ILE “VERTE” : LA TARTUFFERIE de Pierre-André JUVEN (Verts/FI)

 

 « Nous sommes d’accord avec la position du collectif sur le fond du dossier » répète Pierre-André Juven Adjoint à l’urbanisme (Verts/FI) à Place Gre’Net.

Il est donc hostile à la poursuite de l’urbanisation dans la parcelle située quai Jongkind, dans le quartier Île Verte. Sauf que cette bétonisation est justement permise par la PLUI (plan d’urbanisme) portée avec fierté par la même municipalité dans tous les débats publics ou elle lui est reprochée  par Alain Carignon et son groupe d’opposition.

LE PLAN D'URBANISME EST L'OEUVRE DES ÉLUS VERTS 

Ce PLUI est l’œuvre d’élus Verts tel Vincent Fristot le précédent Adjoint à l’urbanisme qui en était aussi responsable à la Métro. En réalité les élus Verts façonnent le logement et l’urbanisme de Grenoble depuis 25 ans puisqu’ils ont occupé ces responsabilités sous Destot depuis 1995 (Raymond Avrillier, Maryvonne Boileau, Pierre Kermen.. )

 

PAR l'ACTION ILS BÉTONNENT DUR....

Par l’action ils bétonnent dur, par la parole il s’y opposent, ou bien parlent sans cesse de la « végétalisation » du béton qu’ils créent ou communqiuent largement sur les «  jardins partagés » comme-ci ceux ci recouvraient la ville

... PAR LA PAROLE VÉGÉTALISENT OU CRÉENT DES JARDINS PARTAGÉS

Sur le terrain ils  conduisent leur politique de façon masquée,  refusant de l’assumer argumentant chaque fois différemment : si le parc Tarze à Jean Macé est partiellement urbanisé c’est pour pouvoir l’aménager, le dépolluer. A Beauvert le dernier espace vert  doit disparaître pour la bonne cause, l’habitat coopératif. Le plus souvent les bulldozers n’avertissent pas comme on l’a vu sur la presqu’ile, à Châtelet, à Bouchayer-Viallet. Partout les « écoquartiers «  sortent de terre et les grenoblois découvrent avec stupeur des ilots de béton qui  rencontrent d’ailleurs de plus en plus de difficultés de commercialisation, comme on le voit sur la Presqu’ile et à Flaubert.

LA FORTE DÉCÔTE DE LA VALEUR DES BIENS 

Tandis qu’ailleurs, dans les quartiers achevés, les malheureux copropriétaires qui ont cru au mirage d’une fausse mixité sociale voient partout leur bien subir une importante décote.

 

A L'ILE VERTE LES ROUGE/VERTS BIAISENT ET RÉPONDENT

Les Rouge/Verts ne répondent même pas aux protestations et pétitions dans les quartiers populaires comme à Beauvert ou Jean Macé, mais à l’Ile Verte ou 1200 habitants ont aussi pétitionné, ils sont contraints de biaiser avec leurs électeurs. Ceux-ci connaissent les rouages, les hommes et ont les moyens de s’exprimer et de se faire entendre.

Ils déposent les pétitions à la mairie, demandent à être reçus. Ce qui est refusé partout et accepté ici. Ils ont interpellé les élus à l’Union de Quartier tenue de fait par Gilles Namur également Adjoint au Maire, donc silencieuse sur ce dossier n’entendant pas gêner la municipalité .

"P-A JUVEN : "UNE VILLE ÉCOLOGIQUE, RESPIRABLE..." 

Ici à l’Ile Verte avec une tartufferie inégalée Pierre-André Juven répond « Si nous défendons une certaine idée de la Ville écologique, respirable, résiliente, et travaillons à cela en améliorant des documents comme le PLUI, ça n’empêche pas que des projets arrivent à passer entre les mailles du filet » (place Gre’Net).

DENSIFIER CHAQUE DENT CREUSE 

Un « filet » pourtant couturé avec précision par les élus Verts eux-mêmes afin de construire au maximum, dans chaque dent creuse au lieu de les préserver, un « filet » qui a même créé des minimums de densification en dessous desquels l’opérateur  n’a pas le droit de descendre.

 

LE CLAN DES ÉLUS DÉPENDANTS DE LA SECTE

P-A. Juven appartient à ce clan des élus inconnus du grand public tel Vincent Fristot, l'étrange mécanicien du système Avrillier, élu depuis 1995 (!),  qui sont placés aux manettes des dossiers sans que les électeurs n’en connaissent les raisons. Ce sociologue est ainsi chargé de deux secteurs importants de la ville, l’urbanisme et la santé alors que d’autres Adjoints au Maire ont des délégations vides (Antoine Back par exemple). Ils  sont seulement dépendants  de ceux qui les ont nommé et pour rôle de faire avaler les couleuvres aux gogos.  Ainsi quai Jongking Pierre-André Juven affirme que "la sauvegarde de  la continuité végétale" qui permettrait de refuser le permis de construire «  n’a pas été validée par les services  techniques « . Mon œil. Rien n’interdirait à la ville de s’en prévaloir.

ILS SONT AU BOUT D'UNE "CHAINE ADMINISTRATIVE" 

La réponse est toujours la même avec eux quand ils sont en faute et ne veulent pas assumer : les élus sont au bout d’une chaine administrative et doivent la suivre. On sait que c’est la défense d’Eric Piolle devant le tribunal correctionnel le 1er mars prochain : alors qu'au contraire, il a signé des marchés sans appel d’offres à des amis malgré le fait que  « la chaine administrative «  -son propre service des marchés- le lui avait déconseillé.

Si la municipalité voulait stopper la bétonisation de la ville -à l’Ile Verte comme ailleurs- elle le pourrait. Les promoteurs sont à sa merci. Et le PLUI peut être révisé. 

ILE VERTE : FEU "VERT" LE 12 NOVEMBRE

Le 12 novembre prochain la municipalité devrait donner son feu vert à la disparition de cet espace de respiration à l’Ile verte. Du fait de la présence de ses propres électeurs qui ne comprennent pas tout, elle aura fait un peu plus de bruit qu’ailleurs. Mais c’est toute la cuvette si sensible au réchauffement et à l’aggravation des périodes de canicules qui en est la victime.

É. PIOLLE VEUT ALLER AU BOUT DE "LA NORMALISATION" 

La prise de conscience qu’ils sont bernés par une idéologie du bonheur pour la planète après demain avec des souffrances pour le peuple aujourd’hui -un grand classique dans l’histoire- devrait s’effectuer au plus vite par les habitants afin d’éviter qu'Éric Piolle puisse aller au bout de la "normalisation" du quartier.

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *