu'elle ne circule pas chez les autres : assez ironique que cette monnaie réservée à un territoire soit impulsée par les mêmes qui prônent l'ouverture des frontières, la libre-circulation des personnes...

LA MÉTROPOLE AURA ÉTÉ LE SEUL INVESTISSEUR

La Métropole sera resté le seul financeur du CAIRN : après une subvention de 35 000e/an au début, elle est passée à 25 000e en 2021 et va désormais être supprimée. Une suppression prévue : après 5 ans, le CAIRN était censé trouver de nouveaux investisseurs. Mais personne n'a voulu ; l'association va donc devoir quitter son local et se séparer de son salarié. 

L'OBJECTIF LOIN D'ÊTRE ATTEINT

L'objectif initial était de plusieurs milliers d'adhérents : ils sont au final seulement 300. Le CAIRN n'a pas réussi à percer au-delà de son petit cercle de convaincus, malgré une forte communication des élus municipaux et métropolitains de la majorité. 

Comme les élus grenoblois, les membres du CAIRN semblent avoir un penchant pour les "formations", les "partages d'expériences"... Quand on voit les résultats ensuite, on peut douter de l'efficacité

GEG ET EAUX DE GRENOBLE LE BOUDENT

Même Eaux de Grenoble Alpes et GEG, des acteurs publics locaux qui devraient pourtant montrer l'exemple, n'acceptent pas le paiement en CAIRN en raison de sa plateforme numérique pas assez "solide". Les centaines de milliers d'euros de subvention d'argent public n'ont donc pas été suffisant pour développer un outil fonctionnel qui permette à chacun de se l'approprier. Encore une belle gabegie. 

3 ÉLUS SUR 59 L'UTILISENT !

En 2019, nouvelle opération de communication : le Grand Timonier annonçait qu'élus et agents de la ville de Grenoble pourraient désormais percevoir une partie de leurs salaires et indemnités en CAIRN, pour "soutenir l'économie réelle". Grand succès : l'association a indiqué à Place Gre'net que seulement 3 élus y ont recours sur les 59 que compte le conseil municipal. À l'image de leurs "écoquartiers" qu'il idéalisent mais où ils ne veulent pas habiter, ils ne souhaitent pas utiliser la monnaie locale qu'ils ont eux-mêmes impulsé. 

La signature de la convention pour qu'élus et agents puissent être rémunérés en CAIRN. Bilan : 3 élus le font. Source photo : site du CAIRN.

LE CAIRN BIENTÔT ENTERRÉ ?

Avec la fin de la subvention métro, le CAIRN ne reposera plus que sur le bénévolat. La réunion de fin septembre sonne comme celle de la dernière chance. Il ne faudrait pas trop compter sur les élus qui ont promeut cette monnaie à l'époque : ils ont surcommuniqué sur le projet pour servir leurs intérêts, et ne manqueront pas de ne plus en parler si il venait à s'effondrer.

La conclusion de l'appel à mobilisation pour la réunion de la dernière chance, sur le site du CAIRN. Ambiance...

L'ANNUS HORRIBILIS DU SYSTEME PIOLLE

La fin du CAIRN signerait une énième déconvenue pour le système Piolle. "Les emmerdes, ça vole en escadrilles" : la machine s'est grippée et plus rien ne réussit à Eric Piolle, dont les décisions et les fakes sont désormais critiquées et dénoncées par de multiples sources de bords politiques différents. Avec en point d'orgue de cette annus horribilis, sa comparution en correctionnelle le 26 septembre prochain.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.