SQUATS, VOITURES BRÛLÉES… CES POLLUTIONS NOCIVES QU’ON IGNORE

 

l'incendie criminel qui a mis le feu à l'entreprise Richardson rue des Alliés a dégagé un nuage de fumée qui a pollué toute l'agglomération. Les élus ont minimisé son impact sur la santé. N'empêche que cet acte criminel - il s'agissait de punir une famille ROM qui ne payait pas l'emplacement de sa baraque!- qui aurait pu avoir des conséquences humaines dramatiques a eu au moins des effets sur l'environnement des Grenoblois. E.Piolle les a réinstallé au même endroit...

" DES POLLUANTS PARTICULIÉREMENT NOCIFS à la SANTÉ"

Hier Bertrand Spindler , le Maire de la Tronche ( majorité Verts/FI/PS/PC)  de la Métropole se plaignait des conséquences graves de l'occupation par les Roms du site à proximité d'Athanor, l'usine de traitement des déchets : "L’affaire dure depuis des mois, voire des années, et la coupe est pleine. A La Tronche, en périphérie de l’aire d’accueil des gens du voyage, des brûlages de câbles électriques illégaux (pour récupérer et vendre le cuivre) sont signalés chaque jour, de jour comme de nuit " écrit Ganaële Melis ( DL du 11/3/22). Ajoutant: "des brûlages, reconnaissables par leurs épaisses fumées, émettant des polluants particulièrement nocifs pour la santé - de type dioxines, furanes et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) -, qui se répandent non seulement dans la commune mais aussi sur le territoire de l’agglomération" .

B.SPINDLER : PARLER POUR NE RIEN FAIRE

Alors avec Michel Jacon , Secrétaire Général de France Nature Environnement , Bertrand Spindler a tenu une conférence de presse pour en appeler à... l'Etat. Le même qui multiplie les déclarations larmoyantes pour accueillir tout le monde, qui multiplie les parrainages d'étrangers en situation irrégulière, toujours au premier rang pour dénoncer toute " stigmatisation" de ces populations 

A.CARIGNON DEMANDE UNE PROCÉDURE D'EXPULSION

Comme a leur habitude les élus de la majorité font des moulinets dans le vent et vantent leurs "actions" à savoir le dépôt de plainte et expérimentent ce que vivent tous leurs concitoyens victimes de l'insécurité, il ne se passe rien. Sauf que le terrain appartient à la Métropole et qu'il appartient à l'exécutif de celle-ci d'engager simplement une procédure d'expulsion en demandant au Préfet le recours à la force publique. On ne voit pas en effet pourquoi tolérer que des individus volent toute la journée des câbles , les brulent au vu et au su de tous tous les jours sur un terrain appartenant à la collectivité publique . Dans un courrier adressé hier à Christophe Ferrari ( PS repenti) Alain Carignon lui a demandé : "Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m’informer de savoir si vous avez engagé cette procédure d’expulsion avec recours à la force publique afin de rassurer au plus tôt les riverains, les malades du CHU à proximité et toutes les victimes de cette pollution dans la Métropole" . En effet il s'agit bien de la seule " action " efficace , la seule que Bertrand Spindler ne risque pas d'engager.

GRENOBLE : LES SQUATS POLLUANTS PULLULENT 

A Grenoble les squats de la rue Poloti qui se chauffe au bois , de la rue des Alliés, les pneus qui brulent dans le noman's land prés de Flaubert,  les sources de ces pollutions sont très nombreuses, sans qu'aune action d'aucune sorte du Grand Timonier si sévère avec tous les citoyens qui paient leurs impôts n'intervienne d'aucune façon.

 

LES INCENDIES DE VOITURES, SOURCE DE GRAVES POLLUTIONS

Une autre source grave de pollution est engendrée par les voitures brûlées: tous les riverains de tous les quartiers - aucun n'est épargné - qui subissent ses nuages de fumées noirâtres émanant des carcasses qui se consument ignorent quelles sont les conséquences pour leur santé. On évalue a environ 500 voitures qui brûlent chaque année dans l'agglomération grenobloise. Quel impact sur l'environnement? Si on ajoute le fait que le chauffage au bois, souvent le fait d'écolos-bobos attentifs à la planète, est la première source de pollution aux particules fines les plus dangereuses pour la santé, on parvient à un cumul assez édifiant. Mais sur ces sujets la vigilance, la mobilisation des Rouge/Verts n'est pas établie. 

Ils préfèrent continuer à s'en prendre à ceux qui travaillent, parfois avec difficultés, à en faire des boucs émissaires facile d'une situation bien plus complexe qu'il n'y parait. Il apparait en effet que la sécurisation de Grenoble est indispensable pour ses habitants victimes. Mais aussi pour la qualité de l'air. Deux bonnes raisons pour passer enfin à " l'action". La vraie. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.