BERRIAT: LA MONTÉE DES MÉCONTENTEMENTS

 

Pour que Olivier Bertrand censé être l'Adjoint au Maire (Verts/Ades) du secteur annonce qu'il ne recommencera pas la malheureuse piétonisation temporaire du secteur réalisée l'été dernier, il faut que l'ambiance soit devenue chaude. C'est pourtant ce qui s'est passé cette semaine à l'Assemblée de l'Union de Quartier Berriat. Ce qui prouve, au passage l'utilité des Unions de Quartiers....

L'OPPOSITION LARGEMENT REJOINTE PAR LES HABITANTS 

La soirée a été d'ailleurs brûlante pour lui et Gilles Namur, l'autre Adjoint ( Verts/Fi), spécialiste des Tags. Ce que le groupe d'opposition municipale prêchait dans le désert, se trouve désormais repris et largement validé à gauche.La chasse aux voitures est désormais dénoncée sur tous les tons. La municipalité ne peut plus avancer masquée avec ses autoroutes à vélos, sa piétonisation, son stationnement payant .

B. de LESCURE: " LE SYSTÉME COLLE DIFFICILEMENT à la RÉALITÉ"

 « Tout le système colle difficilement à la réalité quotidienne et les besoins familiaux » a lancé Bruno de Lescure, le Président :« En dix ans la motorisation a baissé de 3 % !  Le résultat de tout ça, c’est que les personnes vont continuer à se garer dans la rue. Avec les  conséquences sociales  d’une telle mesure sur les revenus les plus faibles, de l’ordre de 150 € par an ». 

" A PART NOUS ENTUBER..." 

" La messe semble dite" a même noté Ganaële Melis, la journaliste ( DL 27/3/22) . « À part nous entuber, je ne vois pas l’intérêt du payant. Si l’écologie c’est ça, ça ne m’intéresse pas », dira plus nettement une riveraine. 

LA MUNICIPALITÉ COMPTAIT PASSER EN FORCE 

C'est que la municipalité comptait passer en force comme à Notre/Dame/Sainte-Claire maintenant, ou bien Agutte Sembat auparavant, ou comme avec l'autoroute à vélos sur les quais supprimées à son arrivée par Sylvain Laval, le président du Smmag qui a succédé à Yann Mongaburu, ce qui lui vaut une haine tenace des Rouge/Verts. 

Mais en juillet dernier des habitants et des commerçants ont tout simplement barré le cours Berriat pour montrer qu'ils ne se laisseraient pas faire. 

 

B.DÉTRIE : " LA GRANDE DÉLIQUESCENCE du COURS BERRIAT"

Les protestations sont venues de tous les bords. Bruno Détrie, un habitant a publié sur sa page Facebook une démonstration calme et précise de cette usine à gaz inefficace de piétonisation "temporaire" : "on sait bien que cette dernière expérimentation c'est un nouveau tronçon de Chronovélo qui pointes nez... masqué " . Concluant: " le seul avantage de cette idée saugrenue, c'est d'apporter la preuve de la grande déliquescence de cette partie ouest du cours Berriat qui n'a fait l'objet d'aucun aménagement depuis l'arrivée du Tram en 1987 ".  "L'expérimentation"  a coûté ... 120 000 € en vigiles, soit 12 fois les 10 000 € qui permettraient à la Papothèque, une structure de l'économie sociale et familiale, de vivre quartier du Lys Rouge.

TOUTES LES DÉCISIONS " PRISES SANS CONCERTATION" 

Ce qui n'a pas empêché le quartier de bien voter à gauche et Verts toutes ces années ou il a été délaissé.  Bruno de Lescure reconnaissant pourtant, dans le journal de l'Union de Quartier, que toutes les décisions sur les suppressions du stationnement  ont été prises par " les municipalités socialiste et écologiste sans aucune concertation". Ce qui amène la dernière à des procédures sans fin contre un malheureux artisan de la rue Cuvier qui ne veut pas mourir. Et maintenant rue Diderot, "le Comptoir de Julie" , le seul commerce de la rue, condamné à mort par deux ans de travaux sans préavis, ne sait plus comment se défendre. 

Toutes les avancées au service des habitants du quartier, depuis le Tram jusqu'aux parcs Marliave, Valérien  Perrin , en passant par la rénovation de la Médiathèque St Bruno, datent de la municipalité Carignon!  

 

PONT ESCLANGON : PIOLLE A DU RECULER

Mais entre la " place aux enfants" , la piétonisation, la liaison cyclable Grenoble-Fontaine , ça cafouille considérablement parce que Piolle ne peut pas distribuer des tracts à la sortie du Métro à Paris et être Maire de Grenoble. Il décide à distance et par foucades comme la fermeture soudaine du Pont Esclangon à laquelle il a du renoncer. Il voudrait imposer sa décision cours Berriat comme à Notre-Dame-Sainte-Claire avec les dégâts que l'on sait. Mais le quartier résiste sérieusement et demande à être associé aux décisions. 

OU VA PASSER L'AUTOROUTE à VÉLOS ?

D'autant que dans le secteur il existe une activité non négligeable, le marché Saint-Bruno. Celui-ci non plus n'entend pas se laisser faire. Ou va passer l'autoroute à vélos? Bien entendu, selon les éléments de langage donnés par le cabinet du Maire et répétés par tous les élus devant les habitants, Olivier Bertrand a refilé la responsabilité à la Métro et au Smmag. Comme si les élus grenoblois, par ailleurs massivement membres de l'exécutif de la Métro, n'étaient pas les décideurs de fait, s'agissant du territoire de leur ville.

 

L'INSÉCURITÉ JAMAIS ABORDÉE

Bien entendu, conformément à la doxa selon laquelle le quartier est en danger de " gentrification.." la question de délinquance prégnante, de l'insécurité qui éloigne tant de familles du quartier, n'a pas été traitée . La prise de conscience de la bêtise crasse d'une politique municipale prétendument "écologiste", ramassis de dogmes petits-bobos-gauchos qui font du mal aux plus modestes, est déjà un grand progrès. Tout comme le constat bien établi que la co-construction et la participation citoyenne sont bien du vent. 

Reste à ce que le réel atteigne toutes les couches d'habitants qui accepteraient de constater la "vérité bête" sans les oeillères de la vérité préformatée  par la culture ambiante. Encore un effort Camarades. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.