LE TRIBUNAL BLOQUE PIOLLE: IL VOULAIT EXPULSER DU QUARTIER le PRÉSIDENT de  » CONVIVIALITÉ MALHERBE »!

 

La dernière affaire est très inquiétante, révélatrice d'une agressivité terrifiante: Eric Piolle a tenté de faire expulser Mimoun M'Rad et sa famille de leur logement de la place Charles Dullin, quartier Malherbe. Barbara Schuman , la présidente ( Verts/FI) de Grenoble-Habitat s'est fait l'instrument de cette intolérable vendetta . La famille de Mimoun M' Rad, modeste pluisque le chef de famille est un adulte handicapé, a signé un accord de cohésion sociale en mai 2021, incluant le paiement d'un supplément de loyer pour combler un retard du à des difficultés passagères. 

TOUT A ÉTÉ MIS EN OEUVRE POUR ÉJECTER M.M'RAD DU QUARTIER

Depuis cette date le sur-loyer est scrupuleusement payé , même si parfois, étrangement, il n'est pas prélevé par Grenoble-Habitat, ce que doit surveiller la famille en établissant immédiatement un chéque avec copie à un auxiliaire de justice. Visiblement tout a été mis en oeuvre pour tenter d'expulser Mimoun M' Rad, témoin gênant de la politique municipale comme Président de Convivialité Malherbe, une active association de quartier au service de ses habitants . Pour Piolle, peu importe le service rendu. 

B.SCHUMAN PDT ( Verts/FI) de GRENOBLE-HABITAT: EXÉCUTRICE DES BASSES OEUVRES

Ce premier système n'ayant pas fonctionné, Barbara Schuman Présidente de Grenoble Habitat a prétexté un incident dans ses locaux avec un fils de Mimoun M' Rad, pourtant non locataire du dit logement, pour rompre l'accord de cohésion sociale, prononcer l'expulsion du logement et obtenir dans la foulée le recours à la force publique! On n'avait jamais vu ça. Autant de célérité contre un locataire alors que la municipalité refuse d'agir contre des délinquants qu'elle loge.

 

 

Me Thomas BONZY OBTIENT UNE INDEMNISATION POUR PRÉJUDICE MORAL

Saisi en urgence , Me Thomas Bonzy, avocat au barreau de Grenoble , a pris ce scandaleux dossier en mains, saisi le tribunal qui s'est réuni le 1er février et a rendu son jugement le 1er mars. Sans ambiguïté. M.Mimoun M'Rad sera même indemnisé pour un préjudice moral incontestable. Cette affaire a créé beaucoup d'émoi dans le quartier et dans la ville. Le Président de "Convivialité Malherbe" ne cache en effet pas son profond mécontentement de l'abandon des quartiers par la municipalité , le mépris des élus, sont association n'ayant au passage jamais été aidée par la ville. Cette franchise lui vaut des attaques dignes d'un régime à la Poutine.

E.PIOLLE VEUT RÉGNER PAR LA PEUR SUR LA VILLE 

La menace sur lui et sa famille, sur son logement démontre la violence de la municipalité à l'égard de ce qu'elle considère comme des opposants qu'elle veut tuer socialement. Il s'agit, à travers son exemple, de faire peur à tous ceux qui auraient l'audace d'exprimer leur désaccord. En particulier les plus modestes. Ce système marche évidemment sur des faibles qui n'ont pas le choix.

IL VEUT TUER FROIDEMENT LA PAPOTHÉQUE 

On se rappelle que la structure de l'économie sociale et solidaire, la Papothèque, elle, pas du tout opposante non plus, mais libre de son action et ne s'inscrivant pas dans les clous de la gauche extrême définis par le Grand Timonier est alors poursuivie par Actis ( Président Piolle) pour une dette de loyer, contrainte à la fermeture dans un quartier , le Lys Rouge, ou cette présence est indispensable pour qu'il ne sombre pas plus. Dans ce cas aussi Eric Piolle veut tuer froidement tout ce qui n'est pas conforme à son idéologie. Une forme de terreur pour écraser tout ce qui ne bouge pas au seul service de ses dogmes. Frédéric Martel, un journaliste de France Culture avait vérifié la peur dans le secteur culturel .

 

 

SES AMIS DE L'ULTRA GAUCHE OCCUPENT GRATUITEMENT "LE 38" DEPUIS 7 ANS

En parallèle ses amis de l'ultra gauche occupent depuis 7 ans le 38 rue d'Alembert, des locaux municipaux sans payer de loyer ni les fluides. Il n'a jamais envoyé l'huissier, jamais engagé de procédure d'expulsion. Au contraire il vient de faire débourser 340 000 € par le Conseil Municipal afin de leur mettre à disposition pendant 40 ans , 850 M2 pour 330 € de loyer... Par cette violence sociale , Eric Piolle démontre que rien ne l'arrête dans l'injustice . A Grenoble, sous son règne, pas une tête ne doit dépasser qui ne parle pas exclusivement de l'usage du vélo, de l'Etat raciste ou de la libération des femmes par le port du Burkini et du Jihab. A noter d'ailleurs qu'il subventionne le mois décolonial qui porte ces idées. C'est mieux que " Convivialité Malherbe" ou l'économie sociale et solidaire au service du Lys Rouge. 

 GRENOBLE N'A JAMAIS CONNU UN MAIRE AUSSI ÉLOIGNÉ de TOUTE HUMANITÉ

Cette gestion agressive, par la contrainte, l'utilisation de tous les moyens publics pour écraser un adversaire, y compris les plus modestes, révèle encore un peu plus ce cynisme absolu du porte parole auto-proclamé de "l'arc humaniste". On n'aura jamais vu dans l'histoire de Grenoble, un Maire aussi éloigné de toute humanité, de tout respect de ses concitoyens, aussi déchainé contre ceux qui lui réclament des actes concrets en particulier en matière de solidarité.

 

Animatrice de la structure de l'économie sociale et solidaire du Lys Rouge asphyxiée par Eric Piolle, A.Michard fait état de la peur qui règne sur la ville 

 

B.SCHUMAN AURA T-ELLE L'ORDRE DE FAIRE APPEL ? 

A cette heure on ne sait pas si Barbara Schuman, Présidente de Grenoble-Habitat derrière Maryvonne Boileau (Verts/Ades) , totalement dépendante des Rouge/Verts auxquels elle appartient et qu'elle sert dans plusieurs postes qui lui ont été confiés, recevra l'ordre de faire appel du jugement qui condamne Grenoble-Habitat . Continuant ainsi à poursuivre de la vindicte municipale un Président d'Association, continuant à martyriser toute une famille en la plongeant dans l'incertitude de savoir si elle pourra conserver un logement social et ce, sans aucune raison objective. Rien n'est impossible dans l'ignominie de la municipalité Piolle qui utilise, sur l'argent public, des ribambelles d'avocats pour poursuivre des hommes et des femmes qui n'ont évidemment pas les moyens de se défendre. Sans Me Thomas Bonzy qu'en serait-il de Mimoun M'Rad et de sa famille? 

UN CLIMAT SANGLANT RÉGNE à GRENOBLE 

Derrière la logorrhée verbale municipale lénifiante sur le réchauffement climatique et l'utilisation du vélo sous toutes les formes dont des médias complaisants nous rebattent les oreilles, la municipalité impose un climat sanglant, démontrant  jusqu'ou Eric Piolle est capable d'aller. Nous appelons tous les démocrates à se mobiliser . Ils doivent tous dire à Piolle , paraphrasant Voltaire, que , d'accord ou pas avec Mimoun M'Rad , ils se battront jusqu'au bout pour qu'il conserve le droit de vivre et de s'exprimer à Grenoble. 

Pour le soutenir le mieux est d'adhérer à " Convivialité Malherbe " en cliquant ici.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.