VIOLENCE de L’EXTRÊME GAUCHE: NOUVELLE AGRESSION HIER rue LT CHANARON

 

Alors qu'ils manifestaient avant le premier tour " contre les idées de l'extrême droite", ils manifestent aujourd'hui à Grenoble sur le thème " ni Le Pen, ni Macron".  Mélenchon n'étant plus présent le discours change .La vaste nébuleuse grenobloise de l'extrême gauche est en action: elle veut l'élection de Marine Le Pen afin de pouvoir organiser des " rébellions " monstres, justifier toutes les violences en imposant le silence à toute pensée qui ne soit pas la sienne. Quoi de mieux qu'en créant un repoussoir avec la fameuse " essstrême droite" qui est partout.

LES ORGANISATIONS SE DÉPLOIENT AVEC VIRULENCE SUR LE TERRAIN 

Pendant qu'Eric Piolle et Elisa Martin font semblant de se concurrencer de savoir qui est le plus anti-Le Pen afin de capitaliser sur les futures législatives auprès du public de gauche - surtout au cas d'une élection souhaitée de Le Pen- les organisations se déploient avec virulence sur le terrain grenoblois.

LA VIOLENCE NE PROVIENT QUE D'UN SEUL CAMP

La violence ne provient en effet que d'un seul camp. Après les menaces reçues à son domicile , Mehdi Ben Fredj, fondateur du site " SaccageGrenoble" -comme il existe un " SaccageParis" -  a surpris hier matin au réveil un tagueur fou en train de recommencer les opérations sur les murs et les volets de la rue Lieutenant Chanaron. Il a voulu l'arrêter et celui-ci l'a pulvérisé avec sa bombe à peinture puis l'a chargé aux poings. Il s'agit d'intimider par tous les moyens les habitants afin qu'ils se taisent.

" UNE PRISE DE POUVOIR QUI DÉFIGURE LA VILLE" 

" Notre groupe " Saccage Grenoble et Mehdi ne sont pas décidés à céder devant cette prise de pouvoir qui défigure la ville et qui est visiblement, à minima, tolérée par la municipalité sinon encouragée pour des raisons idéologiques" écrit le groupe sur son site.  Une nouvelle plainte est déposée et avec le visage de l'agresseur peut être la justice grenobloise si bienveillante avec Piolle, bougera-t-elle enfin? 

Clément CHAPPET CANDIDAT LR ROUÉ DE COUPS MARCHÉ ST BRUNO 

Car on n'a pas de nouvelles non plus de la plainte déposée par Clément Chappet, candidat LR dans la troisième circonscription qui a été roué de coups sur le marché St Bruno par un militant de l'extrême gauche. Alors qu'une vidéo montre l'agresseur également. La même mésaventure est arrivée à un militant de la majorité présidentielle. Ces violences physiques s'ajoutent à toutes les autres, les incendies criminels, les sabotages qui touchent nombre de services publics, mettent des salariés en danger, des édifices publics, des organes d'information. 

LES COMITÉS "RÉBELLION", ALTERNATIBA AMIE DE PIOLLE ...

Au même moment quartier Berriat des "comités Rebellion" face à " l'inaction écologique" (!) appelaient à la révolte souillant tous les murs privés.Les affiches d'Alternatiba étaient posées par les mêmes: l'association organise un "festival Climat" en juillet, dont on imagine ce qu'il deviendrait avec une élection Le Pen.  L'Association amie de Piolle censée aussi lutter contre les paradis fiscaux n'a jamais mis en cause le Maire actionnaire à Singapour: elle vient d'être logée à l'esplanade dans un local municipal dans des conditions très avantageuses.

" L'INACTION ÉCOLOGIQUE " EST UN PRETEXTE , PAS UNE CAUSE 

Ceci a-t-il un rapport avec cela? Sa dirigeante , Fabienne Mahrez, qui a été aussi candidate des Verts, ne répondra pas. Elle émarge professionnellement  dans le business du photovoltaïque très favorisé par les collectivités, car il n'est pas de grandes causes qui leur échappent. Le " centre de ressources anti-capitaliste " a été installé, lui,  au 38 rue d'Alembert pour 40 ans. Ce qui semble signifier au passage que l'anticapitaliste est un métier comme un autre: il dure. Tous ces sauveteurs de la planète abusent du papier - donc des arbres- , salissent sans vergogne la ville, appauvrissent les copropriétés et veulent imposer leurs idées par une pression intolérable et la violence. " L'inaction écologique" est un prétexte, pas une cause.  

 

C.FERRARI : " NOTRE AIRE DAVANTAGE TOUCHÉE QUE D'AUTRES"

Dans le " Dauphiné " ( 14/4/22) Christophe Ferrari ( PS repenti) s'inquiète enfin de cette violence mais se garde bien d'établir -entre le climat installé dans la ville par les Rouge/verts au pouvoir , tous ces affichages et tags injurieux et violents, ces manifestations prétendument contre l'extrême droite qui justifient toutes les exactions , ces agressions contre les personnes - un continuum  avec le dernier étage de la fusée que sont tous ces sabotages. Il reconnait pourtant, dans une litote qui lui permet d'éviter la réalité, que " notre aire grenobloise est davantage touchée qu’ailleurs par ce type d’actions" . Et pourquoi donc? 

" J'AI TRÉS PEUR QU'IL Y AIT DES CONSÉQUENCES SUR LA VIE HUMAINE"

Pour le Président de la Métropole " ces dégradations, visiblement commises par des personnes qui n’acceptent pas le développement, impactent le monde économique mais aussi la vie des habitants. Et j’ai très peur qu’un jour, il y ait des conséquences sur une vie humaine". 

ELLES BRÛLENT LE DROIT à la DÉMOCRATIE, à L'INFORMATION, à la CONNAISSANCE.....

Ce n'est pas seulement "le développement "qu'elles récusent avec les incendies criminels. Mais avec la salle du Conseil Municipal elles brûlent la démocratie. Avec France Bleu Isère, elles brûlent le droit à l'information. Avec l'église St Jacques, elles brûlent la liberté de religion. Avec le centre culturel et scientifique , elles brûlent le droit à la connaissance. Avec deux gendarmeries, elles brûlent le droit à la sécurité et rétablissent le retour à la jungle avec la loi du plus fort.

SI LA VILAINE " ESSSTRÊME DROITE" FAISAIT LE QUART DE L'EXTRÊME GAUCHE... 

Imaginons ce qui se passerait si la vilaine " esstrême droite " était à l'origine de cette violence insensée contre toutes nos valeurs communes. La ville serait en "rébellion" en effet. Ce qui se produit à Grenoble sous et avec Piolle II est un avant goût de la réalité des régimes que ces idéologies sous tendent. La dernière agression de la rue Lieutenant Chanaron par un nervis qui juge que l'espace public lui appartient et qu'il peut dégrader impunément les biens des autres, n'est qu'un avatar significatif de ce qui est en marche dans notre ville. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.