LES AFFRONTEMENTS COMMUNAUTAIRES EXPLOSENT

« De nos jours, les musulmans sont les nouveaux juifs «  affirme dans le DL (28/1/22) l’artiste Goin pour justifier l’étoile jaune apposée sur une femme Musulmane voilée. Ainsi, selon lui,  les musulmans sont victimes de déportation massive et de la solution finale mise en œuvre par les nazis. Un nouveau génocide qu’il faut donc combattre par tous les moyens,  qui justifie toutes les résistances. En bref, tuer un flic devient légitime, comme dans la Résistance.

 UNE LISTE IMPRESSIONNANTE POUR ABOUTIR A L'HORREUR

Voilà Grenoble au bout du bout de l’horreur. Cette pente alimentée par tous les ruisseaux municipaux sur le communautarisme, les différences, l’exaltation des minorités , par toutes les connivences affichées, telle celle avec Edwy Plenel , l’auteur de «  pour les musulmans » accueilli en majesté à Grenoble pour un meeting contre l’état d’urgence après les attentats du Bataclan, avec ce débat ouvert sur le Burkini dans les piscines, au nom de la laïcité , cette dernière autorisant aussi ensuite la Burka dans l’espace public au nom de la même liberté des femmes à se vêtir comme elles l’entendent, avec cette vindicte  publique engagée à Sciences Po Grenoble contre Klaus Kinzler et Vincent Tournier des enseignants qui refusent que des délits – l’anti-racisme et l’anti sémitisme – soient mis sur le même plan qu’un concept discutable, l’islamophobie, les dérives folles du «  Magasin » devenu un bateau échoué de toutes les thèses racialistes, le mois décolonial qui arrive à grands pas, subventionné par Piolle… aboutissent au final à supprimer toute hiérarchie dans l’histoire, à tout confondre et mélanger, à supprimer toute grille de lecture permettant aux citoyens de se construire une histoire et un avenir. De ressentir un sentiment d’appartenance. 

 

Alain CARIGNON : " UN NÉGATIONNISME DE FAIT "

Le bout du bout c’est «  le négationnisme de fait » de la Shoah comme le relève Alain Carignon . La première, l’opposition municipale avait alerté Eric Piolle le 17 janvier sur cette « œuvre ». Sans être entendue par personne.  Il a fallu que le CRIF s’en émeuve, que Laurent Wauquiez suspende les aides de la région au festival de Street Art pour que l’affaire vienne au premier plan.

LA DÉCONSTRUCTION DE TOUTES NOS VALEURS

La légèreté avec laquelle une banalisation aussi extrême intervient est effrayante et en dit long sur la déconstruction systématique de toutes nos valeurs par tous les bouts. Les grenoblois ont mal conscience de ce qui est à l’œuvre dans chacun des actes mis en œuvre par les Rouge/Verts grenoblois : depuis la ridicule écriture inclusive imposée en passant par ces obsessions consistant à définir chacun en fonction de sa culture d’origine, de ses préférences sexuelles afin d’empêcher tout destin commun, jusqu’à ce sommet qui consiste à ne voir aucune différence de nature entre telle ou telle discrimination éventuelle et la solution finale des Nazis.

E.PIOLLE SUR LA LIGNE de SANDRINE ROUSSEAU 

Eric Piolle conduit l’offensive sur ces sujets comme on l’a vu très clairement dans sa campagne présidentielle ou il a porté d’abord  ces questions dites « sociétales » : elles  ne sont qu’une idéologie plaquée sur le réel afin de déconstruire notre culture, nos mœurs, notre histoire et donc notre avenir commun.  Le fait que Sandrine Rousseau était bien meilleure que lui dans la présentation de ces thèmes n’a pas permis qu’il en soit le porteur final. «On peut se questionner sur le caractère politicien de l’affaire » a t-il  osé répondre  au DL ( 29/1/22) à propos de la fresque scandaleuse. Voilà que la question de fond qu’elle pose devient »politicienne… ». 

 

Hervé Gerbi , le Président du CRIF a été clair pourtant :« La présentation générale de cette jeune femme rappelle d’emblée celle des juifs détenus dans les camps nazis […] Cette comparaison entre le sort réservé aux musulmans aujourd’hui et l’extermination programmée et organisée de 6 millions de juifs, aussi odieuse que contraire à la vérité, est une atteinte intolérable à ce que fut l’holocauste […] Cette fresque, par la comparaison dont elle procède, contribue à la banalisation du mal que tous les historiens redoutent et qui plaît tant aux extrémistes de tous poils ».Politicien ?

 

LE SÉPARATISME, LA MEILLEURE REPRÉSENTATION DES QUARTIERS?

Depuis lors la fresque a été badigeonnée . le problème de fond demeure. La chaine qui conduit à mettre à bas tout sens commun commence par les mille lâchetés consenties à la base. Cumulées elles finissent dans cette apothéose insupportable. Dans «  Le Point » , le journaliste Erwan Seznec cite les salles de sport séparées à Villeneuve mises en place par des soutiens d’Emilie Chalas (LREM) qui étaient encore samedi dernier conduits par elle au Premier Ministre afin de représenter "les quartiers."  Le séparatisme est-il la meilleure représentation de ceux-ci? 

« Quand on ne sait plus qui l’on est, on est mal avec tout le monde et d’abord avec soi-même » écrit Régis Debray ( « Eloge des Frontières »). Il en résulte une forme d’anarchie dans laquelle les Rouge/Verts entendent se mouvoir afin d’atteindre leur objectif final : la prise du pouvoir par une avant-garde éclairée qui conduira le peuple à son bonheur. Y compris malgré lui.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.