PONT ESCLANGON : PIOLLE PERD AUSSI LA BATAILLE

 

Éric Piolle avait fermé unilatéralement le pont Esclangon côté Grenoble. Sans consulter personne, demander l’avis de quiconque, surtout pas les habitants, les usagers, les commerçants. « M.Sciences infuses » sait ce qui est bon pour le peuple, mais entre deux portes.  Franck Longo le Maire de Fontaine avait même organisé une manifestation pour protester tandis que Christophe Ferrari, à la majorité duquel il participe, lui a intenté un procès car le Pont Esclangon est de compétence Métropolitaine.

É. PIOLLE "PARTIE PERDANTE" POUR LE TRIBUNAL

En référé le tribunal a symboliquement condamné la Municipalité Piolle à 1 500 € d’amendes , le considérant « comme la partie perdante ». On imagine la tête de celui a « qui tout réussit » comme il le disait modestement Lui-même.

RÉOUVRIR LE PONT : UNE OBLIGATION 

Il fallait donc ouvrir ce pont car le retour des bacs pour traverser  a été refusé... Pour habiller ce Canossa la Métropole a fait semblant de présenter comme une nouveauté ce qui était prévu sur le Pont du Vercors : une piste cyclable bidirectionnelle. Il avait toujours été indiqué que les travaux des voies cyclables sur Diderot alimenterait les deux ponts sur lesquels doivent transiter les cyclistes : Vercors et pont du Drac. Rien de nouveau sous le soleil.

É. PIOLLE DANS UNE FUREUR NOIRE MANIFESTE

Mais dans l’état ou est le Grand Timonier il faut désormais ajouter  une sorte d'accompagnement psychologique. La décision de sauver la Papothèque prise contre lui, les arrêtés annulés de place aux enfants, les manifestations des taxis, le blocage du cours Berriat, l’isolement de plus en plus frappant qui caractérise sa gestion que ce soit dans Grenoble ou à l’échelle de la Métropole, conduisent à une crispation violente. Sa fureur noire manifeste  le rend exécrable dans ses rapports. Éric Piolle choisit la fuite en avant depuis son échec à la primaire des Verts dont il ne se remet visiblement pas.

IL VOYAGE DE PLUS EN PLUS ....

Il voyage de plus en plus pour s’éloigner du chaudron Grenoblois au lieu de reprendre les affaires en mains. Au Conseil Municipal de lundi il a même envisagé de renvoyer en fin de Conseil les questions orales qui le dérangent, dernier moyen de l'opposition pour se faire entendre. Sa comparution devant le tribunal correctionnel le 1 er mars prochain pour soupçons de favoritisme le rend fou. 

... D'ABIDJAN à GLASGOW ....

Ces derniers jours il était à Abidjan pour devenir Président de l’observatoire international de la démocratie participative. C’est devenu tellement ridicule par rapport à ses pratiques qu’il n’a même pas osé l’annoncer. Puis il a manifesté sa désinvolture lundi en ne présidant que la moitié du Conseil Municipal -ce que n’a jamais fait Alain Carignon, Ministre et Président du Conseil Départemental en 12 ans !- pour se rendre immédiatement à Glasgow ou sa présence, à un jour près, n’allait évidemment pas modifier les résultats de la COP21.

Au Conseil Municipal du 8 novembre Antoine Back (Verts/FI) a expliqué pourquoi la municipalité ne discutait qu'avec ceux qui sont d'accord avec elle

IL EST à L'AISE PARTOUT SAUF à GRENOBLE

Les grenoblois comprennent bien qu’il est à l’aise partout, sauf avec eux. Plus il est loin d’eux, mieux il se porte. Résultat les langues se délient et lundi au Conseil Municipal un Antoine Back , un Adjoint au Maire follkorique  sans fonction opérationnelle quelconque, a eu son heure annuelle de gloire pour le sempiternel rapport sur le développement durable. Ivre de parole il s’est lâché.

A.BACK MET LES ROUGE/VERTS EN DIFFICULTÉS 

Au lieu de faire canard comme les vieux roublards et routiers de Vincent Fristot, Christine Granier, Olivier Bertrand en ont l’habitude,  il s’est mis, lui, a justifier l’absence de toute démocratie dans le fonctionnement des Rouge/Verts. 

"DANS LES ESPACES DE TRAVAIL L'OPPOSITION PAS CONVIÉE" 

A ces signes on mesure aussi la déliquescence majoritaire : « les grenobloises et les grenoblois nous ont élu et dans les espaces de travail les élus de l’opposition ne sont pas conviés. Vous pouvez comprendre que ça peut être délicat de livrer des lignes de failles (!), les questionnements, les arbitrages qui sont internes, qui nécessitent une certaine confidentialité une certaine confiance. Nous sommes la majorité. C’est notre programme (…)  Tout le monde n’est pas content c’est la vie »  a t-il benoitement déclaré.

ENGAGEMENT : "ASSOCIER POUR CO-CONSTRUIRE LES PROJETS"

Inutile de dire que nombre de vétérans du clan Avrillier et Piolle regardaient leurs chaussures et auraient aimé couper le micro. Mais tout à son ivresse Antoine Back pérorait , livrait sa vérité avec naturel et une spontanéité touchante. Chacun pensait à « l’engagement N°1 «   de la municipalité Piolle « associer les habitants pour co-construire les projets dès leur élaboration, c’est donner du pouvoir d’agir avant la décision en lieu et place d’un petit pouvoir d’amendement de projets déjà ficelés ».

UN CYNISME EFFRAYANT 

En lisant à la suite les propos d’Antoine Back et cet engagement solennel on mesure avec une exactitude effrayante le niveau de cynisme des Rouge/verts grenoblois.

CUMUL DES ÉCHECS ET FERMETURE SUR EUX-MÊMES 

Mais le cumul des échecs d’Éric Piolle et de cette fermeture sur eux-mêmes avec le refus de tout appel d’air qui ne vienne pas de leur courant de pensée aboutit à cette asphyxie générale de la démocratie locale et de la ville sous le joug d’un seul clan.

LES GROS DÉGÂTS SONT DEVANT NOUS 

Pris en étau entre une Métropole qui ne se laisse plus faire et une opposition qui montre les dents, le choix du refuge sectaire et de l’entre soi devrait continuer à produire de gros dégâts.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *