VIOLENCE: LES SENATEURS PUISSAT et SAVIN DENONCENT LES VERTS

"Nous sommes  très surpris des interventions des partis politiques et notamment d’un Parlementaire, qui cherchent au-delà de leurs compétences et sans respect de l’indépendance de la justice, à intervenir dans ce débat.Cette attitude est inacceptable !" . Les Sénateurs de l'Isère, Frédérique Puissat et Michel Savin ont répondu cette semaine à Guillaume Gontard, le Sénateur Verts , primo-dépendant des voix de Piolle.

LE SÉNATEUR VERT GONTARD FAIT PRESSION  SUR LA JUSTICE 

Son intervention par une lettre directe au Procureur Eric Vaillant, pour défendre les actes de violence commis contre des jeunes responsables de LR , avait choqué dans un large spectre de l'opinion publique. Visiblement les Rouge/Verts ne sont pas habitués à avoir des comptes à rendre à la justice tant ils ont pénétré celle-ci, et depuis longtemps.

JUSTICE : LE TRAITEMENT DE FAVEUR DES ÉLUS ROUGE/VERTS

Il suffit de se rappeler du traitement de grande faveur dont Éric Piolle bénéficie: mis en cause très précisément depuis l'automne 2018 par un rapport de la Chambre Régionale, ses procès ont été retardés afin de lui permettre de passer toutes les échéances électorales qu'il souhaitait . Fixé en dernier ressort au 1er mars dernier, il a encore été repoussé pour convenances personnelles par le Procureur Alex Perrin qui ne l'a d'ailleurs pas mis en examen. Car dans le règlement des Verts, la mise en examen entraine la démission.

DIFFICILE DE LAISSER PASSER ALORS QUE LES VISAGES SONT SUR VIDÉO

Mais s'agissant de l'agression sauvage dont ont été victimes Hanane Mansouri, responsable des jeunes LR et ex candidate aux élections départementales, de Maximin Ytournel, suppléant de Brigitte Boer, candidate dans la 1ere circonscription et de Yvenn Le Coz, Président de l'UNI, il était difficile de laisser passer. La vidéo montrant les coupables, leur visage et leur acharnement à frapper était disponible et donnée à la police.

SI LA DROITE AVAIT TABASSÉ DES VERTS ....

Imaginons ce qui se passerait dans la ville si la "droite" évidemment " dure" ou " extrême " avait tabassé des responsables des Verts? la ville serait à feu et à sang, le fascisme de retour avec les années noires et le nombre d'organisations qui appelleraient à manifester gonflerait de jour en jour.

POUR LE SÉNATEUR GONTARD : " L'AGRESSION N'EST PAS CLAIRE"

L'intervention du Sénateur Gontard - aux ordres- est particulièrement choquante.Estimant que les victimes " ont été agressées dans des circonstances qui ne sont pas encore claires"(!), il demandait  au Procureur "la libération immédiate" des agresseurs.

DES " INCIDENTS " DANS LES MEETINGS de L'EXTRÊME GAUCHE

Cherchant  à déconsidérer H.Mansouri, M.Ytournel et Y Le Coz évoquant des "incidents" dans les meetings de Ruffin, Poutou ou Arthaud . On imagine ce qui serait arrivé aux trois malheureux s'ils avaient tenté de perturber de tels meetings de l'extrême gauche  au milieu des hordes "antifascistes ..." Et personne ne l'aurait su?

Me Arnaud  LEVY-SOUSSAN : " UNE INSTRUMENTALISATION DE LA JUSTICE" 

Mais habitués à l'impunité et à la violence , toutes les organisations soutenues expressément par le Sénateur Gontard, s'estiment au dessus des lois. Elles imposent une domination idéologique et physique dans les rues de Grenoble, comme Clément Chappet, le candidat LR dans la 3 eme circonscription a pu le vérifier en étant passé à tabac place St Bruno par des militants de la France Insoumise. S'agissant des  agresseurs des trois jeunes responsables LR, le procès a été fixé au 7 juillet prochain. Leur avocat Maitre Arnaud Levy-Soussan,a dénoncé " une instrumentalisation" de la justice. Les victimes devaient donc régler le problème par une expédition punitive, pas en portant plainte?  On espère pour ses clients que leur avocat trouvera mieux d'ici le 7 juillet. 

E.PIOLLE N'A PAS UN MOT CONTRE CETTE VIOLENCE...

De son côté le groupe d'opposition présidé par Alain Carignon ( Nathalie Béranger, Brigitte Boer, Chérif Boutafa, Nicolas Pinel, Dominique Spini) a réagi de son côté également : "Eric Piolle capable de dénoncer les menaces de violences d’extrême-droite à l’autre bout de la France, n’a pas eu un mot concernant ce déchaînement de violence dans sa propre ville. Alors que la branche jeunes de la France Insoumise fait partie des organisations qui manifestent pour les agresseurs, Elisa Martin (Première Adjointe FI) ne s’est pas exprimée non plus."

... NI CONTRE CELLE FAITES AUX FEMMES

"Nous ne pouvons concevoir que ceux qui s’auto-proclament à l’avant-garde des luttes contre les violences faites aux femmes ne soient pas capables de dénoncer le cas d’une jeune fille passée à tabac en pleine rue, voire tentent de les justifier" . 

LE SÉNATEUR GONTARD A FRANCHI LA LIGNE JAUNE

Car si on suit jusqu'au bout le Sénateur et les organisations d'extrême gauche, les braves auteurs de la ratonnade sont victimes de la police et de la justice! Guillaume Gontard a perdu une occasion de se taire. Sa servilité politique pour conserver les voix des grands électeurs grenoblois de Piolle, le conduit à franchir la ligne jaune qui sépare les Républicains des autres.

ON NE VEUT PLUS LES ENTENDRE SUR LES ANTIFAS 

C'est en tout cas bien de ce côté-là de la barrière politique - à l'extrême gauche- que les grenoblois expérimentent en live de quoi sont capables ses élus et ses obligés: de défendre même l'indéfendable. On ne veut désormais plus les entendre sur les discours "antifas" "antiraciste " et autres. Ils sont définitivement déconsidérés. 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.