HIJAB et BURKINI: LETTRE OUVERTE/PÉTITION à Eric PIOLLE

"Monsieur le Maire de Grenoble,

"Vous soutenez le combat des « hidjabeuses » qui revendiquent de porter le voile, en France, en faisant du sport et envisagez de modifier le règlement intérieur des piscines de la ville de Grenoble pour autoriser le port du burkini.

"Que pensez-vous du combat des femmes qui, dans certains pays, se battent pour ne pas porter le voile et avoir la même liberté que les hommes ?

"Que pensez-vous du combat des femmes Afghanes, mais aussi Iraniennes et d’Arabie Saoudite et partout où sévit l’Islamisme sur la planète, qui risquent leurs vies en résistant au port de ces vêtements trop couvrants et gênants qui les privent de toute liberté ?

"Pensez-vous qu’il s’agit là d’égalité femmes-hommes ?

"Égalité, qu’est-ce que ce mot signifie pour vous ?

"Savez-vous que «hijab » veut dire « séparation » et donc que « hidjabeuses » veut dire « séparatistes » ?

"Que le libre choix qu’elles revendiquent n’en est en réalité pas un puisque c’est une injonction patriarcale d’extrémistes qui invoquent une religion pour imposer le voile et se dédouaner de toute responsabilité ?

"Monsieur le Maire, vous ne pouvez pas exploiter médiatiquement et politiquement un sujet aussi grave que la place des femmes dans notre société."

Cette "lettre ouverte" à Eric Piolle est une pétition QU'ON PEUT SIGNER SUR CHANG.ORG  

 

 

LES FEMMES ÉLUES: " UNE INJONCTION PATRIARCALE PRÔNÉE PAR LES ISLAMISTES" 

Cette lettre ouverte lancée par des femmes rejoint la prise de position unanime de l'Association des femmes élues qui regroupe toutes les tendances politiques et que préside Nathalie Béranger, Conseillère Régionale et Municipale de Grenoble. Pour l'association le burkini est « l’application d’une injonction patriarcale prônée par les islamistes : le voilement des femmes. Entre voile et burkini, l’objectif est le même. Il est de soustraire le corps des femmes de la vue des hommes. Injonction sexiste parce qu’elle ne s’applique pas aux hommes vis-à-vis des femmes. Injonction patriarcale parce qu’elle positionne les femmes uniquement comme objet sexuel à préserver. Injonction qui va à l’encontre de l’émancipation des femmes. Injonction qui pourrait anéantir toutes luttes des femmes pour leurs droits et pour l’égalité des sexes acquis, en France, depuis le XXe siècle » ( DL du 26/1/22) .

" LE VOILE EST UN ÉTENDARD POLITIQUE "

Les femmes élues ont répondu à Eric Piolle : « Il ne faut donc pas tout confondre : le fameux “libre choix de s’habiller comme on veut” sous couvert de féminisme, n’en est pas un puisqu’il ne concerne que les femmes et leur soi-disant pudeur, dignité et respectabilité. Le voile et ses déclinaisons ne sont pas de simples habits mais sont des étendards politiques qui permettent de visualiser la présence islamique dans un territoire. L’insistance de quelques élues qui se disent féministes à entendre cette requête comme une simple expression d’un droit pour des personnes d’une autre religion ou d’une autre culture ne peut donc s’appliquer au voilement des femmes. Celui-ci est juste un dessein politique ».

 

 

Clément CHAPPET, Julien POLAT, Chrystel BAYON NE SE LAISSENT PAS INTIMIDER

De tout côté la résistance à cette volonté de mettre fin aux valeurs universalistes s'organise. La violence de l'extrême gauche fait de moins en moins peur. Clément Chappet, candidat (LR) aux élections législatives dans la 3 eme circonscription en a été victime. Il a déposé plainte. Les Maires de Voiron ( Julien Polat) et de Domène ( Chrystel Bayon) ne se sont pas laissé intimider par les accusations de " néofascisme " (!). Pourtant les vrais néofascistes sont allé manifester dans ces communes pour contester la liberté de réunion, en scandant des appels aux agressions physiques.  

Klaus KINZLER ( Sciences Po) : " L'ISLAMO-GAUCHISME NE M'A PAS TUÉ"

Klaus Kinzler ,enseignant à Sciences Po, stigmatisé sur les murs de l'Institut, pas soutenu par les enseignants , lesquels , au contraire ont signé une pétition pour justifier les accusations dont il est victime, a décidé de répliquer. Il l'a fait publiquement dans la presse et par un livre qui vient de paraitre : " l'islamogauchisme ne m'a pas tué".  Il explique que le climat de peur continue à Sciences Po Grenoble et il veut se battre pour maintenir la liberté d'opinion. Rappelons qu'il a été accusé de racisme pour avoir estimé que le racisme et l'antisémitisme sont des délits tandis que l'accusation d'islamophobie est une opinion.... Sauf que celle-ci peut vraiment tuer comme en témoigne le sort de Samuel Paty . Rappelons que Klaus Kinzler est suspendu,  pas ceux qui l'ont accusé. 

 

 

LES EXCÉS d'Éric PIOLLE ONT RÉVEILLÉ LA SOCIÉTÉ CIVILE

Malgré la violence, malgré la culture ambiante assez largement partagée par les médias, la volonté d'installer dans la ville des foyers permanents de cette idéologie devenue parole officielle, les signes que la destruction de nos valeurs ne passera pas comme une lettre à la poste sont assez nombreux. Que ce soit des Maires, des universitaires, des femmes élues de toutes tendances politiques qui se fassent les porte-parole de ce que ressent une grande partie de l'opinion face à un véritable hold-up idéologique n'est pas secondaire. Le fait qu'Eric Piolle soit celui qui pousse le plus loin les dérives produisant des remous jusque dans sa propre majorité a réveillé des acteurs de la société civile qui n'entendent pas laisser faire.

" E.PIOLLE  N'A PAS ÉTÉ ÉLU POUR ÇA "

Paradoxalement les Rouge/Verts grenoblois précurseurs du wokisme et autres pauvres dogmes importés des USA, le pays temple de l'individualisme, peuvent avoir fait de Grenoble le creuset de la contestation de cette évolution délétère. La formule de l'un de ses soutiens, Sébastien Mittelberger , " il n'a pas été élu pour ça" résume bien la déconvenue, l'irritation ou la colère qui se manifeste chez de très nombreux Grenoblois. 

LA PÉTITION : L'UN DES MOYENS DE LUI DIRE STOP 

Le fait que de LR au PS, en passant par LREM , au sein même de l'extrême gauche et des Verts ce qui reste de républicain réagisse, laisse entendre qu'Eric Piolle est ultra-minoritaire pour conduire Grenoble dans de telles dérives. Il appartient à tous les démocrates de se manifester, chacun avec ses moyens et selon sa sensibilité, mais la pétition lancée par des femmes est l'un des nombreux moyens faciles de lui dire stop. 

CLIQUER POUR SIGNER 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.