CONSOMMATION D’EAU : PIOLLE PERD UNE OCCASION DE SE TAIRE

En s'attaquant à la consommation d'eau des golfs, Eric Piolle tente de déporter le débat mais révèle un double aspect de sa personnalité : sa démagogie et son hypocrisie.

LA DÉMAGOGIE MÉDIATIQUE HABITUELLE

Plus préoccupé par sa visibilité médiatique que par les Grenoblois, Eric Piolle a donc asséné une nouvelle leçon de morale sur le plateau de BFM TV le 31 juillet dernier : « Pourquoi peut-on arroser les greens de golf quand tout le monde manque d’eau ? ». Comme d'habitude, il jette l'opprobre sur ceux qu'il ne considère pas comme étant sa clientèle électorale et attise les fractures et tensions.

Piolle essaye d'allumer un contrefeu médiatique pour faire oublier la volée de bois vert qu'il subit partout. Ici les titres de CNEWS.

LES GOLFS RECADRENT ERIC PIOLLE

Sauf que les dirigeants des différents golfs de l'Isère ont remis les points sur les i dans le Dauphiné du 3 août. Ils détaillent toutes les mesures prises pour limiter leur consommation en eau. À Seyssins et Bresson, le volume d'arrosage a été réduit de 60%. À l'Isle d'Abeau, le golf n'utilise pas d'eau potable.  Partout, la consommation diminue chaque année. Un plan de restriction existe depuis plus de 10 ans en accord avec le Gouvernement pour caler la consommation sur les arrêtés préfectoraux (donc cette année, pas d'arrosage entre 11h et 18h) : personne n'a attendu Eric Piolle et sa démagogie...

Les golfs limitent bien leur consommation d'eau et répondent indirectement à Piolle.

UNE VILLE SANS EAU

À sa décharge, on peut imaginer pourquoi il se permet de donner des leçons aux autres : en pleine canicule, il a réussi à créer une ville sans eau ! Piscines fermées (Iris, Vaucanson), fontaines désespérément vides, une "plage" de Grenoble évidemment sans eau, la multiplication des îlots de chaleur et des espaces verts qui disparaissent ou sont infréquentables... Les Grenoblois étouffent et le Maire regarde ailleurs.

La piscine des Iris étant fermée, les jeunes de la Villeneuve ont installé leur propre bassin

ERIC PIOLLE N'EST POUR RIEN DANS LA BAISSE DE LA CONSOMMATION

Dans le Dauphiné Libéré du 3 août, la communication municipale met en avant la baisse de la consommation en eau du service des espaces verts de la ville de Grenoble. Mais la majorité de cette baisse a eu lieu avant l'arrivée de l'équipe Piolle au pouvoir. Elle se poursuit, comme partout ailleurs, car c'est le fruit de l'évolution technologique qui permet de mieux contrôler l'eau pour éviter les gâchis. Les lanternes vertes donneuses de leçon n'y sont donc pour rien.

PISCINE JEAN BRON : UNE PASSOIRE EN CONSOMMATION

D'autant plus que cette communication omet malicieusement de parler de la communication des autres services de la ville. Et notamment de celle de la piscine Jean Bron. L'équipement est tristement célèbre pour le burkini et les bandes qui font régner la terreur chez les commerçants alentours. Mais par dessus le marché, cette piscine désormais vétuste surconsomme la ressource en eau. L'eau de débordement part directement dans les égouts car elle n'est pas équipée de bac tampon qui permet de la récupérer et la réinjecter dans le système de traitement. Par ailleurs, la Municipalité projette d'en faire une piscine nordique utilisable toute l'année avec une eau chauffée : autant dire qu'on a vu plus durable en matière d'économie de la ressource, mais pas de quoi empêcher Eric Piolle de donner des leçons aux autres.

La piscine Jean Bron : burkini, bandes violentes... et surconsommation d'eau.

ERIC PIOLLE TENTE DE SE REFAIRE UNE SANTÉ NATIONALE : ENCORE RÂTÉ

En tentant de lancer cette nouvelle polémique, Eric Piolle tente de se refaire une santé alors qu'il est affaibli de toute part : démission de ses plus proches, bronca locale et nationale contre le burkini, insécurité galopante... Mais ça n'a pas pris. Le système Piolle est décidément bien embourbé.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.