NUIT DEBOUT: LE PLAN D’INACTION EST EN ROUTE

"Grenoble annonce un plan d'action pour les usages de la nuit" ... Les spécialistes des " plans " récidivent. Leur objet est toujours le même. Faire gagner du temps à l'inaction municipale. Le Grand Timonier a donc fait débattre sur un problématique totalement nouvelle (!) qui n'a jamais existé : faire cohabiter le sommeil des uns et les activités nocturnes des autres. 

"UNE LUTTE CONTRE LE SENTIMENT D'INSÉCURITÉ "

Sauf que la demande des participants aux ateliers convoqués pour l'occasion a énormément porté sur un sujet que la municipalité voulait éviter à tout prix: l'insécurité grandissante, endémique qui pollue tout. La vie des riverains comme celle des noctambules. Elle était donc noyée, relativisée dans des items multiples telles les éternelles " discriminations" ou " le public précaire" . Concédant seulement une "lutte contre le sentiment d'insécurité ". Ah ces "sentiments" qui troublent l'entendement, font accroire des idées qui n'existent que dans votre propre cerveau. Si loin de toute réalité. 

E.PIOLLE RÉCUSE UN PRÉSENT ENCOMBRANT...

Pourtant si on en croit le " Dauphiné" et "Place Gre'Net" il a été beaucoup question des caméras, de la police , des peurs des étudiantes qui racontent devoir se faire raccompagner jusqu'à la porte de leur appartement. Face à ce déferlement Éric Piolle est demeuré de marbre. Cette réalité l'indiffère totalement puisqu'elle n'entre pas dans son cadre idéologique. Limité aux oppresseurs et aux opprimés et au sauvetage de la planète, laquelle n'attend que lui. Cette absence de toute modestie à l'égard d'un avenir qu'il ne connait pas, l'empêche d'observer le présent et d'y faire face. 

... MAIS ANNONCE " DES ACTIONS" EN 2023 ...

Résultat? La municipalité va ouvrir un " Conseil de la Nuit" (!) à l'automne 2022 et annonce en grande pompe " des actions" en... 2023 . Après 8 ans de mandat elle ne sait pas encore lesquelles malgré la dégradation des rapports riverains/noctambules. De l'affaire de la terrasse du " Tonneau de Diogène" , de la gestion lamentable des travaux du restaurant du Musée de Peinture, le Cinq, qui conduisent à sa fermeture les trois mois d'été, de tous les conflits qui empoisonnent l'atmosphère grenobloise avec ces arrêtés " terrasses" qui risquent tous l'annulation, la municipalité tire la conclusion qu'il faut prolonger la période d'inaction. 

 

PERDRE L'ESSENTIEL DES PRÉOCCUPATIONS

Avec les " budgets participatifs" la municipalité fait choisir le projet qui figurait dans son programme municipal , porté par le secrétaire des Verts ! Son prétendu " diagnostic" de la nuit à Grenoble a pour seul objet de répéter son antienne en mettant au centre des préoccupations tout ce qui est marginal afin de perdre l'essentiel.

DES MILLIERS DE GRENOBLOIS ÂGÉS NE SORTENT PLUS LE SOIR

Chacun sait bien en effet que la première des libertés est de pouvoir aller et venir en sécurité. La nuit cet impératif est encore plus important et c'est l'absence de sa prise en compte qui interdit déjà à des milliers de grenoblois âgés de sortir le soir. Mais maintenant des plus jeunes sont gravement touchés.

Il semble que la nouvelle version de Nuit Debout ne réponde en rien aux attentes des grenoblois pour une ville sure, festive et habitable par tous.  

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.