CAPITALE VERTE : Éric RECOURA à TOUTES LES SAUCES

 

"L’agent a été recruté en avril 2012 pour une durée de trois ans en qualité de directeur des relations internationales à l'issue d’une publication de poste, sans que la commune ne puisse justifier de l'impossibilité de recruter un fonctionnaire. Le renouvellement de son contrat en 2015 pour trois ans a été opéré de manière anticipée et la publication a été formelle (l’avis de vacance de poste comprenant d’ailleurs des informations erronées). Il en a été de même en 2017" écrivaient  sobrement les juges financiers s'agissant  du Directeur des Relations internationales de la ville de Grenoble : Éric Recoura Massaquant.

EN DIFFAMATION POUR AVOIR PUBLIÉ CE RAPPORT....

« Grenoble, le changement » est poursuivi pour diffamation pour avoir publié cet extrait du rapport de la Chambre Régionale des Comptes ! On est très douillet chez les Rouge/Verts et il se trouve toujours une justice complaisante pour les entendre avec beaucoup de bienveillance. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Éric Recoura est le compagnon  de Lucille Lheureux, la brillante Adjointe (Verts/FI) au Maire d’abord chargée de la propreté et maintenant de la culture.

LE CO-DIRECTEUR EST DÉJA NOMMÉ ...

On apprend grâce au DL (5/11/21 ) qu’il vient d’être promu «  co-directeur provisoire «  à la ville de Grenoble du Groupement d’intérêt public (GIP) «  capitale verte Européenne ». Un GIP qui n’est pas encore agréé par l’Etat, sur la constitution duquel le Conseil Municipal délibère encore ce lundi 8 novembre, mais dont le « co-directeur provisoire » est déjà nommé ainsi que l’équipe dirigeante.

LA PUBLICITÉ SUR LES RECRUTEMENTS A ÉCHAPPÉ AUX GRENOBLOIS

La large publicité sur les appels à candidature a échappé à la sagacité de nombreux grenoblois. Il s’avère, qu’une fois de plus, la municipalité n’avait que M .Recoura sous la main. Ça tombe bien, il est très proche politiquement. On demeure en famille.  Selon le DL, on  attend l’arrivée d’un… journaliste free lance,  Guillaume Thieriot, venu du Brésil pour prendre la direction du GIP lui-même. Il ne doit pas être éloigné politiquement pour être allé le chercher si loin ! 

ORGANIGRAMME : IL NE S'AGIT QUE DE COM' 

D’ailleurs toute l’équipe est déjà connue. Et l’organigramme et les fonctions sont claires : il ne s’agit que de com ‘. Il est question de postes pour les Relations, les événements, les cérémonies, la presse, la communication stricto sensu, le webmaster, le community manager, graphiste, vidéaste… Rien pour le faire. S’agissant du budget, Isabelle Calendre (DL) rappelle que « au total, quelque 13,6 millions seront dépensés, en salaires, actions d’animation et de communication, et investissements (valorisation du patrimoine via des travaux à la Bastille, à l’hôtel Lesdiguières et au Rabot) ».

"CAPITALE VERTE" NE LAISSERA PAS DE TRACES à GRENOBLE

Pour ces derniers, les seules traces que devrait laisser « capitale verte » à Grenoble, seront un coup de fraîcheur au Rabot, à l’hôtel Lesdiguières  et d’améliorer l’arrivée de la gare du Téléphérique.  Au Rabot le début de l’opération a constitué en la destruction de toute la végétalisation naturelle existante avec la maltraitance des animaux gérés par les associations. C’est dire si la capitale est verte.

 

AUCUN OBJECTIF CHIFFRÉ, AUCUN INDICATEUR

Bien entendu aucun objectif chiffré, aucun indicateur  sur la pollution, les espaces de respiration, les déplacements, la salubrité. Ne soyons pas vulgaires. Mais les grenoblois sont appelés à applaudir nos élus dépensant une dizaine de millions d’€ pour s’auto-promouvoir sans rien faire. Les congratulations vont succéder aux «  alertes » aux « urgences climatiques«  aux mises en demeure de l’Etat, de l’Europe, du monde. Voilà une belle année qui se profile un peu inquiétée par le calendrier judiciaire qui pourrait lui aussi bénéficier de cette profusion communicative et connaître une dangereuse démultiplication.

É. RECOURA GARANT DE L'ORDRE ÉTABLI 

Avec Éric Recoura la municipalité est super garantie : rien ne viendra troubler l’ordre établi. Sauf que, parfois, tout ne se déroule pas comme prévu. On ne peut pas exclure totalement que les grenoblois s’interrogent sur les finalités et les effets concrets de cette logorrhée verbale très coûteuse en argent public.

 

L.LHEUREUX DANS LE COMMERCE ÉTHIQUE, ÉQUITABLE etc...

D’autant que tout à côté, le lancement en fanfare de Lucille Lheureux, la commerçante « équitable, éthique, avec des produits zéros déchets et 100 % bio, uniquement en vente en ligne avec point retrait et livraison en vélo », bref le modèle de vertu bien connu qu’ils représentent, ne se déroule justement pas comme prévu. Mimizou, le journal récréatif annonçait  « en mars  2021 (!) devrait ouvrir la boutique Mon petit ökö au 162 cours Berriat à Grenoble, en face du Théâtre 145, soit un an après le rachat par Lucille Lheureux de la marque et du site internet « Mon petit Öko » créé en 2006 par Alex et Frank. »

 

BERRIAT : LA COLLECTIVITÉ RACHETE DES COMMERCES

On le sait c’est justement le secteur -hasard- ou la collectivité vient de décider de racheter une partie des commerces fermés pour relancer le cours Berriat sinistré. En attendant sur sa page facebook les commentaires des clients sont tombés drus : commandes pas satisfaites, «  gérante qui ne répond pas «  aux courriers ni  aux mails, attente de remboursement des produits pas livrés … En novembre 2021 le commerce n’a toujours pas vu le jour.

ILS PRÉTENDENT DONNER LA LEÇON AUX AUTRES

Bref avec eux il y a toujours très loin de la com’ aux lèvres. Mais au lieu de se faire modestes,  profitant de tous les avantages du pouvoir local, ils prétendent encore donner la leçon aux autres. C’est aussi à ça qu’on les reconnaît.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *