CÂBLE, ENFANTS, BERRIAT, ROMS: LA CONTESTATION MONTE

« Le transport par câble va permettre de justifier un urbanisme futur, qui est critiquable. Les élus parlent d’écologie mais on en est loin ! » Antoine, Paul et Arthur, étudiants,  farouches opposants à la ligne de  St Marti- le- Vinoux /Fontaine et se sont exprimés avec d’autres lors de la réunion «  de concertation » organisée sur le sujet ( DL du 30/11/21) .

65 MILLIONS d'€ POUR UN NOMBRE RÉDUIT d'USAGERS

L’essentiel ne leur a pas échappé comme d’ailleurs à nombre d’autres habitants présents. Et encore le rapport coût/ nombre de passagers n’a pas été l’objet de la réunion. Chacun sait qu’il est catastrophique : 65 Millions d’€ pour un nombre de passagers réduit alors que le problème d’engorgement de la Métropole n’est pas ce petit maillon est/ouest mais bien le nord/sud. 

L'OBJECTIF: JUSTIFIER LA BÉTONISATION

Pour répondre aux besoins il faut mettre en place des projets depuis Voreppe jusquà Crolles, y compris par câble si nécessaire. Antoine, Paul et Arthur ont bien compris pourquoi les élus gauche/Verts s’acnarnaient sur ce maillon : il faut bétonner avec le projet dit «  Portes du Vercors » l’un des derniers espaces respirable de la Métropole !

DIDEROT : VENT DE CONTESTATION CONTRE LES DIKTATS

Tout à côté, dans le quartier Berriat ça grogne sérieusement aussi. Pour que Serge Massé ( DL du 30/11/21) juge que «  le projet ne fédère pas encore l’ensemble des habitants du quartier » il faut qu’il se passe quelque chose. Les habitants ne digèrent pas qu’on leur impose la fermeture de la rue du Colonel Tanant. Car après la décision «  l’heure était à la concertation » comme l’écrit le journaliste.

RUE COLONEL TANANT : "C'EST UNE INEPTIE"

Qui a relevé la vive contestation :  « C’est une ineptie que la Ville ait mis la rue Tanant en sens interdit dans les deux sens. Si cette interdiction n’empêche pas le stationnement dans la rue, les places se font chères.  Les voitures ne peuvent plus se garer et c’est un vrai problème dans le quartier ! » sont les paroles d’habitants pas d’accord non plus avec l’aménagement du square du Moucherotte : « On aurait voulu que la mairie fasse un parking ».  Quelle horreur ces habitants parfois âgés qui ne peuvent pas circuler en vélo ! Pourquoi osent-ils vivre à  Grenoble?

E.PIOLLE PREND LES GRENOBLOIS POUR DES CANARDS SAUVAGES

L’explication « d’un responsable la ville » ( on ne sait qui ) est bien dans la novlangue locale  : « La volonté est de travailler sur ces deux espaces avec des idées d’aménagement en accord avec la santé, la sécurité et la biodiversité». Serge Massé relève sobrement quand même que « pour les habitants, cette rhétorique ne passe pas ». Jusqu’à quand Eric Piolle va-t-il prendre les grenoblois pour des canards sauvages ?  Dans le quartier Beauvert des habitants de la rue Lesage ne peuvent plus entrer et sortir de chez eux quand ils veulent depuis « la place aux enfants ».

LA SUPPRESSION DE L'APPRENTISSAGE DE LA NATATION 

La suppression en parallèle de l’apprentissage de la natation pour des élèves du primaire- obligatoire dans le programme de l’éducation- au moment ou la ville signe une charte pour annoncer qu’elle est « amie des enfants » soulève aussi des hauts le cœur.

 

BERRIAT : L'AUTOROUTE A VÉLOS DOIT PASSER AILLEURS

Mais cours Berriat les commerçants et des habitants ne se laissent par faire non plus. Après avoir barré le Tram en juillet pour stopper «l’expérimentation » de la fermeture du cours qu’Eric Piolle avait lancé sans consulter personne, ils ont organisé une pétition qui a recueilli des centaines de signatures. « Après cet essai, on a lancé une pétition, demandant que le tracé de cette extension de la Chronovélo passe ailleurs », indique Laurent Violette, gérant d’un tabac-presse, au DL ( 29/11/21) qui assure avoir perdu 25 % de son chiffre d’affaires pendant cette période.

Pour eux, l’autoroute à vélo doit passer rue du Vercors, rue Pierre-Sémard, où les commerces sont pas ou peu présents. Mais pas sur Berriat.

" CE QU'ON VEUT C'EST ÊTRE ENTENDUS"

« On a recueilli plus de 430 signatures », indique Lionel Violette, suivi dans cette grogne par d’autres commerçants, comme Karim Miladi (brasserie La City) ou Alexandra Ponthieu (pharmacie). « On ne veut pas que l’on nous enlève la voiture. On veut tout le monde : les cyclistes, les piétons, le tram et les automobilistes. Maintenant, ce que l’on veut, c’est être entendus. » Par la mairie. Celle-ci ne bouge pas d’un pouce : « notre préférence va clairement pour le cours Berriat » répond tout de suite l’inénarrable Gilles Namur (Verts/FI) . C’est dire la capacité d’écoute de la municipalité Piolle.

LE CENTRE DE GRAVITÉ DE L'ARC HUMANISTE ENVOIE LA POLICE

Pour celle-ci la Bérézina continue. L’affaire des Roms est une véritable honte pour elle. Le « centre de gravité de l’arc humaniste » a envoyé la police  pour déloger femmes et enfants qui venaient se réchauffer dans l’une des bibliothèques qu’il voulait d’ailleurs fermer, l’Alliance. Il a rasé ensuite le camp du parc et les migrants ont disparu comme par enchantement.

... MAIS PAS CONTRE L'ULTRA GAUCHE du 106 RUE DES ALLIÉS

Bien entendu il a préservé les occupants du 106 de la rue des Alliés, car il ne chasse pas l’ultra gauche, seulement la misère. En parallèle Eric Piolle maintient le camp de Roms installé à côté de l’entreprise Richardson ou les cabanes sont louées 500 €/mois par les passeurs. Pour se procurer cette somme on ne voit pas comment les malheureux peuvent échapper à la délinquance. La spirale grenobloise de la descente aux enfers est bien en œuvre sous les yeux des grenoblois ébahis.

UN BILAN CATASTROPHIQUE POUR É.PIOLLE

Le bilan est catastrophique pour Eric Piolle qui passe son temps à écrire à Emmanuel Macron pour lui demander de chasser l’extrême droite, d’exercer une censure sur C’ News qui lui déplait – mais à laquelle il a participé comme invité !- bref il s’enfonce dans ses dérives politiciennes et ses délires idéologiques. Mais le temps est très, très frais pour lui. Car Grenoble s’enfonce aussi. Un par un les dossiers de la ville ne sont pas ou mal traités par un Maire qui est ailleurs. ça ne passe plus inaperçu de personne, y compris dans sa majorité.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.