QUALITÉ de L’AIR et SANTÉ: PIOLLE A CÔTÉ DE LA PLAQUE

« L’une des trois demandes formulées par Grenoble à Cœur le 21 février est la révision du plan de circulation mis en place il y a cinq ans . 

« En effet, six des sept écoles les plus polluées de Grenoble sont situées au centre- ville, exactement là où a été redirigé le trafic du boulevard Agutte-Sembat, c’est à dire : boulevard Gambetta, rue Lesdiguières, cours Jean-Jaurès, rue Hoche et quartier Championnet » .

DES RÉALITÉS QUI FONT MAL à la MUNICIPALITÉ

A la veille du Conseil Municipal réuni aujourd’hui et qui doit donner un énième avis sur le plan de protection de l’Atmosphère, le collectif d’associations et d’Unions de Quartier «  Grenoble à Cœur » rappelle les réalités qui font mal à la municipalité.

LES ÉCOLES VICTIMES DU PLAN DE CIRCULATION

Le collectif révèle que la pollution au dioxyde d’azote ( NO2) a baissé d’un tiers de moins dans ces écoles du fait des reports de circulation «  dans un contexte général où les données des stations de pollution de fond d’Atmo montrent qu’à Grenoble la baisse du NO2 est à la traîne comparativement à Clermont- Ferrand, Lyon et Saint-Étienne « .

4000 ÉLÉVES CONCERNÉS

Il réclame donc une répartition du trafic routier afin d’éviter la concentration qui affecte négativement 4000 élèves de la ville, c’est-à-dire la réouverture d’un passage Avenue Agutte Sembat. Gilles Namur (Verts/FI ) a immédiatement répondu « non » car Eric Piolle ne veut aucunement reconnaitre sa faute et ses effets négatifs sur la santé.

LA SIMPLE RÉOUVERTURE de SEMBAT

«  Grenoble à Cœur » moque l’antienne municipale sur la « réduction du trafic » alors que selon lui «c’est l’inverse de le concentrer, comme le fait le plan de circulation mis en place il y a cinq ans ! « Réduire le trafic » aux abords des écoles les plus polluées ? C’est exactement ce qu’ont demandé les unions de quartier concernées : la question, c’est comment réduire ce trafic routier immédiatement ? . En effet, la simple réouverture de la voie de bus du boulevard Agutte-Sembat aurait instantanément ce résultat, ce qui en finirait avec « cinq années de surexposition ».

" CE NE SONT QUE DES MOTS " 

« Réduire le trafic aux abords de toutes les écoles de la ville » ? Ce ne sont que des mots ! Et ce n’est absolument pas sérieux, la ville comptant plus de cent écoles. C’est aussi parfaitement inutile, toutes les écoles n’étant heureusement pas surexposées au trafic » .

PIOLLE EST BRANCHE WOQUE, DÉCOLONIAL, BURKINI, JIHAB

Une nouvelle dégelée pour le Grand Timonier s'effectue sur son cœur de métier si on ose dire. Ce que l’écologie devrait être pour lui. Mais on le sait, il est branché Woque, décolonial, Burkini, Jihab … et préfére distribuer des tracts à une entrée de Métro à Paris plutôt qu’à Grenoble ou il prendrait le risque de rencontrer … des Grenoblois. 

LA MATERNELLE MARCEAU SUR-POLLUÉE

D’autant que «  Grenoble à Cœur » entre dans le détail : « Parmi les écoles sur-polluées, la maternelle Marceau fait partie de « Place(s) aux enfants ». Quel effet, sinon de com’ ? Aucun puisque l’origine du problème n’est pas traitée, à savoir l’excès de trafic apporté sur la rue Marceau par le plan de circulation. Quant à la ZFE, c’est une mesure qui ne réduit ni le trafic, ni sa concentration aux abords des écoles surexposées du centre-ville«.

LES DOGMES SUR L'AUTOMOBILE SAUTENT

Plus on avance , plus la supercherie Piollesque se dévoile. Hier c’était l’Union de Quartier Berriat, pas peuplée de représentants de la si vilaine «  esstrême droite » qui attaquait frontalement les dogmes sur l’automobile, le stationnement, l’autoroute à vélos et autres Totems indéboulonnables ces dernières années. 

90 % DES DÉPLACEMENTS NE S'EFFECTUENT PAS EN VÉLO

Vendredi au Conseil Métropolitain Alain Carignon rappelait que 90 % des déplacements ne s’effectuaient pas en vélos, que pour la première fois dans l’histoire de la Métropole  la part modale des transports collectifs n’augmentait plus, stagnant à 16 %. Des données englouties jusque-là dans une com’ indécente.

GRENOBLE SUPPRIME SA STATION de CONTRÔLE de la QUALITÉ de L'AIR

Mais «  Grenoble à Cœur » va plus loin encore en mettant aussi en cause l’opération de com’ « capitale verte » :  «   La « capitale verte » de 2020, Lisbonne, a investi dans la constitution d’un réseau de 658 capteurs et 80 stations de mesures de la qualité de l’air, des nuisances sonores et des microclimats urbains. La « capitale verte » de 2022, Grenoble, vient de supprimer la station de mesures d’Atmo à la caserne de Bonne ! Elle servait à évaluer les « impacts des mesures d'amélioration de la qualité de l’air sur les représentations, perceptions et pratiques en matière de mobilité et de chauffage au bois ».

61 % DES PARTICULES CANCERIGÉNES VIENNENT du CHAUFFAGE 

Ajoutant : « Alors que rien n’est plus d’actualité que cela ! Au cœur du secteur le plus pollué par le plan de circulation mis en place il y a cinq ans, et dans une ville où 61 % des particules cancérigènes viennent du chauffage au bois »  

LE CITOYEN SE DÉSINTÉRESSE DE LA FAUSSE CAPITALE VERTE

Et d’enfoncer le clou :  « Boston a acheté des milliers de capteurs NextPM de TERA environnement, entreprise toute proche de Grenoble,pour contrôler le niveau des particules fines dans toutes les écoles. 

«  A Grenoble, le citoyen se désintéresse d’une « capitale verte » qui n’apporte rien sinon pléthore de réunions, d’appels toujours plus grandiloquents, de communications, de déclarations telles que « de nouvelles comptabilités et de nouvelles grammaires sont nécessaires pour représenter et mesurer ce qui compte dans un monde de finitudes ». Le tout pour 13,4 millions d’euros. Combien de stations Atmo et de capteurs NextPM pour ce prix astronomique ? «  

Evidemment les dogmatiques Vincent Fristot ( Verts/Ades) et Pierre-André Juven (Verts/FI) la voix de leur maitre, ne prennent en compte aucune des remarques et propositions des collectifs qui ne répètent pas la bonne parole du Guide.

PIOLLE NE VEUT PAS ASSUMER SES RESPONSABILITÉS...

Aujourd’hui au Conseil Municipal, ils vont faire voter un avis négatif au plan de Protection de l’atmosphère avec une argumentation essentiellement bureaucratique en noyant leur propre responsabilité dans le fiasco de leurs actions. 

... PAS PRÊTS de VOIR PIOLLE DISTRIBUER des TRACTS à GRENOBLE

Le problème pour eux étant que les dupes sont de moins en moins nombreux au fur et à mesure que les connaissances sont partagées, que les prises de conscience s’effectuent sur tous les bords de l’échiquier. Il est à craindre pour lui que lorsque les parents d’élèves, cœur de cible électorale de la "place aux enfants", auront compris ce qu’il en est réellement pour la santé de leurs progénitures, les oreilles de Piolle se mettent à sérieusement chauffer. On n’est pas prêts de le voir distribuer des tracts à Grenoble.  

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.