SaccageGrenoble : UNE PAGE REFUGE DE LA COLÉRE des GRENOBLOIS

Ce n’est pas «  Valeurs Actuelles, C'news, Lyon Mag ou le site “Grenoble le changement” » qui ont donné raison  - ce qui serait déjà pas si mal - à » SaccageGrenoble » dans l’affaire des T’Shirts fabriqués au Bengladesh et vendus aux journées d’été des Verts à Grenoble. Mais «  Libération ». Ce sont pourtant ces médias que Jean-Benoit Vigny ( DL du 9/9/22) cite comme étant proches de la page Facebook d’opposition. Le «  DL » consacre tout de même une enquête au phénomène de cette page à succès dans laquelle les grenoblois expriment quotidiennement leur colère. 

UNE INITIATIVE CITOYENNE OBSERVÉE AVEC MÉFIANCE ....

Mais alors que toute initiative citoyenne est regardée à priori avec bienveillance – combien de groupuscules venus de l’extrême gauche pullulent en exprimant une pensée radicale- celle-ci est observée avec méfiance. « Qui est derrière  le groupe SaccageGrenoble ?… «  titre le DL.

.... TANDIS QUE LE DAL OU L'EXTRÊME GAUCHE JAMAIS QUESTIONNÉS 

A t-on jamais lu ça à propos du DAL, des «  antifas » autoproclamés et de tous les collectifs qui terrorisent , agressent,  au nom de l’anti-racisme, à propos des occupants du 38 d’Alembert ou de la villa kaminsky rue des Alliés ?  Pourtant le DAL – officiellement défenseur des mal-logés - appelait à soutenir les agresseurs des jeunes responsables de la droite. Qui est derrière? 

LE FONDATEUR DE SACCAGEGRENOBLE MENACE, VICTIME DE TAGS HOMOPHOBES

Le journaliste a donc rencontré son fondateur qui a communiqué son nom à plusieurs reprises , un enseignant du quartier Championnet , mais ayant  été l’objet de menaces personnelles et d’actes d’homophobie – sans que ça n'émeuve qui que ce soit- préfère désormais  que son nom ne soit pas répété. Tout est clair et la réponse sur «  qui est derrière ?» a donc été donnée pour «  Saccage » . Et pour les autres ? 

L'OUTRANCE OU "LA RÉALITÉ" ?

Sur le fond «  les détracteurs dénoncent l’outrance quand ses défenseurs évoquent « la réalité » »  écrit Jean-Benoit Vigny.  Seule » la réalité « est entre guillemets.  A-t-on jamais lu que les critiques contre la droite ou Carignon pouvaient relever de « l’outrance » ? Jamais.  Le journaliste estime aussi « que ce soit sur Facebook ou Twitter, les commentaires vomissent la haine du premier magistrat. » .  Comme si s’élever avec vigueur contre une politique qui fait du mal, était «vomir de la haine » contre celui qui la conduit.

UNE EXPRESSION MASSIVE des GRENOBLOIS à la MARGE du CHAMP RÉPUBLICAIN 

« Balayer d’un revers de main cette opposition en la qualifiant de réactionnaire ou d’extrême-droite ne saurait toutefois éteindre la fronde qui se diffuse çà et là dans la ville »   ajoute -t-il habilement en citant « la réaction » et l’extrême droite en négatif. Mais en suggérant de tels amalgames, il place subrepticement cette expression massive des grenoblois à la marge du champ républicain, crée le doute sur le porteur du message afin d’atténuer à minima – de décrédibiliser au mieux  – le message lui-même.

LES GRENOBLOIS NE MONTRENT PAS UNE VILLE VIRTUELLE 

Pas une fois il n’est réellement question de l’expression des grenoblois elle-même . Pourtant l’essentiel des images et des propos publiés par «  SaccageGrenoble » proviennent des grenoblois.  Ils ne créent aucunement une ville virtuelle, ils reproduisent ce qu’ils vivent, trouvant enfin un média pour s’exprimer.

UNE COLÉRE APRES AVOIR ÉPUISÉ TOUS LES VAINS RECOURS

Ils déversent une colère en effet, après avoir épuisé tous les substituts, les fameux appels au numéros mis en place pour faire attendre, recours vains aux élus qui se planquent, après avoir été baladés entre la ville et la métro et entre la métro et la ville.

NE PAS METTRE EN CAUSE PIOLLE SUR LA MÉTRO...

Jean-Benoit Vigny leur reproche d’ailleurs de mettre en cause Piolle à la fois pour la ville et la Métro. Le citoyen devrait être parfait et savoir que l’ampoule du candélabre c’est la ville, mais le poteau qui la porte  de la responsabilité de la Métro ? Ou le contraire. Aucune élu, ni aucun journaliste ne le sait.

... QUI EST AUSSI DE SA RESPONSABILITÉ

N’est-ce pas de la responsabilité du Maire , dont la majorité est massivement présente dans l’exécutif de la Métro,  d’assurer une coordination parfaite grâce à une veille quotidienne ?  De mettre fin au fur et à mesure aux doublons, aux dysfonctionnements entre les deux collectivités, à la bureaucratie qui les caractérisent , qui pénalisent tant les grenoblois ?

Si Piolle avait fait  son devoir dans ces domaines ,qui peut douter que le ramassage des déchets, des poubelles , des encombrants et la propreté en général auraient été traités , pour ne prendre qu’un seul sujet.

Mais Piolle s’en fout et il n’y aura jamais de mise en cause médiatique de sa responsabilité écrasante.

LE DÉNI de C.DESLATTES PORTE PAROLE DE PIOLLE à ÉGALITE AVEC LA RÉALITÉ

Les grenoblois en colère contre cette situation ne font pas que le dire, ils la prouvent par l’image. Ça n’empêche pas le «  DL «  de titrer également  «  Fantasme ou réalité «  à propos de l’insécurité . Ainsi le déni de Cécile Deslattes, (Verts/FI)  la porte parole de Piolle à la Métro est-il placé lui aussi à égalité avec le fait. Car il n’y a pas « absence de statistiques fiables sur la seule commune grenobloise »  même si elles sont anciennes. Elles ont été publiées par… « le Dauphiné «  (16/9/18)  lors de la venue de Bernard Cazeneuve à Grenoble : nous étions la première des grandes villes pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants.

UNE DÉLINQUANCE QUI EXPLOSE CHAQUE ANNÉE DAVANTAGE

Depuis cette date, chaque année en janvier, le Procureur de la République a publié les chiffres faramineux d’augmentation de la délinquance.  L’opposition n’a pas accés à leur détail.

16 000 HABITANTS VICTIMES CHAQUE ANNÉE d'UN ACTE de DÉLINQUANCE

Mais il est à la portée de tous les organes d’information de bâtir le résultat actualisé et de le comparer aux villes comparables. On ne voit pas pour quelle raison nous ne ferions plus la course en tête puisque la municipalité a poursuivi dans son refus d’intervenir à ce sujet. Elle choisit également un peuplement massif de primo arrivants illégaux sans véritable accompagnement social et d’insertion. En tout cas de l’ordre de 16 000 habitants sont victimes chaque année d’un acte de délinquance. Mais on peut encore questionner  « fantasme ou réalité « !

LES VECTEURS NÉGATIFS de L'IMAGE de GRENOBLE 

Enfin il y a l’allusion à « l’image de la ville » :  «  l’image de Grenoble est, en France, marquée par un dénigrement qui lui est nuisible. D’une façon ou d’une autre, c’est à cela qu’il faut répondre. »

Avec une contradiction permanente puisque les mêmes vantent l’image que Piolle donne de Grenoble et reprochent aussi en même temps une image détériorée  de la ville. Il faut choisir. Dans le second cas , c’est la faute à ceux qui dénoncent les manquements de la municipalité à ses devoirs de base. Comme si les étudiants agressés qui rentrent dans leur région d’origine , les sportifs célèbres de passage qui se font voler leur vélo, les scientifique ou les thésards leur ordinateur, les anciens grenoblois qui reviennent et découvrent  tous avec effroi ce qu’est devenue leur ville – sans compter les faits divers violents - n’étaient pas les vecteurs les plus négatifs de cette image. 

L'EFFORT DE LA MARQUE" GRENOBLE-ALPES " EST PERDU 

Ce n’est pas pour rien que Christophe Ferrari et quelques intervenants grenoblois ont essayé de construire un effort de marque «  Grenoble-alpes «  en réalité impossible à mener, car il n'existe qu'une seule façon d'y répondre:  changer les choix politiques locaux pour redorer le blason de Grenoble

On reviendra aussi spécifiquement sur l’affirmation -fausse- concernant « les chiffres de l’immobilier » ou  bien l’attractivité économique du territoire qui ne doit rien à Piolle : qu’a t-il apporté sinon, au contraire, sa suspicion ridiculisée par E. Sarbonnadière ( LETI) à l'égard des nouvelles technologies?  

 

LA PRÉSENTATION DE " SACCAGEGRENOBLE " EXISTE ....

Le positif dans cette présentation de «  SaccageGrenoble » est qu’elle existe. Il faut en donner acte au quotidien. Même s’ il était peut être difficile de l’ignorer plus longtemps compte tenu de son impact. Mais l’intéressant consiste à relever combien la légitimité  d’une contestation de la politique de Piolle à des difficultés à s’imposer. Elle est , de fait, mise en doute par petites touches et la justification des attaqués occupe beaucoup d’espace, ce qui n’est jamais le cas quand il s’agit de la droite mise en cause. Tous les courants de pensée ne sont pas traités à la même enseigne.

... MAIS DES MILLIERS DE GRENOBLOIS SONT POTENTIELLEMENT MARGINALISÉS

Ainsi, de fait encore, des milliers de grenoblois qui souffrent de subir un environnement dégradé, de voir un espace public abandonné ou plus gravement qui vivent dans la peur, les nuisances de la délinquance, se trouvent potentiellement marginalisés.  Un Mélenchon peut réclamer dans un tweet ,sans être contredit,  "le droit au silence" parce qu’il est importuné par les sirènes … des voitures de police,  mais dans tous les quartiers ou les grenoblois subissent le bruit des rodéos par des locataires que Piolle loge, une sorte de halo « d’outrance ,de  vomissement de haine , voire d’extrême droite «  pourrait entourer ceux-là qui  expriment leur mécontentement ou leur colère à l’égard de celui qui refuse d’agir pour les défendre.

L'EXTRÊME GAUCHE VA DE SOI 

Nombreux et à visage découvert, publiant des faits, ils ne se trouvent pas placés au même niveau que tous les comités théodules qui ont pris une micro-initiative ou bien une position politique très engagée conforme à la doxa du pouvoir local. Elle est traitée comme allant de soi. Tous les autres doivent justifier au préalable   «d’où ils parlent… » pour avoir une chance d’être entendus.

Cette culture ambiante dominante ne peut pas venir à bout du réel qui monte inexorablement comme le montrent les témoignages recueillis par  «  SaccageGrenoble » .

Elle contraint seulement tous ceux qui désirent ardemment un mieux vivre à Grenoble à se mobiliser plus encore qu’on ne le devrait dans une démocratie équilibrée.

 

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.