CONSEIL MUNICIPAL : LE MAIRE EST-IL ENFIN DE RETOUR ?

Sale temps pour Éric Piolle

Ce lundi aura lieu le premier Conseil Municipal depuis la défaite cuisante d'Éric Piolle à la primaire écologiste. Peut-il rester Maire ? Va-t-il se tourner vers d'autres ambitions nationales ? La séance promet d'être houleuse, avec l'Opposition qui l'attend au tournant sur tous les dossiers grenoblois restés en suspens…

SUCCÈS POUR LE "THÉ OU CAFÉ" DE L'OPPOSITION AVANT LE CONSEIL

Samedi, comme avant chaque Conseil, le Groupe d'Opposition proposait aux grenoblois de poser leurs questions et de témoigner de leur quotidien dans la ville. L'exercice en direct sur la page Facebook d'Alain Carignon a été couronné de succès, avec les prises de paroles de nombreux habitants du quartier et d'ailleurs.

La terrasse de M. Djay (boulevard Foch) était à peine assez grande pour accueillir tous les grenoblois venus participer au "Thé ou Café" !
LES HABITANTS TÉMOIGNENT DES PROBLEMES DE LA VILLE

Que ce soit en commentaires sur le direct ou depuis la terrasse du bar/magasin d'alimentation générale, les témoignages de Grenoblois sur l'état de la ville se sont succédés. 

Dangerosité de la ville pour les piétons, non-respect du code de la route et rodéos sauvages sur le cours et les boulevards, difficultés de circulation en voiture, tirs de mortiers la nuit, commerçants poussés à bout par la Municipalité, insalubrité de la ville, problèmes causés par les piétonnisations forcées... Les habitants ont soulevé des problèmes bien concrets, bien loin du verbiage pompeux et déconnecté d'Éric Piolle et de ses élus.

M. Djay dit "Momo", gérant du bar/magasin d'alimentation générale au 57 Boulevard Foch, aux côtés d'Alain Carignon
L'ABSENCE D'ÉRIC PIOLLE A MENÉ GRENOBLE À LA DÉRIVE 

Un point commun à tous les problèmes évoqués : l'absence du Maire. “L’avion était prêt mais il n’a pas réussi à décoller” résumait "Libération" pour parler de la défaire d'Eric Piolle. Pendant ce temps, le bateau Grenoble est parti à la dérive en l’absence d’un capitaine à bord.

Un an loin de Grenoble pour qu'Éric Piolle échoue lamentablement au premier tour des primaires

Depuis des mois, l'Opposition alertait sur l’incompatibilité entre une candidature nationale qui conduit à s’occuper de tout sauf de Grenoble, et l’exercice du mandat de Maire. 

À QUAND DES DÉPLACEMENTS DANS LES QUARTIERS GRENOBLOIS ?

Éric Piolle s'est vanté de ses 75 déplacements à travers la France dans le cadre de sa campagne (ça n'aura pas suffi à séduire les sympathisants écolos). À Grenoble, de nombreux quartiers attendent désespérément ne serait-ce qu'un déplacement de leur Maire. Il serait temps que la ville devienne son centre de gravité, à défaut qu'il ait réussi à être lui-même celui de l'arc humaniste. 

L'INSÉCURITÉ S'AGGRAVE

Des quartiers entiers subissent une insécurité insoutenable. Au lys rouge, les dealers occupent les immeubles et l'espace public et les habitants n'ont d'autre choix que de raser les murs. À Hoche, rodéos, bruit et trafic de drogue sont le quotidien d'habitants abandonnés à leur sort par une Municipalité déliquescente. 

Même la presse a alerté sur la situation au lys rouge. Pas de quoi éveiller la conscience d'Éric Piolle et consorts.
CAMPEMENTS INSALUBRES À ALLIANCE ET DIDEROT 

On se rappelle des appels d'Eric Piolle pour l’accueil des Afghans. Appels plein de bons sentiments pour s'adresser avant tout à ses électeurs, même si ça n'aura pas suffi. Pendant ce temps, Parc de l’Alliance, des Albanais et des Macédoniens sont installés dans un campement de fortune depuis des semaines. Ils n’ont pas accès à l’hébergement d’urgence, les places étant prises par des Afghans comme le relatait Le Dauphiné Libéré. 

Le campement parc de l'Alliance

À Diderot également, un squat insalubre s’est développé, où les occupants vivent entre les détritus et les rats. Ces personnes vivent dans une misère inacceptable, et les riverains subissent de nombreuses nuisances. Pour certains d’entre  eux, en particulier des personnes âgées qui ne peuvent plus ouvrir leurs fenêtres, c’est un véritable scandale. Voilà la réalité de l'humanisme à la grenobloise : derrière les appels d'Éric Piolle, il n'a pas les capacités d'accueillir dans sa ville.

DES DÉCISIONS SANS CONSULTER PERSONNE

Occupé par sa campagne, Éric Piolle a validé des décisions à la va-vite, sans consulter personne, générant nombre de soucis ensuite. Exemple marquant, le Pont Esclangon fermé à la circulation sans en parler ni à la Métro ni à la commune de Fontaine concernée. 

La Ville bloque le Pont Esclangon

Même scénario avec les "places aux enfants", qui ont engendré nuisances pour les habitants non consultés, manifestations des taxis pour pouvoir déposer les enfants en situation de handicap devant les écoles et même un jugement du tribunal pour forcer la ville à engager le dialogue avec un artisan lésé par la piétonnisation !

Pour la première fois de l'histoire de Grenoble les taxis ont dû manifester 2 fois de suite pour se faire entendre pour les mêmes sujets

Autre exemple Avenue de Washington, où les habitants attendent toujours la concertation qui leur avait été promise concernant le stationnement et le sens unique. Un aménagement décidé seul et contre tous. Un de plus.

Les riverains attendent toujours la concertation promise
LA BÉTONISATION S'AGGRAVE

La bétonisation de Grenoble s'est poursuivie, pendant que le Maire se présentait comme champion de la lutte contre le réchauffement. À Beauvert, un espace de fraîcheur, des jardins et des arbres vont être remplacés par un immeuble de 5 étages malgré l’opposition des habitants. C’est le dernier espace de respiration du quartier qui permettait à des habitants de conserver le soleil et la vue sur les montagnes.

L'espace de respiration qui va être remplacé par un immeuble à Beauvert.
CONFUSION ET IMPROVISATION : LES COLONNES MORRIS

Cette improvisation de tous les instants se constate aussi avec le retour des colonnes Morris en ville. Six ans après avoir annoncé la suppression de la pub dans l’espace public, après avoir imposé un mobilier urbain hideux et hors de prix, les colonnes reviennent… et un espace sera réservé à la pub. Tout ça pour ça. 

Les totems qui avaient remplacé les colonnes Morris...
L'OPPOSITION MUNICIPALE DÉFENDRA LES GRENOBLOIS AU CONSEIL

Après le Conseil Métropolitain de vendredi dernier, marqué par le mépris d'Éric Piolle et la crise de la majorité, les Grenoblois pourront compter sur les élus du Groupe d'Opposition Municipale (Alain Carignon, Brigitte Boer, Nicolas Pinel, Dominique Spini, Chérif Boutafa et Nathalie Béranger) pour les défendre et porter leurs revendications lors de ce Conseil Municipal.

Lors du Conseil Métropolitain, Alain Carignon a dressé un tableau sans concessions des divisions causées par Éric Piolle, qui nuisent aux habitants de la Métropole

Alain Carignon, Président du Groupe d'Opposition entamera la séance en demandant à Éric Piolle un devoir de vérité à l'égard des Grenoblois : va-t-il se consacrer à la ville ou va-t-il se tourner vers d'autres ambitions nationales ? Auquel cas, il faudra que le Maire soient transparent sur ses intentions et en tire les conséquences qui s'imposent.

Vous pouvez suivre la séance du Conseil Municipal en direct à partir de 15h en cliquant ici. 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *