“GRENOBLE LE CHANGEMENT” FAIT (parfois) BOUGER PIOLLE

Tous les grenoblois qui nous adressent des images de la dégradation de la ville et des dysfonctionnements doivent savoir que ce n’est pas toujours inutile.  Il arrive -mais oui- qu’un collaborateur du  Grand Timonier le fasse  descende de ses hauteurs  en lui demandant (humblement) qu’un problème soit traité. 

Ainsi des grenoblois qui nous ont signalé des problèmes dont nous avons traité et sur lesquels nous avons produit des images sont surpris que le problème soit ou abordé  ou que la municipalité s’en explique. Ce qui est aussi un modeste progrès. 

COURS DE LA LIBÉRATION : LE TROTTOIR LIBÉRÉ

Ainsi par exemple nous avions montré l’image, cours de la Libération, du nettoyage de la chaussée qui passait soigneusement à côté du trottoir impraticable. Quelques jours après cette publication les piétons de cette partie du cours de la Libération ont retrouvé la jouissance du trottoir. 

 

MALHERBE : G.NAMUR POSE DES PANNEAUX !

A Malherbe ou les brumisateurs sont en panne depuis 2 ans, Le Président de "Convivialité Malherbe", Mimoun M’Rad a alerté les élus, les médias à plusieurs reprises. Alain Carignon au Conseil Municipal a , il est vrai ironisé sur la question au moment où la municipalité décidait d’investir pour des brumisateurs à l’Alma. Le malheureux Gilles Namur (Verts/FI) montant au front pour chercher à défendre l’indéfendable et se perdant dans des explications verbeuses et contradictoires. Au final ça se termine par de couteux panneaux déposés à l’emplacement des brumisateurs . Comme la municipalité ne sait pas entretenir les équipements, elle met en cause les habitants pour les dresser les uns contre les autres. En résumé elle annonce que l’été étant passé elle propose de s’occuper du brumisateur pour l’hiver…

"Grenoble le Changement" a publié de nombreuses images des brumisateurs de Malherbe en panne depuis deux ans ici Alain Carignon et Nicolas Pinel entourant Mimoun M'Rad Président de "convivialité Malherbe "

LA FRICHE ALLIBERT : 6 MOIS POUR POSER UN CADENAS

Sur la friche ex Allibert devenue une décharge à ciel ouvert les images répétées de Grenoble, le Changement, nos vidéos et les interventions des élus de l’opposition au Conseil Municipal semblent avoir abouti à une fermeture du site depuis début septembre. Il était encore ouvert en août à tous les types de dépôts de déchets. Ainsi la municipalité phare de l’occident, avec un Maire bientôt Président de la République pour guider la nation avec son Adjoint à la fraîcheur auront mis environ 6 mois pour poser un cadenas à une barrière ! On est estomaqué par une telle efficacité et heureux d’y avoir contribué.

PLACE SAINTE CLAIRE : DÉPLACEMENT des ARCEAUX à VÉLO

Place Sainte Claire les élus de l'opposition s'étaient étonnés que la terrasse du café le Liban sur laquelle ils organisaient une rencontre avec les grenoblois était la seule qui ne pouvait pas s'étendre parce que les arceaux à vélos avaient été installés devant. Alors qu'un espace libre existait à coté. Photos, interpellation et le miracle s'est produit. 

 

BILAN de PIOLLE : UNE ANALYSE NUANCÉE du "DAUPHINÉ"

Que ces exemples modestes ne conduisent pas au relâchement mais au contraire incitent à poursuivre la mobilisation. En cette période de primaire ou Eric Piolle pérore, le rappel de ce qui se passe dans sa ville est un fort handicap. Le « Dauphiné «  s’est livré ces derniers jours à une analyse toute en nuance de son bilan de Maire depuis 7 ans.  Ève Moulinier, Isabelle calendre, Jean-Benoît Vigny, Denis Masliah et Clément Berthet qui ont passé les dossiers en revue, tout en épargnant Piolle de ce qui fâche vraiment (les affaires, la prétention insoutenable, le mépris des grenoblois)  ne pouvaient ni ne voulaient probablement être laudateurs.

INSÉCURITÉ : PIOLLE EXONÉRÉ DE SA RESPONSABILITÉ

Par  exemple, avec la délinquance  Denis Masliah se demande si « sous ses mandats, l’insécurité a-t-elle progressé à Grenoble ? » jugeant « les statistiques impénétrables » … Le DL lui-même a pourtant  livré les chiffres en 2018, à savoir que Grenoble était devenue la première grande ville pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants. Depuis cette date tout le monde peut constater de visu l’aggravation.

LA RESPONSABILITÉ MUNICIPALE DIRECTE JAMAIS ÉVOQUÉE

Et la responsabilité municipale (attributions de logements, densification, caméras, police non armée, absence de sanctions dans tout le secteur social dirigé par les élus… ) n’est évidemment jamais évoquée. Pourtant la question de savoir pourquoi la délinquance progresse tant dans les quartiers ou Eric Piolle puis Élisa Martin, comme Présidents d’Actis sont responsable du peuplement  mériterait d’être posée. Un rapport très fourni de la Cour des Comptes sur la politique de la ville met le doigt sur ce fléau.

 

SA GESTION EST LE BOULET DE SA CANDIDATURE

Mais globalement sa gestion est le boulet de sa candidature à la primaire et le peu de journalistes nationaux qui ont fait leur boulot en confrontant ses déclarations aux faits  -qui est normalement leur travail- ont abouti à des conclusions sanglantes comme on l’a vu dans le secteur culturel avec Frédéric Martel (France Culture).

Localement en tout cas les journalistes ne pouvaient être abusés car ils sont sur le terrain.  Seule une minorité militante -c’est son droit- fait tout ce qu’elle peut pour protéger Piolle. Ce n’est pas nous, engagés, qui allons la décrier, nous nous contentons de l’affronter avec respect sur le terrain des idées et des faits.

 

LES GRENOBLOIS PEUVENT CONTINUER à SAISIR NOTRE SITE

Nous appelons donc les grenoblois à continuer à saisir notre site, à nous adresser des photos, à s’appuyer sur les élus de l’opposition pour dénoncer les tartufferies municipales. Cette action citoyenne est le meilleur antidote à l’abandon de la ville, il est la meilleure pression sur la municipalité afin de l’amener à prendre en compte la réalité vécue par les grenoblois. Il arrive même que, ponctuellement ça marche. Toute amélioration même minime pour la ville est bonne à prendre.   

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *