BURKINI : LA BOMBE A FRAGMENTATION DE PIOLLE FAIT DES DÉGÂTS

Même si les médias sont généralement globalement bienveillants avec lui, il est impossible de ne pas tirer les conséquences du nouvel échec de Piolle avec le Burkini.

J-B VIGNY  ( DL) : "SA TRAJECTOIRE VACILLE"

"C’est une avalanche de réactions qui pèsent sur les épaules du maire de la capitale des Alpes attaqué de toute part. De l’extrême-droite au PS en passant par le ministre de l’Intérieur, le président du conseil départemental de l’Isère ou de la Métropole grenobloise, c’est un concert de klaxons transpartisans qui anime l’espace politique et pointe du doigt un homme dont la trajectoire vacille depuis son échec à la primaire écologiste l’automne dernier" écrit Jean-Benoit Vigny dans le DL ( 22/6/22) résumant l'impasse dans laquelle s'est engagé Éric Piolle, toutes sirènes hurlantes.

DES RODOMONTADES ACHEVÉES PAR DES ANNULATIONS DES TRIBUNAUX 

Les médias ont la pudeur de ne pas rappeler la liste des ses rodomontades achevées par des annulations des tribunaux depuis les votations citoyennes, en passant par la place aux enfants, les terrasses, jusqu'au burkini en attendant sa propre comparution devant un tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme. 

LE REJET DE TOUS SES CANDIDATS 

Ni le rejet de ses tentatives d'imposer Maud Tavel comme candidate des Verts à la Région , Yann Mongaburu ( Verts/Ades) à la Métropole , Margot Belair et Emmanuel Bodinier dans les 1ere et 3 eme circonscription. Il se retrouve même avec Cyrielle Chatelain comme Députée Verte de la deuxième circonscription qui est une collaboratrice du... Maire de Lyon et Jérémie Iordanoff comme Député Vert de la V éme circonscription, proche de Yannick Jadot, son ennemi intime, qui appartient à l'aile anti-woque de son parti. Un Iordanof qui avait d'ailleurs préféré Christophe Ferrari à Éric Piolle pour sa réunion de soutien!

 

LE CONSEIL d'ÉTAT " SÉVÉRE ET SANS AMBIGUITÉ à L'ADRESSE de la VILLE"

Sur le fond , comme le reconnait aussi Jean-Benoit Vigny ( DL du 22/6/22) "La décision rendue par le Conseil d’État se fait même sévère et sans ambiguïtés à l’adresse de la Ville ".  Car : « Le juge des référés constate que (...) l’adaptation du règlement intérieur de ses piscines municipales ne visait qu’à autoriser le port du burkini afin de satisfaire une revendication de nature religieuse  ». La connivence d'Eric Piolle avec l'islamisme politique est grave comme l'a relevé Alain Carignon dans ses déclarations.

LES REVIREMENTS DE PIOLLE: OPPORTUNISME et IMMATURITÉ

Les revirements d'Eric Piolle sur le sujet qui ont démontré son opportunisme et son immaturité intellectuelle lui auront coûté cher devant le rigoureux Conseil d'Etat .  Un " revirement difficilement compréhensible d’Éric Piolle " relève encore le journaliste. Éric Piolle n'avait -il pas martelé en 2019 qu’il refusait " d'entrer en dialogue avec des revendications communautaristes". Comme personne ne sait plus quel Piolle croire, plus personne de censé ne peut croire Piolle quand il parle.

E.PIOLLE VA SE RÉCHAUFFER SUR FRANCE BLEU ISERE

Face à cette déflagration Éric Piolle est allé se réchauffer hier matin sur France Bleu Isère qui semblait comme son dernier refuge. Laurent Gallien, le journaliste, a eu en effet la délicatesse de poser sa première question en citant le propre communiqué de Piolle pour lui demander de le commenter. Le mot "islamisme " n'a pas été prononcé, ni évoquée l'existence de l'Alliance Citoyenne.  Il a beaucoup été question de la "mode" des maillots de bains. Bref le Conseil d'Etat aurait tranché une sorte débat "technique" un peu comme le tribunal correctionnel va le faire sur le dossier de la fête des tuiles. Ce qui ne met jamais en cause Éric Piolle lui-même.... On imagine les questions à un Maire de droite dans la même configuration.... 

C.LAILY ( Office du Tourisme): IL FAUT " REDORER L'IMAGE DE GRENOBLE"

Cette exception confirme l'enseignement général de la séquence: il y a le feu à la maison et la scoumoune le poursuit. L'épisode "régressif " qu'Eric Piolle fait vivre à Grenoble s'ajoute à tous les autres. C'est le moment que choisit Cyril Laily, le directeur de l'office de Tourisme pour déclarer vouloir "redorer l'image de Grenoble" ( DL du 22/6/22) : « nous souhaitons montrer que Grenoble ce n’est pas les embouteillages, les violences ou la pollution mais de multiples richesses. » Il aurait pu ajouter " et pas que le burkini".

BEAUCOUP DE MAL à L'IMAGE DE GRENOBLE

Malheureux Piolle. Son label " capitale verte" dont il a fait un outil de com' interne , sans aucun objectif ni résultat, n'est donc pas sorti des murs de Grenoble. Par contre il aura fait fort sur les items négatifs. Une armée de communicants et un marketing colossal ne suffiraient pas pour corriger le mal qu'il a fait à l'image de la ville.

TOUT CONCOURT à LUI RETIRER TOUTE AUTORITÉ

La bombe à fragmentation qui lui explose au visage et qu'il a lui-même allumé n'a pas fini de faire des dégâts. La déflagration rallume des flammèches qui brûlaient encore . Tous les excès depuis l'exposition anti-police de la place de Verdun jusqu'au mois décolonial, les annulations judiciaires de ses décisions jusqu'au rejet de tous ses candidats et son propre échec à la primaire,  sa parole qui ne vaut rien, tout concourt à lui retirer toute autorité sur sa majorité.  

SAISIR L'OCCASION de la DÉMISSION? 

Éric Piolle danse au milieu d'un brasier qui ne peut que le consumer. En posant lundi au Conseil Municipal la question de sa démission, le groupe d'opposition lui permet de choisir de ne pas vivre l'inéluctabilité d'un long calvaire. Saura - t-il la saisir?  

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.