MARCHÉS SANS APPEL d’OFFRES : É. PIOLLE REFUSE de RÉPONDRE

Hier le Conseil municipal s’est ouvert sur un questionnement très précis et très argumenté de l’opposition municipale. « Vous avez décidé d’attribuer sans appel d’offres des marchés publics à une association, Fusé qui vous était proche puisqu’elle avait participé à votre campagne électorale comme en attestent les factures figurant sur vos comptes de campagne. Cette association a  bénéficié d’un statut ultra  privilégié puisque vous avez recruté certains de ses membres au lendemain de votre élection afin qu’ils élaborent eux-mêmes le concept de la fête des Tuiles dont ils obtiendront ensuite le marché » lui a lancé Alain Carignon

"VOTRE PROPRE SERVICE A REFUSÉ DE VALIDER VOTRE DÉCISION"

Ajoutant : « Votre propre service des marchés de la ville vous a mis en garde, a refusé par écrit de valider ces marchés attribués sans publicité ni mise en concurrence, et vous avez décidé solitairement de passer outre son avis. Que ce soit à la sortie de votre garde à vue par l’intermédiaire de votre avocat ou que ce soit vous même directement dans la presse, vous indiquez ne pas vraiment connaître l’association Fusée alors que des photos attestent que vous étiez présent et en campagne avec elle dans ses locaux. »

Eric Piolle n'a pas répondu aux interrogations d'Alain Carignon

 

"MÉPRISANT POUR LES AGENTS MUNICIPAUX"

L’élu de l’opposition a pointé la contradiction entre les déclarations d’Eric Piolle et la réalité : « votre chaîne hiérarchique s’opposait justement à ce marché. A rebours des faits, vous tentez de vous décharger de vos responsabilités sur les agents municipaux, ce qui est méprisant pour eux, ajoutant de l’indignité au mensonge avéré. »

"TENTATIVE D'EFFACEMENT DES DATES" 

Il a demandé au Maire de s’expliquer, de confirmer qu’il ne connaît pas l’association Fusée, de donner les véritables raisons de son choix de refuser de procéder par appel d’offres ouvert. Il a rappelé « un fait extrêmement grave s’est produit pendant l’enquête des juges financiers. Ceux-ci ont relevé dans leur rapport qu’une “tentative d’effacement de dates” avait été effectuée sur divers documents de cette affaire afin de recréer une chronologie des marchés moins accablante pour le donneur d’ordre. 

"FAUX EN ÉCRITURE PUBLIQUE ?" 

Cette tentative frauduleuse qui peut être qualifiée de faux en écriture publique n’a pu être effectuée que de l’intérieur via votre administration, votre cabinet, ou vos élus » .

É. PIOLLE DÉSIGNE V.FRISTOT UNE FIDÈLE d'AVRILLIER

Il a demandé les résultats de l’enquête sérieuse sur les auteurs de ces actes qui jettent l’opprobre sur toute la gestion de la municipalité. Éric Piolle avait refusé que ce soit des élus de l’opposition qui soient partie civile dans l’affaire de la fête des tuiles, et a désigné un élu proche de lui, le mystérieux Vincent Fristot, (Verts/Ades) agent du système Avrillier, pour représenter la ville et défendre ses intérêts devant le tribunal correctionnel de Valence ou il comparait le 1er mars prochain.

"QUELLES DÉMARCHES de V.FRISTOT" 

Or le conflit d’intérêt  paraît évident dans ce dossier puisque la question se pose de savoir si l’Adjoint va défendre les intérêts de son Maire mis en cause ou celui des Grenoblois. Cette question se pose avec acuité compte tenu de son parcours d’élu depuis 1995…. Alain Carignon a demandé  que « M.Fristot informe le Conseil Municipal de ses démarches pour la défense des intérêts de la ville, s’il a demandé  communication du dossier au parquet de Valence, et le cas échéant que celui-ci soit communiqué au Conseil Municipal. « 

Y A-T-IL DÉPÔT DE PLAINTE SUR L'EFFACEMENT des DATES ? 

Ajoutant encore : « Nous souhaiterions savoir si l’élu que vous avez désigné a demandé des investigations supplémentaires ou déposé une plainte s’agissant de la tentative d’effacement des dates relevée par la Chambre Régionale des Comptes qui avait pour objet de falsifier des preuves dans les documents administratifs. « 

 

LE CONTRIBUABLE VA PAYER DEUX FOIS

La municipalité, dans l’esprit de la charte Anticor qu’elle a signé devrait plutôt désigner des membres de l’opposition pour représenter la ville dans cette procédure afin d’éviter qu’Éric Piolle dispose de deux avocats pour sa défense, le sien et celui de la ville,  pour Alain Carignon, « le contribuable payant deux fois : pour avoir consenti aux marchés sans appels d’offres et pour défendre celui qui les a décidé. »  

V. FRISTOT AGENT de PIOLLE, PAS DES GRENOBLOIS 

Comme à son habitude Éric Piolle a refusé de répondre se réfugiant dans un mutisme complet. Vincent Fristot de son côté faisant de même : le Conseil Municipal n’est donc informé de rien de son éventuelle action -inaction- alors qu’il est censé représenter les intérêts des contribuables grenoblois. Cette procédure se déroule donc dans l’opacité la plus complète. Le tribunal correctionnel de Valence pourrait voir comparaitre Éric Piolle avec deux avocats, y compris celui de la partie civile.  Les grenoblois vont ils l’accepter ?

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *