“MALGRÉ SA MAUVAISE RÉPUTATION” GRENOBLE CAPITALE DES TECH du FUTUR

« La ville pâtit d’une mauvaise réputation à mille lieues de la richesse de son écosystème tourné vers l’innovation. Les composants électroniques en sont à la fois l’origine et le moteur. Les pénuries de semi-conducteurs, qui bloquent la production de certains constructeurs automobile, éclairent d’un jour nouveau l’importance de cette activité. Elle est à la fois fer de lance pour la réindustrialisation et fondamentale pour la souveraineté nationale. Dans une économie de plus en plus dépendante du numérique, il est primordial de maîtriser les technologies sous- jacentes » . En quelques mots  Elsa Bambaron (Le Figaro 13/12/21) dit tout de la force et de la faiblesse de la ville.

NOTRE TERRITOIRE CONSTRUIT SA FORCE à L'OPPOSÉ DE L'IDÉOLOGIE AU POUVOIR LOCAL 

Son écosystème installlé, ancien, dynamisé à certaines périodes,  porte la ville au plus au niveau mondial des technologies du futur. Depuis 1954, l’arrivée du CEA, du futur Prix Nobel de Physique Louis Néel, notre territoire a construit sa force et son rayonnement à l’opposé des idéologies régressives, décroissantes : parti du nucléaire honni par les Verts il est aujourd’hui leader des industries du silicium, de la micro-électronique tout ce qui favorise la communication et le développement combattus par le Amish Piolle qui s’oppose à … la 5 G avec ses 4 portables en mains

 

E. SABONNADIÉRE ( LETI):  "LA 5 G EST UN DES LEVIERS POUR TENIR L'ÉQUATION VERTE"

Cette opposition à laquelle Emmanuel Sabonnadière ,  Directeur respecté du CEA/LETI avait fait un sort en expliquant publiquement à Piolle : « La 5G est un moyen de maintenir les émissions de CO2 issues de l’électronique -aujourd’hui 4 % des émissions mondiales- dans une enveloppe correcte. La 5G est un des leviers pour tenir l’équation verte. Certains peuvent dire, il suffit de ne pas augmenter le nombre des dispositifs connectés, c’est vrai mais c’est rester des Amish de la technologie, c’est s’enfermer alors que partout leur nombre explose».

PERSONNE N'AURA PU COMPTER SUR É. PIOLLE 

De ce fait, depuis 7 ans qu’il gouverne Grenoble et co-gère la Métropole pas une fois Éric Piolle n’aura mis son rayonnement qu’il annonce très grand au service du développement de la ville. Personne n’aura pu compter sur lui. il n’aura été à l’origine de rien qui améliore le sort des grenoblois , qui apporte de l’emploi.

ST MICRO EST DEVENU LE PREMIER EMPLOYEUR PRIVÉ DE LA RÉGION 

« ST Micro est devenu le premier employeur privé de la région, avec son centre de R&D sur la Presqu’île à Grenoble et son usine à Crolles. Il est entré dans le top 10 des fabricants de semi-conducteurs mondiaux » rappelle Elsa Bambaron dans son reportage d’une page du « Figaro ». La filière aux 15 000 emplois a été inaugurée en 1992 par Alain Carignon et Pascal Pistorio alors PDG.  Après une bataille épique entre l’Italie -le pays d’origine du PDG- et Grenoble notre ville l’emportait. A l’issue d’une négociation ou l’entreprise réclamait un milliard de Francs d’alors pour choisir notre région!

Alain Carignon, alors Président du Département, Maire de Grenoble et membre du gouvernement avec Gérard Longuet son ami Ministre de l'Industrie,  se contentant d’accorder les investissements nécessaires à l’environnement de l’implantation à  Crolles. On est loin des chicailleries de la gauche et des Verts sur le sexe futur des anges. 

AVEC LE SYNCHROTRON, A. CARIGNON DÉSENCLAVE LA PRESQU'ILE

Il y eut auparavant la bataille du Synchrotron contre Strasbourg emportée par Grenoble. Parmi les conditions d’implantation sur la Presqu’lle le désenclavement de celle-ci était exigé d’où la création du Pont d’Oxford décidée par un Conseil départemental présidé par Alain Carignon.  Sans cette réalisation le développement futur, ni le quartier de la presqu'ile n'auraient pu s'inscrire sur le sol. L’Inria aussi est arrivé à Grenoble à la même époque  ou la dynamique publique entrainait les partenaires.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE N'ASSURE PAS LE SERVICE MINIMUM 

Inutile d’insister sur l’absence de tout résultat de la municipalité Piolle du fait de son indifférence ou de son hostilité à ce qui fait le cœur du développement Grenoblois

Mais ce qui frappe dans l’énumération des succès industriels par Elsa Bambaron, de Soitec à Aledia, c’est que la collectivité est devenue un handicap : déplacements, insécurité, qualité de vie et de services on comprend bien que la municipalité n’assure pas le service minimum. En réalité ces start up, nos chercheurs, notre université se développent dans un univers hostile. Des familles refusent maintenant d’envoyer leurs enfants étudier à Grenoble du fait de l’insécurité endémique.

 

L'ÉCO-SYSTÈME GRENOBLOIS  A CONTINUÉ A PROGRESSER MALGRÉ PIOLLE

Malgré le mandat Piolle, l’éco-système grenoblois aura continué à progresser grâce à une masse critique atteinte bien avant l’arrivée de l’actuelle municipalité. Même si celle-ci ne se  sera aucunement impliqué, même si elle aura détérioré gravement l'environnement dans lequel il évolue, les chercheurs, industriels, universitaires, start up grenoblois auront démontré que la créativité, l’innovation et la passion des hommes sont plus forts que tous les dogmatismes.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *