SACCAGE NOTRE DAME/SAINTE CLAIRE: LES HABITANTS SONT à BOUT

 

«Je vis ici depuis 33 ans. Et c’est devenu invivable. (...) On vit un enfer. Et vous, les élus, vous parlez, mais la réalité de terrain, est-ce que vous la connaissez ? ». Cette phrase résume à peu près le sentiment des habitants du quartier Notre-Dame Sainte Claire rapporté par Isabelle Calendre ( DL su 5/3/22) . La journaliste parle même de " courage " pour qualifier la présence des élus de la municipalité à une réunion des habitants : "une réalité qui a pris corps lors de cette réunion, via les nombreux reproches adressés aux adjoints, transformés en punching-ball. Maud Tavel, Gilles Namur et Alan Confesson avaient eu le courage de venir (tout comme Kheira Capdepon, Jérôme Soldeville et Hosny Ben-Redjeb) ".

" C'EST DEVENU INVIVABLE" 

La nouvelle page à succès " saccage Grenoble" aurait pu imager le déroulé de l'assemblée des Habitants tant les problèmes non résolus et la dégradation sont redondants. " Je vis ici depuis 33 ans" , c'est à dire depuis la municipalité Carignon et " c'est devenu invivable".  Les grenoblois n'ont jamais connu ça. Ce n'est pas faute d'alerter sur tous les tons comme les habitants de la rue Chenoise l'ont fait après la piétonisation de la rue. Appels , banderoles, pétitions, rien n'y a fait la municipalité n'a rien voulu entendre. Le bruit , la saleté, l'insécurité , le danger du seul fait de marcher dans la rue , tout s'est aggravé avec une piétonisation mal préparée, mal organisée .

 

 

LE GRAND TIMONIER ÉTEND à UN QUARTIER CE QUI NE MARCHE PAS DANS UNE RUE

Au lieu de tenir compte de l'expérience, le Grand Timonier a décidé seul aussi d'étendre à tout le quartier ce qui ne fonctionnait pas dans une rue. Avec la même absence d'organisation. En pire même, puisque la piétonisation du quartier s'effectue sans que son embellissement n'ait été programmé en même temps. Alors, tout ce que l'on sait a été rappelé jeudi soir à l'Union de Quartier: non respect de la zone piétonne,  stationnements anarchiques, notamment le soir ; vitesse excessive des deux-roues ; dangerosité des vélos , Thibaut Dehut, co-président de l’union de quartier, a fait l’inventaire des remontées des habitants.  « On est d’accord. Bien sûr qu’on est tous dérangés. Est-ce qu’on verbalise assez ? Non. Est-ce qu’on peut faire plus ? Non », a résumé selon le DL, l'incompétent Gilles Namur, Adjoint ( Verts/FI )au Maire qui a succédé à Lucille Lheureux pour tenter de battre son record d'inefficacité. 

LES HABITANTS ONT ÉCLATÉ DE RIRE AUX PROPOS de Maud TAVEL ( Verts/FI) 

Il parait également que " les habitants ont éclaté de rire" (DL) quand Maud Tavel une autre Adjointe (Verts/FI) particulièrement brillante a annoncé que 97 cyclistes avaient été verbalisés en 2021: « Vous avez développé les vélos en ville, sans leur donner les moindres règles. Et maintenant, avec leur sentiment d’impunité, ils sont plus dangereux que les voitures ! »lui a lancé un habitant. Rappelons qu'elle est aussi chargée de la sécurité. 

Gilles NAMUR ( Verts/FI) DANS UN CONCOURS D'INEFFICACITÉ avec Lucille LHEUREUX ( Verts/FI) 

« On ne va pas nier les dysfonctionnements : on espérait que ce serait mieux respecté » a d'ailleurs piteusement reconnu  Gilles Namur pour expliquer que la création de la zone piétonne sans concertation, sans préparation, sans suivi,  était une catastrophe. Rappelons sa genèse : découvrant que les travaux du tram allaient commencer dans le secteur (alors qu'ils avaient été décidés par Yann Mongaburu) , Eric Piolle a soudainement décidé seul de la piétonisation immédiate du quartier. Sans même obtenir la végétalisation de la voie de tram entre la Maison du Tourisme et le Musée de peinture, ce qui aurait participé sérieusement à la déminéralisation du secteur . Comme nombre de ses foucades, cette décision a créé plus de problèmes quelle n'en a résolu. 

 

 

PERTE DE 50 % de CHIFFRE D'AFFAIRES POUR CERTAINS PLACE SAINTE CLAIRE

Sur les commerces la problématique des bars et restaurants a été posée à nouveau. Mais, concernant leur dynamique, la ville se réfugie derrière une fausse impression répétant qu'ils  sont en meilleure forme qu’avant (le taux de vacance est passé de 10 à 7 %) alors que la baisse est de l'ordre de 50 % du chiffre d'affaires pour certains d'entre eux en particulier au marché Sainte Claire. Ce n'est pas vrai qu'en empêchant les clients de venir on favorise le commerce. On le constate clairement avec les rideaux baissés rue de la République ou rue Montorge. 

" LES ÉTUDES SONT EN COURS..." 

Mais le caractère totalement improvisé de la décision de fermer le quartier, refusant même la proposition de" zone de rencontre" du collectif "Grenoble à Coeur" s'est vérifié quand un autre très efficace Adjoint (Verts/FI, Alan Confesson a reconnu que " les études sont en cours pour les aménagements des rues de la Paix, Auguste Gaché et Bayard"  . Je décide d'abord et je réfléchis après. En fait notre Kim Sung local décide et ensuite, Adjoints au Maire et services doivent se coltiner de faire avec et fournir les explications foireuses. D'ailleurs Piolle s'est bien gardé de venir s'expliquer Lui-même devant les habitants. Il préfère poursuivre une autre réflexion , celle sur le burkini.

BORNES PNEUMATIQUES: ON NE SAIT PAS QUAND ELLES SERONT POSÉES 

On ne sait d'ailleurs pas non plus quand seront installées les bornes pneumatiques délimitant la zone piétonne! Montrant bien le caractère totalement improvisé de la décision Piollesque. Gilles Namur a annoncé qu'elles seraient installées " à l'été" ( ce qui permet d'être large). Mais Isabelle Calendre a questionné la Métro,  laquelle a immédiatement démenti l'Adjoint : le dossier « est à l’instruction ».  Evidemment on imagine ce qui se passerait  si chaque Maire annonce tout à coup, un jour ou il a mal dormi, une zone nouvelle piétonne chez lui. La Métropole n'a pas obligatoirement programmé les équipements qui vont avec et leur financement... Résultat la pagaille de Notre Dame va durer.

 

Gilles Namur, Maud Tavel, Alan Confesson ont pris une dérouillée des habitants du quartier Notre Dame à la place de Piolle... Jusqu'à quand vont ils accepter de défendre l'indéfendable ? 

 

LES PHARES DE L'HUMANITÉ NE SAVENT PAS FAIRE FONCTIONNER LES WC PUBLICS 

A cette réunion les habitants ont aussi entendu les phares de l'humanité que nous avons la chance d'avoir à la tête de Grenoble, prêts à répondre aux défis de la planète, expliquer qu'ils allaient réussir à faire fonctionner (bientôt) les toilettes proches de la Maison du Tourisme en panne depuis une éternité. Par contre ils ont " des difficultés"  ( Gilles Namur) avec celles du Téléphérique et du jardin de ville. Trop simple pour eux.

99 % DES ENCOMBRANTS RAMASSÉS DANS LES 24 H 

Le même a annoncé que " 99% des encombrants sont ramassés dans les 24 h ,sauf que c’est le 1 % restant que tout le monde remarque " . Il lui manquait celle-là.  Gilles Namur n'avait-il pas expliqué en son temps :« avec le retour des beaux jours, et la multiplication des ventes à emporter liées à la crise sanitaire, les corbeilles de nos parcs et jardins et du centre-ville débordent » . L'idée de renforcer le ramassage quand les parcs et jardins sont plus fréquentés ne lui était pas venue... Il est spécialiste des déclarations ridicules , démenties par les faits.

E.PIOLLE TENTE DE S'AFFRANCHIR DU RÉEL PAR L'ABSENCE 

On comprend que les élus Rouge/Verts préfèrent s'en tenir aux débats sociétaux dans lesquelles ils excellent pour être minoritaire parmi les plus minoritaires. Plutôt que de rencontrer les grenoblois. Comme nous le disons ici souvent, le réel est le plus redoutable pour eux. Eric Piolle tente de s'en affranchir autant qu'il peut. A Notre Dame , même absent, il l'a rattrapé. Il est à craindre que, chaque fois que les élus s'y confronteront, il leur faudra du "courage" comme le note Isabelle Calendre. Du courage pour affronter la base,  c'est tout de même une drôle d'impasse dans laquelle la municipalité de l'arc humaniste s'est enfoncée.  

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.