RATS DANS LA VILLE : PROLIFÉRATION INQUIÉTANTE

La décision de la majorité municipale de compter les rats parmi les espèces à protéger fait des dégâts. Leur prolifération est insupportable. Aux habitats qui s’en plaignent la municipalité demande de … les compter, d’enquêter sur leur origine et leur destination. Il fut un temps pas si lointain ou la ville ne demandait pas aux citoyens de balayer les rues, de s’assurer de leur sécurité et de s’occuper des rats. Un temps ou la municipalité remplissait ses obligations minimales alors que maintenant, de plus, elle perçoit les impôts sur les ménages les plus élevés des grandes villes !

UN TAUX DE REPRODUCTION IMPRESSIONNANT

Si chacun comprend bien qu’une proportion de ces rongeurs est nécessaire à l’équilibre de la chaine alimentaire, leur protection devient très problématique du fait de leur taux impressionnant de reproduction.

DES COPROPRIÉTÉS RENONCENT AUX POUBELLES MARRONS

Nous sommes alertés partout. Au centre ville, à Villeneuve, dans les parcs et jardins également abandonnés envahis d’herbes hautes sous prétexte de nature, dans les rues négligées, sales aux abords des poubelles qui débordent partout. Les poubelles marrons des déchets alimentaires n’arrangent rien non plus. Certaines copropriétés y ont renoncé, interdisant leur utilisation, car trop peu fréquemment ramassées. 

AUCUNE COORDINATION PAR UN CHEF D'ÉQUIPE

Le fait qu’il n’y ait plus de pilote dans l’avion ville crée ces situations : pas de coordination entre les différentes actions pour mesurer leurs interactions justement. Chaque politique se déroule derrière un Adjoint au Maire ou un Vice Président de la Métro qui ânonnent les notes de leurs services et ne tiennent aucun compte des autre secteurs.

 

SEUL ... L'HÔTEL DE VILLE EST DÉRATISÉ...

La dératisation étant traumatisante pour les rats elle est donc supprimée. Sauf pour l’hôtel de ville ! Mais pourquoi donc les élus n’acceptent-ils pas de vivre comme les grenoblois au milieu des rats  -les surmulots- « qui ne sont pas dangereux et ne développent pas de maladie grave « selon eux ?  Et pourquoi donc la dératisation est-elle maintenue dans les écoles ? Ne faudrait-il pas habituer très tôt les enfants à vivre avec les rats puisqu’ils vont devoir partager la ville avec eux dans leur vie d’adulte ? Ils apprendraient qu’ils ne sont ni dangereux, ni qu’ils transportent des maladies graves.

 

... ET LES ÉCOLES

Éric Piolle ne se sent pas d’expliquer cela aux parents qu’il soigne par toutes ses opérations de com’ type « place aux enfants » : voir circuler les rats sur les nouveaux espaces dégagés devant les écoles ferait mauvais genre. Il ne les supporte pas non plus près de son bureau.

LA MALPROPRETÉ AGGRAVE LA PROLIFÉRATION 

Le refus de limiter la prolifération des rats pourrait se justifier si les moyens étaient mis en œuvre pour que la ville ne soit pas un dépotoir propice à leur développement en surface. Mais en matière de propreté urbaine c’est tout le contraire. L’aggravation de la malpropreté, des dépôts d’ordures, de déchets, l’incapacité de l’Adjoint concerné, Gilles Namur dans la ligne directe (!) de Lucille Lheureux à gérer seulement le ramassage des corbeilles démontre une immaturité crasse ou un mépris choquant.

LOCATAIRE D'ACTIS : UN RAT DANS SON LIT

L’absence d’action  spécifique d’Elisa Martin Présidente d’Actis  et Barbara Schuman, Présidente de Grenoble-Habitat, elles aussi succédant à des indifférents -Éric Piolle et Maryvonne Boileau- contribue pour des milliers de logement.  On se souvient de cette locataire d’Actis, allée des Frênes qui avait découvert un rat dans son lit.

FENÊTRE FERMÉE EN ÉTÉ POUR EMPÊCHER LES RATS

Ou de cette autre, Place des Géants contrainte de fermer ses fenêtres en plein été pour que les rats ne pénètrent plus dans son salon.

Dans les deux cas cela n'avait pas donné lieu au moindre mouvement d'une quelconque compassion de la part de ces élus derrière le chefaillon de  l'arc humaniste. 

LES ROUGE/VERTS N'ARRÊTENT PAS LE PROGRÈS 

Si un plan d’ensemble n’est pas appliqué rapidement pour traiter toutes ces questions à la fois -propreté, ramassage, encombrants- les grenoblois vont devoir vivre au milieu des rats. Avec les Rouge/Verts on n’arrête pas le progrès 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *