DEMAIN JEUDI à 13 H PROTESTATION CONTRE LES VIOLENCES de L’EXTRÊME GAUCHE

Les républicains de tous bords, la société civile réagit. Avec le Burkini les grenoblois ont montré qu'ils voulaient stopper les dérives d'Eric Piolle. Ils sont appelés à nouveau à réagir demain jeudi contre les violences de l'extrême gauche. 

DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE  ( EUROPOLE) JEUDI à 13 H 

En effet quelques uns des agresseurs de Hanane Mansouri, Maximin Ytournel et Yvenn Le Coz , responsables LR, seront jugés ce jeudi 7 juillet à 13 h au Palais de Justice de Grenoble ( place Firmin Gauthier, Europole) devant lequel les grenoblois sont appelés à se rassembler . Quelle que soit l'appartenance politique des victimes, la solidarité doit s'exercer afin de protéger cette liberté fondamentale qu'est l'exercice du pluralisme , fondement de la démocratie. Clément Chappet, candidat aux élections législatives a également été roué de coups place St Bruno et les auteurs également de l'extrême gauche, pourtant aisément identifiables sur la vidéo, n'ont pas encore été arrêtés. 

E.LESOURT COLLABORATEUR DE PIOLLE DÉNONCE SA VIOLENCE

A Grenoble le pluralisme est réellement menacé par une culture de la violence politique cultivée au plus haut sommet de la ville comme vient de le confirmer Enzo Lesourt , le principal collaborateur d'Eric Piolle, sont " deuxième cerveau" en démissionnant avec fracas.  "je rejoins la longue liste des départs violents du cabinet du maire de Grenoble"  écrit-il , dénonçant "  les mises à l'écart pour déloyauté, l’infantilisation de tout ce qui n’est pas proche du sommet de la pyramide" citant des exemples écoeurants de propos de l'employeur Piolle sur une salariée enceinte. 

E.PIOLLE ET L'ULTRA GAUCHE : " ON NE DIT PAS DE MAL DE SA FAMILLE"

La bombe lancée par son collaborateur qui a accompagné toutes ses dérives accélère les aspects délétères de ce qui demeure de vie municipale. Acteur d'un fonctionnement violent de son cabinet et du management de sa majorité, Éric Piolle cautionne aussi la violence de l'extrême gauche grenobloise:  " je considère qu’on est de la même famille politique. Et on ne dit pas du mal de sa famille." répond-il dans  L'Express (3/6/22).

UNE ÉGLISE ET FRANCE BLEU ISERE INCENDIÉS PAR L'EXTRÊME GAUCHE 

Ainsi les incendies criminels de l'église St Jacques, de France Bleu Isère, de la salle du Conseil Municipal, de deux gendarmeries, du Centre culturel et scientifique et récemment des emplois chez Soitec et Micro avec la mise en danger d'un pont ne méritent pas de " dire du mal de sa famille" .

LE RETOUR DES ANNÉES NOIRES 

Imagine-t-on une ville avec un Maire de droite ou ces sabotages et ces agressions physiques seraient commises par la vilaine " esstrême droite"  qui est partout? Est-ce que Grenoble ne serait pas mobilisée contre le retour des années noires? Recouverte d'affiches et de slogans? C'est pourquoi la réaction de jeudi avec un appel à la solidarité et à la condamnation de ces dérives est si nécessaire .

PIOLLE : PAS UN MOT DE SOLIDARITÉ AUX VICTIMES

Car la municipalité n'a pas eu un mot de solidarité à l'égard des victimes. Au contraire. Certaines organisations proches d'elle ont même manifesté lorsque les agresseurs ont été arrêtés : CGT, le NPA, le PCF, Lutte Ouvrière, le DAL (!) et l’Unef. Ce qui avait tout de même soulevé des hauts le coeur puisque Place Gre'Net et La Radio Chrétienne ( RCF) ,qui reviennent chaque lundi sur l'actualité, avaient quand même relevé que "ce petit arrangement avec la violence pose question" y compris de la part du Sénateur Vert Guillaume Gontard , primo-dépendant d'Eric Piolle qui a soutenu les agresseurs. 

ANTIFAS , ANTIRACISTES AUTOPROCLAMÉS: DES CHASSEURS DE TÊTE

Ce climat est entretenu à satiété par des prétendus " antifas" ou "antiracistes" qui sont seulement des chasseurs de têtes de tout ce qui n'est pas dans leur mouvance. L'espace public est saturé de leurs tags et affiches en tous genres . Les centres de ressources ( !) installés par la municipalité au 38 rue d'Alembert et au 106 rue des Alliés participent fortement à cette météo. Les nervis de l'extrême gauche se croient tout permis. Les propriétés privées sont souillées , leurs occupants parfois traités de tous les noms et ceux qui résistent sont menacés comme Isabelle à proximité du 38 d'Alembert ou attaqué comme Mehdi Ben Fredj fondateur de la page à succès SaccageGrenoble lorsqu'il a voulu interrompre un tagueur fou. 

L'ESPRIT et le COEUR DE VOLTAIRE POUR DÉFENDRE LE PLURALISME

Les grenoblois plongés dans ce bain d'essence totalitaire n'en peuvent plus. Au moment ou le système Piolle s'effondre, implose comme se détruisent tous les systèmes autocratiques , il faut défendre la liberté de choix quel que soit le camp politique auquel on appartient. 

" Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire".  C'est l'esprit et le coeur de Voltaire que les grenoblois défendront jeudi à 13 h devant le Palais de justice. Pour dire non à la violence, non à l'intolérance, oui au pluralisme . 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.