LÉGISLATIVES: LA CHUTE D’Émilie CHALAS (LREM)

Même le coup de pieds de l'âne au Président de la République n'y aura pas suffit. Ni ses clins d'oeil réitérés à la gauche à laquelle elle a réaffirmé appartenir. Depuis son échec cuisant aux municipales dont elle n'avait tiré aucun enseignement - elle était arrivée 4 eme dans sa circonscription- Emilie Chalas était une Députée en sursis. Les électeurs l'ont achevée hier. Elle termine avec 42 % des voix dans la 3 eme circonscription avec un particulier rejet grenoblois. C'est le principal enseignement des élections législatives à Grenoble.

E.CHALAS A TACLÉ Emmanuel MACRON et S'EST REVENDIQUÉE de la GAUCHE

Vendredi encore dans le DL elle taclait même Emmanuel Macron. Selon elle " la conférence de presse devant un avion n'était pas une image réjouissante" . Eve Moulinier rapportant  " la Députée a peu gouté le contexte dans lequel le Président a parlé, devant un avion dont le moteur tournait" (DL du 17/6/22). Pas très élégant pour son mentor grâce auquel elle avait été élue il y a 5 ans.  Elle s'enfonçait aussi sur la même ligne politique:" ma barre a toujours été à gauche".  Il est à craindre pour elle que sa démagogie anti-macron ait déçu des macronistes,  son appel à la gauche éloigné des électeurs de droite et du centre de voter pour elle . Ces derniers se souvenant également qu'elle avait refusé l'alliance avec la liste arrivée largement en tête aux municipales , facilitant ainsi la réélection de Piolle. Le tout n'ayant visiblement séduit aucun électeur de gauche. 

UN TEMPÉRAMENT CASSANT , Olivier SIX  LA QUITTE

Cette situation résume l'impasse politique dans laquelle Emilie Chalas s'est engagée depuis son élection-miracle comme Députée dans la vague Macron; Une élection dont elle n'avait pas mesuré qu'elle n'était en rien personnelle et qu'elle avait donc tout à prouver. Ajouté à son tempérament décrit comme "cassante,crispante, distante,"  par ses proches et militants qui a amené beaucoup à s'éloigner d'elle derrière Olivier Six, le chef d'entreprise fondateur de "En Marche " dans l'Isère, son positionnement produit le résultat d'hier . 

Réduite à un "groupe" de deux personnes - y compris elle- au Conseil Municipal de Grenoble, Emilie Chalas va devoir choisir de renforcer l'alternative attendue par les grenoblois ou poursuivre sa chute solitaire.

L'ÉLECTION D'Elisa MARTIN, PAS UNE BONNE NOUVELLE POUR PIOLLE

Pour autant, l'élection d'Elisa Martin n'est pas une bonne nouvelle pour Piolle: les Insoumis de Mélenchon prennent la main à Grenoble et sa marginalisation dans son propre parti le fragilisent doublement. D'autant que les résultats électoraux du premier tour sont optiquement trompeurs pour la municipalité.

EN VOIX LE BLOC MAJORITAIRE D'EXTRÊME GAUCHE ET GAUCHE STAGNE

En 2020 au premier tour des municipales (36 000 votants) avaient obtenu :

  • 22 600 voix pour l’équivalent NUPES (Noblecourt + Piolle + De Lescure)
  • 12700 voix pour l’opposition (Alain Carignon + Chalas + D’Ornano)

En 2022 au premier tour des législatives (45 000 votants) ont obtenu :

  • 22 700 voix pour la NUPES + Gemmani (PS)  sur la 3
  • presque 20 000 voix pour l’opposition (Clément Chappet /Brigitte Boer + RN + Reconquête + Véran/Chalas) 

LE DIFFÉRENTIEL MAJORITÉ/OPPOSITION SE RESSERRE CONSIDÉRABLEMENT

Avec 8550 votants supplémentaires entre 2020 ( Municipales ) et 2022 ( législatives) le bloc majoritaire de gauche et d'extrême gauche stagne tandis que l'accroissement des votants est entièrement absorbé par les oppositions. Le différentiel entre l'un et les autres se resserrant considérablement. 

Olivier VÉRAN : RÉELECTION SANS GLOIRE

De son côté Olivier Véran bénéficie, comme Ministre, d'une réélection sans gloire ( 55%) , lui qui s'annonçait réélu au premier tour. Ce privilège demeurera dans cette circonscription à ... Alain Carignon. Mais lui qui s'annonçait déjà comme sauveur à Grenoble obtient 43% dans la partie grenobloise de la circonscription face à une Salomé Robin, candidate de l'extrême gauche de 19 ans, caractérisée par son incapacité à débattre, la violence politique et un sectarisme à toute épreuve. Il paie comptant l'absence de travail accompli.

.. APRÉS AVOIR DÉLAISSÉ LES DOSSIERS GRENOBLOIS

Car l'ex-Ministre de la santé a été très absent de sa circonscription et n'a surtout même pas traité les dossiers de son domaine Ministériel. On sait ce qu'il en est du CHUGA Michallon et de la situation des urgences amenées à fermer la nuit ! La fermeture également sous son mandat du centre de santé de "Médecins 7/7" cours Jean Jaurès, qui recevait 5000 patients par an, ne fait qu'aggraver la tension pour les malades. Ajoutons son désintérêt pour la clinique Mutualiste, dont Olivier Véran aurait pu anticiper la problématique en réunissant tous les partenaires, et l'on dispose ainsi d'un aperçu de son intérêt pour autre chose que lui-même.

M.CHAMUSSY ( LR repenti) SE RÊVE A NOUVEAU CONSEILLER MUNICIPAL

Matthieu Chamussy ( LR repenti) qui souffre dans son purgatoire -n'ayant pu, comme un vulgaire sous-Hollande local, se représenter aux municipales, - s'était déjà positionné trop tôt par un "coucou" (DL du 16/6/22) comme un futur Conseiller Municipal de Véran, l'ex-futur candidat à Grenoble. Quel destin à nouveau achevé pour celui qui voulait constituer une liste avec l'autre girouette, Stéphane Gemmani en 2020.

 

E.PIOLLE AFFAIBLI POUR AFFRONTER LES TURBULENCES

Au lendemain des élections législatives l'horizon s'éclaircit fortement avec la nouvelle donne politique. L'affaire du Burkini qui arrive avec la décision du Conseil d'Etat devrait relancer vite la machine. Éric Piolle va affronter ces turbulences très affaibli. La perspective de son procès à l'automne pour soupçons de favoritisme - même s'il est visiblement très protégé par le Procureur- ne sont pas réjouissantes. Les informations qui circulent selon lesquelles - malgré la vente des bijoux de famille- la municipalité serait contrainte d'augmenter les impôts l'année prochaine pour éviter l'asphyxie budgétaire, seraient la cerise sur le gâteau. 

PENDANT CE TEMPS LES DYSFONCTIONNEMENTS S'ACCUMULENT 

En parallèle de ces nuages qui s'amoncellent, Éric Piolle continue à se désintéresser de la ville: il a passé deux jours à Paris pour aller défendre le burkini au Conseil d'Etat , puis deux jours pour assister au dépôt de gerbe du 18 juin au Mont Valérien... D'où les énormes dysfonctionnements de la ville dont l'épisode caniculaire apporte une nouvelle preuve catastrophique . Il n'est mobilisé que par son idéologie régressive et par la représentation qui lui donne le sentiment d'exister politiquement maintenant qu'il est sur la touche  dans son propre camp. 

Ce climat délétère impose la mobilisation citoyenne à laquelle le groupe d'opposition appelle les grenoblois. C'est le moment. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.