LES LOGEMENTS HLM VIDES OCCUPÉS PAR LES DEALERS

Au Lys Rouge une habitante courageuse de bat contre les dealers qui ont pris le pouvoir dans son immeuble. Elle alerte Actis ( Présidents E.Piolle et E.Martin) , la police et elle est prise à partie par les voyous.

Dans une lettre à Actis elle précise « au 1er étage,  malgré la porte en fer pour éviter les intrusions, il semblerait que le logement soit occupé. Au 2ème étage, concernant les deux logements vides pour lesquels les portes en fer ont été retirées,  il est avéré que le 1er logement situé à droite en sortant de l’ascenseur est squatté et j'ai constaté l’ouverture de celui situé à gauche en sortant de l’ascenseur… »

A MINIMA TROIS APPARTEMENTS OCCUPÉS PAR DES DEALERS DANS UNE SEULE ALLÉE 

Ainsi dans la seule allée du 2 du Lys Rouge , à minima 3 appartements sociaux sont libres et occupés par des dealers ou des skateurs. La locataire est scandalisée car « il n’y a pas d’effraction des logements. Cela signifie-t-il que les clés sont fournies ? « `La gangrène est si profonde que des personnels des entreprises mandatées par Actis pactisent avec les délinquants.  D’ailleurs  même la femme de l’entretien d’Actis a renoncé à travailler au milieu des voyous et il a fallu la remplacer par un agent privé qui vient irrégulièrement : à sa place qui ne s’entendrait pas d’abords avec ceux qui ont le pouvoir ?

" TOUT EST MIS EN OEUVRE POUR QUE LES LOGEMENTS NE SOIENT PAS OCCUPÉS PAR LES DEALERS "

L’un des occupants a menacé la locataire qui a déposé une main courante, sa plainte ayant été refusée,  la police estimant que c’est à Actis d’intervenir.

Au lieu de prendre en mains le probléme Eric Piolle laisse le malheureux Bertrand Robinet , responsable de l’agence Actis du secteur Mistral/Eaux Claires face à une situation qu’il ne peut aucunement contrôler.

Le chef d’agence répond que tout est « mis en œuvre pour que les logements vacants au 2 Lys Rouge ne soient pas occupés par les dealers » .Comment pourrait-il agir alors que dans un courrier aux locataires, il reconnaissait  le « contexte d'insécurité » : 2 caillassages de l'agence ,, dégradation du mobilier, des parties vitrées de l'accueil et menaces d'agression physique à l'encontre du personnel.

LES DÉLINQUANTS ONT CHASSÉ LE STREET ART, UNE ASSOCIATION...

Plus récemment une opération de Street-art sur l’espace vert du Lys Rouge a été délogée par les dealers: intervenants et pinceaux ont plié bagage. Une femme d’une association de solidarité qui oeuvrait dans le quartier qui avait été vue abordée par la police rue Anatole France a été bastonnée de façon préventive. Afin de continuer sa mission ailleurs elle n’a pas porté plainte et les bureaux ont fermé….

SANS MAIRE, IL NE SE PASSE RIEN 

Sans chef avec les pouvoirs de police , qui intervient sérieusement , engage des actions d’expulsion , c’est-à-dire sans Maire, il ne se passera rien. En conséquence la locataire qui demande son changement de logement depuis 3 ans réclame de partir vite du quartier.

 

DES RÉNOVATIONS SANS AUCUN EFFET

Rappelons qu’il s’agit d’un ensemble du lamentable « urbanisme Dubedout » qui é été rénové à grands frais : démontrant l’inanité des millions d’€ investis dans la pierre sans s’occuper de ce qui se passe derrière les façades comme l’exprime à longueur de Conseils Municipaux Alain Carignon.

PARTOUT LES TRAFIQUANTS SONT INSTALLÉS 

On assiste en live à ce qui se passe partout : la classe moyenne est contrainte de partir et les cités se paupérisent, les mafias prennent le pouvoir . Les quartiers sont ensuite « normalisés » comme à Mistral, à l’Alma, à Villeneuve … partout ou les trafiquants sont installés avec des alliés financés dans la place par l'argent sale. Le silence est imposé à tous.

" VOUS NE ME FEREZ PAS CROIRE QUE CE N'EST PAS VOLONTAIRE..."

Ainsi pendant que la majorité Rouge/Verts produit des discours larmoyants sur les 17 000 demandeurs de logements, des dizaines de dizaines de logements sont vides ou occupés illicitement et rendent les cités invivables. « Les logements sont vides alors que des tas de familles sont en demande... Ils sont occupés, dégradés, et on voudrait nous faire croire que personne n'en veut. On les répare et rebelote... C'est une histoire sans fin. VOUS NE ME FEREZ  PAS CROIRE QUE CE N'EST PAS VOLONTAIRE... » écrit d’ailleurs la locataire du Lys Rouge

Pour l’Arlequin Eric Piolle et Elisa Martin achètent des encarts publicitaires pour trouver des locataires : dans une ville qui compte 17 000 demandeurs de logements ? Ou est la vérité? 

E.PIOLLE DEMANDE L'EXPULSION D'UN OPPOSANT

« C’est de pire en pire » écrit la locataire du Lys Rouge.  En effet. On est frappé par cette dégradation générale , quartier par quartier. Il ne peut s’agir seulement d’incompétence et de paresse des élus. 

 D’autant, rappelons-le, qu’Eric Piolle est capable de demander l’expulsion, le concours de la force publique contre un locataire de Malherbe, Mimoun M’ Rad, Président de «  Convivialité Malherbe » pour «  trouble à l’ordre public » parce que son fils aurait élevé la voix dans les locaux de Grenoble-Habitat. La sale opération a été conduite par Barbara Schuman, la présidente ( Verts/FI) de l’organisme. Mimoun M’Rad a le malheur de critiquer la politique des quartiers de la majorité municipale. C’est plus grave que d’occuper un logement HLM pour vendre de la drogue sans payer de loyer.

GHETTOÏSER UNE GRANDE PARTIE de la VILLE  

 On peut imaginer que ces idéologues fous ont pour objectif de ghettoïser une grande partie de la ville afin que leur lutte anti-capitaliste s’en trouve légitimée . On retrouve le lien avec les «  centres de ressources anti-capitalistes «  tels les squats municipaux du 106 rue des Alliés ou du 38 rue d’Alembert, ou encore l’installation d’Alternatiba à l’esplanade. Il quadrillent la ville et inondent de slogans et de manifs de tous ordres.

LES GROUPUSCULES MUSCLÉS POUR FAIRE TAIRE

S’y ajoutent les groupuscules musclés type " Action Antifasciste Grenoble" ( AFA Grenoble) le "Nouveau Parti Anticapitaliste 38" (NPA38), "Pour une Ecologie Populaire et Sociale" (PEPS),  ou encore le "Réseau de Lutte contre le Fascisme Isère" (RLF) qui complètent le tableau par une autre forme de violence :faire taire toute opinion contraire à la Doxa des Rouge/Verts.

A voir les pièces du puzzle, il existe certainement un plan d’ensemble, car la secte au pouvoir à Grenoble est dans la lignée des groupuscules trotskystes et de leur organisation secrète : elle organise la prise du pouvoir physique et celle des cerveaux par tous les moyens.

Mais ces docteurs Folamour de la politique sont en train de fabriquer une ville qui va leur échapper.Car personne ne peut prévoir ce que l’explosion de cette bombe à fragmentation va engendrer . Pas du bon en tout cas pour les grenoblois

 

5 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.