DÉROUTE : Dans  » Le POINT » PIOLLE TITUBE DANGEREUSEMENT

"Cultivant par moments une incohérence qui perd son interlocuteur, lequel tente de trouver en vain une logique à son discours ... " Même si Saïd Mahrane ( Le Point) est très, très bienveillant avec Éric Piolle par insuffisance d'information locale. 

IL EST MULTICULTURALISTE et UNIVERSALISTE

Car le dos au mur, pour se sortir de l'impasse dans laquelle il s'est mis, Éric Piolle devient - dans une interview du site web du "Point" - à la fois multiculturaliste et universaliste! Une voiture idéologique hybride, quoi. Jouer la bêtise des autres, par suffisance congénitale relève bien de son tempérament.

DÉJA CANDIDAT AUX LÉGISLATIVES EN... 1998  

Dans le faux portrait véhiculé par Piolle , Saïd Mahrane reproduit sans contrôle la fable du brave cadre d'entreprise qui s'engage en politique, avec son chèque de départ de Hewlett en 2009 derrière les Verts, par prise de conscience environnementale. Le CV gomme sa candidature aux législatives en 1997 à l'occasion de laquelle il rappelle pourtant " qu'il est engagé depuis 1993.." Ce n'est donc pas un perdreau de l'année. Mais il a décidé que 1997 n'est pas le début d'une ambition et les médias s'y conforment.

 

IL COMBAT L'ISLAM POLITIQUE ... MAIS AUTORISE LE BURKINI

"Piolle affirme combattre l'islam politique, mais autorise le burkini. Il parle de « l'entrisme » de pays musulmans en France, mais accède à une de leurs revendications" relève encore Saïd Mahrane. On retrouve un Piolle " très préoccupé par les questions sociétales " , en réalité par les revendications et les affirmations communautaires, les subdivisions à l'infini des minorités opprimées par nature.

" LA VOLONTÉ D'ÉCRASER LES COMMUNAUTÉS EST TERRIBLE ... " 

Il voudrait faire croire que les universalistes qui défendent l'assimilation aux valeurs de la France , quelle que soit l'origine ethnique, la couleur de peau ou la religion sont ... des "communautaristes"?   Il faut son culot que rien ne justifie pour débiter autant de bêtises.D'ailleurs le refus de la fragmentation du pays en communautés irréconciliables est pour lui une " volonté d'écraser les communautés" qu'il juge "terrible".

LE BURKINI: UNE ALLÉGORIE POLITIQUE DES ISLAMISTES 

Evidemment il protège les revendications de l'islamisme politique derrière le principe de la loi de 1905 selon lequel "personne ne peut vous empêcher d'observer votre culte". Comme si la revendication du port du burkini avec sa symbolique politique sur le corps des femmes ressemblait au respect du culte. Puisque la religion Musulmane interdit la baignade hommes/femmes, il s'agit bien d'une allégorie essentiellement politique pour la frange politique des islamistes.  

 

LES JUIFS ET LES CATHOLIQUES HEURTENT DANS L'ESPACE PUBLIC

Mais il met sur le même plan cet islamisme avec les catholiques et les juifs: " je suis souvent interpellé quand les juifs fêtent Hanoukka sur l'espace public, alors qu'ils y ont droit, comme les catholiques qui font des manifestations devant les cathédrales"  (!).A ce point de mauvaise foi, de cette invention, de négation de toute différence de nature entre ces deux expressions, on mesure la profondeur du rejet qu'Eric Piolle peut susciter.

" UNE DISCRIMINATION FORTE à L'ÉGARD des MUSULMANS"

Il s'inscrit bien, par instant de sincérité et de relâchement, dans l'esprit du "mois décolonial" (de Taha Bouhafs et Assa Traoré) qui a son rond de serviette à Grenoble: Il relève " une discrimination forte vis-à-vis des croyants musulmans ou ceux qui sont assignés à cette foi. Cela nourrit évidemment les questions identitaires" . Par leur affirmation identitaire, les musulmans opprimés ne font donc que répondre à une agression... On comprend sa tolérance à l'égard du pochoir de GOIN sur les murs de Grenoble qui assimilait les musulmans aux juifs victimes de la Shoah et sa proximité avec Edwy Plenel qui a écrit "pour les musulmans", les nouveaux opprimés la terre. La République Française ,en désirant le partage de ses valeurs, est la véritable responsable. Sauf que même ses amis ne le suivent pas dans ces dérives-là.

INTERDIT DU BURKINI: " SORTIE DU CADRE de la RÉPUBLIQUE "

D'ailleurs " pour moi, en interdisant le burkini il y a 10 ans, la France est sortie du cadre de la République".  Au Conseil Municipal même, il a affirmé que la loi de 1905 ne s'était jamais attaqué aux religions et aux religieux pour se faire entendre, oubliant que même les moines de notre Grande Chartreuse ont été expulsés , sortis par les gendarmes.

" LES ÉCOLOS NE DOIVENT PAS ÊTRE PERCUS COMME des DONNEURS de LECONS"

Aujourd'hui la République ne se donne pas les mêmes moyens:  la fermeture d'une mosquée Salafiste est soumise au bon vouloir du Conseil d'Etat.

Éric Piolle se dévoile donc, même si  Saïd Mahrane va jusqu'à lui trouver une " absence de sectarisme" alors qu'aucun de ses soutiens même - sans parler de ses adversaires- ne lui reconnaitraient cette qualité. Il suffit d'observer 10 mn de séance de Conseil Municipal pour le vérifier. 

Éric Piolle qui méprise tout le sud pauvre de la ville qu'il a abandonné à son sort explique  qu'il fait "bouger les choses" pour que les écolos s'occupent des classes populaires. Ou bien - il faut oser de sa part - pour qu'ils ne soient plus "perçus comme des donneurs de leçons". C'est aussi à ça qu'on le reconnait et qu'il se perd lui-même, tout seul. Par ses provocations et son dogmatisme.

S.MAHRANE: " UNE INQUIÉTANTE VOLONTE DE RÉÉDUCATION DE MASSE"

Quand à la rééducation permanente, la volonté de changer les imaginaires, les comportements cette "inquiétante volonté de rééducation de masse" que relève Saïd Mahrane , Éric Piolle l'avoue en l'habillant sémantiquement par " l'idée de « réencastrer » toutes les activités humaines dans des limites."  Un concept d'essence totalitaire évidemment qui définit parfaitement son entreprise folle : une avant-garde éclairée connaissant les enjeux de demain prépare les bonheurs futurs du peuple en "l'encastrant" , avec quelques dégâts colatéraux...

 

PLUS IL PARLE, PLUS IL S'ENFONCE

Plus il se contorsionne sous les coups, plus il divise, y compris son camp, plus Éric Piolle multiplie les prises de parole, plus la faiblesse de ses raisonnements et ses contradictions flagrantes éclatent. Plus il s'enfonce. Dans la gestion de crise on apprend aux dirigeants à se taire afin  que l'orage passe. 

UN ÉGO DÉMESURÉ

Le Grand Timonier grenoblois est dans l'incapacité d'intégrer un tel concept qui ne peut effleurer son égo démesuré. A Grenoble, tout le monde a bien compris que celui qui se définit comme " je suis aussi un leader national, c'est un fait"  (Le Figaro) est dépassé par sa nature, laquelle emporte tout. 

A Paris, ou par téléphone, pour quelqu'un qui n'a pas le temps de s'informer sur place, ça peut encore échapper sur la forme. Mais plus sur le fond. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.