ÉCOLE : E.PIOLLE VEUT FORMATER LE “PETIT BONHOMME VERT”

Le Conseil Municipal de lundi a mis fin au citoyen créé par la révolution Française, cette personne autonome et libre qui se construit en toute indépendance d'esprit . Il a été le message universel de la France et sa fierté depuis 1789. Dans sa délibération sur l'école , Eric Piolle , du haut de Sa Grandeur, a créé, seul,   "l'éco citoyen" dont le cerveau très malléable doit être formaté - bourré- dès la tendre enfance. Il a décidé de rompre avec l'héritage révolutionnaire après la consultation des grenoblois qu'on imagine... 

A LA CANTINE JE MANGE ... " VERT"

C'est la définition de l'enfant tel que les Rouge/Verts le veulent qui figure dans la délibération sur le projet éducatif de la ville qui a été débattu. D'ailleurs, dés la cantine , le menu dit " vert" est le menu végétarien , les autres menus avec viande ou poisson sont "bleu " ou " rouge". Je mange "vert" et je vote " vert". Les gros malins... Dans la logique des couleurs du drapeau choisies pour les menus rouge et bleu, le végétarien aurait du être blanc.... Neutre en quelque sorte. 

UN ENFANT FORMATÉ " PETIT BONHOMME VERT"

"Vous portez un arrière plan idéologique avec l’idée d’un enfant formaté petit bonhomme vert . Ce n’est plus un citoyen de la République,  qui décide par lui-même en toute autonomie des priorités qu’il se donne, non c’est un écocitoyen . Comme s’il n’était pas en capacité, par lui-même de parvenir à ses propres conclusions qui lui diraient , entre  les besoins de l’humanité et les dangers pour la planète , ou placer le curseur. En réalité votre discours prouve que vous ne lui faites aucunement confiance."  Alain Carignon a bien résumé les intentions réelles portées par la délibération.

UNE ANABELLE BRETTON ( VERTS/FI) DÉCONSIDÉRÉE

Outre ce caractère idéologique marqué, le reste du texte municipal alignait des poncifs aussitôt prononcés aussitôt oubliés. Anabelle Bretton, l'une des Adjointes au Maire ( Verts/FI) chargée de défendre ce galimatias se sera particulièrement déconsidérée dans l'exercice, répétant sans même  réfléchir aux contradictions inscrites dans les textes. 

L'ÉDUCATION POPULAIRE PRIORITAIRE ....

Par exemple, dans les perles enfilées figurait l'affirmation selon laquelle«  l’éducation populaire est au cœur de nos politique publiques , elle joue un rôle clef » et «  ce bien commun qu’est l’éducation repose sur une alliance éducative » . Or le jour même les intervenants du secteur de l'éducation populaire manifestaient devant le Conseil Municipal pour protester contre les mesures unilatéralement décidées contre eux par la municipalité.

... MAIS LES SUBVENTIONS ABAISSÉES 

Interpellée par Alain Carignon, Dame Bretton s'en tenait aux éléments de langage consistant à dénoncer les fakes du Président du groupe d'opposition. Elle avait juste modifié des critères qui ne changeaient rien à l'accueil des enfants dans le péri-scolaire. Sauf qu'en fin de journée tous les élus de l'opposition rencontraient les associations qui expliquaient que changer le nombre d'enfants accueillis avec des obligations changeait la nature de leur travail qui leur permettait d'adapter le nombre à l'activité et aux enfants accueillis. Si le groupe comprend un enfant handicapé on imagine que le nombre n'est pas le même. Une MJC expliquait qu'avec les nouveaux critères elle perdrait 85 % de sa subvention...

 

 LA MAJORITÉ REFUSE DE SANCTUARISER L'ÉDUCATION POPULAIRE

Ainsi les propose d'Alain Carignon tenus au Conseil Municipal se trouvaient totalement corroborés par les professionnels et les parents d'élèves. D'ailleurs le groupe d'opposition a piégé la majorité et notamment les élus chargés du dossier ( Christine  Garnier , Sylvie Fougères et Nicolas  Kada) en les prenant aux mots. Puisqu'ils annonçaient que les baisses de subvention au secteur étaient des fakes, un amendement été déposé selon lequel " le Conseil Municipal décide de maintenir les moyens alloués aux associations et structures d'éducation populaire pour garantir le maintien de l'offre actuelle".

LES ÉLUS DE LA MAJORITÉ N'ONT PAS LU LE RAPPORT QU'ILS DÉFENDENT

La majorité municipale qui affirmait la main sur le coeur et l'opprobre à la bouche contre tous ceux qui disaient qu'elles allaient baisser que ce n'était pas le cas ... a refusé de le voter. Avec un petit ridicule supplémentaire pour Anabelle Bretton qui a bien raté sa sortie municipale. L'amendement n'avait - selon elle- pas de rapport avec la délibération. Alain Carignon a eu la cruauté de lui rappeler une partie de celle-ci qui vantait tous les mérites de l'éducation populaire. 

Brigitte BOER LISTE LES PROMESSES NON TENUES

De son côté Brigitte Boer, Conseillère Municipale, dans une intervention très charpentée, avait notamment rappelé les promesses non tenues comme la gratuité de l'ensemble des fournitures scolaires et la réduction du nombre d'assistantes sociales du service de santé scolaire dans le cadre du plan de sauvegarde-austérité. 

BILAN 2018/21 : DES PAGES BLANCHES 

En insistant aussi sur les chiffres inquiétant de la paupérisation de la ville, Brigitte Boer posait également la question du bilan du plan précédent du "projet éducatif global..." ( 2018/2021) . La municipalité a remis ... des pages blanches aux Conseillers Municipaux, incapable de fournir un quelconque résultat aux grenoblois dans ce secteur clef pour l'avenir. 

LE VOTE DE PROJETS, DE CHARTES, DE LABELS...

Conformément à sa méthode , elle s'est complue dans l'idéologie et l'incantation dans l'ivresse des engagements parfois sans aucun rapport avec la réalité comme le montre l'exemple criant de l'éducation populaire. Elle a donc voté un " projet" comme elle vote des chartes, court les labels pour alimenter sa soif de com' inversement proportionnelle à son désir d'action.

 

Eric PIOLLE NUIT GRAVEMENT à la DÉMOCRATIE

Ils perdent toute crédibilité en abusant sans cesse de ce procédé détestable et méprisant pour les grenoblois. En occupant le Conseil par ces rapports fleuves dont les Conseillers de la majorité ignorent même ce qu'ils contiennent  - comme l'a prouvé Anabelle Bretton- qui ne connaitront aucune suite contrôlée , Eric Piolle nuit gravement à la démocratie. Comment les citoyens pourraient -ils se sentir impliqués par de telles palinodies? 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.