ÉRIC PIOLLE OU L’OBSTRUCTION PERMANENTE

L'actualité de cette rentrée démontre encore une fois que la politique municipale d'Éric Piolle est une succession d'obstructions pour les grenoblois. La faute à des projets mal ficelés, imposés sans tenir compte des concernés. 

PLACE AUX ENFANTS : L'USINE À GAZ

Pour "place aux enfants", le prospectus fourni (tardivement) aux riverains indique les règles pour les "ayants droit", pour expliquer qui peut passer ou se garer dans la zone. Selon des règles toujours aussi complexes (18 cas !), comme la Municipalité en a le secret. 

Place aux enfants, la nouvelle usine à gaz municipale

Partout, les plaintes se multiplient : difficultés d'accès, incompréhension des syndicats de copropriétés, des habitants, des entreprises et commerces non informés, difficultés pour le ramassage des ordures ménagères... Tout ceci aurait pu être évité en préparant le projet avec ces acteurs en amont. 

INTERDIT AUX AYANTS DROIT...

Rue Aymon de Chissée (Ile Verte) par exemple, il y a un décalage entre l'intention et le réel, comme pour tous les projets Piollesque mal fichus.

L'extrémité nord de la rue a été totalement barrée aux véhicules par un rocher et 2 grands bacs à plantes. La rue devient donc inaccessible aux pompiers, aux camions poubelles, aux équipes de nettoyage des rues. On se demande également comment le chasse-neige déneigera la rue cet hiver. Merci qui ?

Rue Roger-Louis Lachat aussi, la place aux enfants engendre blocages et bazar généralisé

Encore plus étrange, malgré la présence du panneau "accès réservé aux ayants droit", la circulation s'en trouve interdite à tous les ayants droits eux-mêmes ! Cherchez l'erreur...

LES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE OUBLIÉES

Rue Pascal, pour empêcher les voitures de contourner l'interdiction en passant par le trottoir, un rocher barre le passage. Les personnes en fauteuil roulant, les poussettes, les personnes âgées apprécieront ce nouvel obstacle, énième fruit de l'absence de réflexion des cerveaux à l'origine du projet.

Rue Pascal, un rocher pour empêcher le passage...
PLACES AUX ENFANTS OU PISTES CYCLABLES ?

Autre aberration : les zones censées être "piétonnes" sont prises d'assaut par les trottinettes et les vélos, sans aucune verbalisation évidemment. Avec le risque qu'un jour un enfant soit heurté. Piolle invente une les "places aux enfants" avec vélos et trottinettes au milieu ! Vive la sécurité, laquelle sert pourtant de prétexte à ce projet.

Cyclistes et trottinettes ne se sentent pas concernés par l'interdiction...
LES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP LÉSÉS 

Les taxis n'ont pas obtenu de dérogation pour déposer les enfants en situation de handicap devant les écoles. Forcément, en l'absence de concertation aucun de nos brillants élus n'avait songé au problème. Pour se faire entendre, les taxis ont dû manifester devant la Mairie et bloquer le Boulevard Jean Pain. À Grenoble sous Piolle, bloquer la ville parait le seul moyen de se faire entendre. Contrairement aux annonces de Gilles Namur qui indiquait que l'arrêté interdisant l'accès aux taxis serait modifié, il n'en est rien. L'Adjoint est désavoué par la cabinet. Les taxis manifestent donc à nouveau jeudi parce qu'aucun de leur problème n'a été pris en compte . 

La manifestation des taxis pour se faire entendre : le Boulevard Jean Pain bloqué. Ils recommencent jeudi car les annonces de Gilles Namur ont été démenties par le cabinet du Maire 
PONT ESCLANGON : NOUVEAU BLOCAGE SANS RÉFLEXION

 

Les blocages se poursuivent avec la fermeture du pont Esclangon à la circulation... décidée par Eric Piolle et Yann Mongaburu sans consulter la Métro et la commune de Fontaine concernées ! Christophe Ferrari a même envoyé un huissier constater cette fermeture, rappelant que c'est  « une violation des dispositions réglementaires en vigueur, à savoir l'absence de concertation préalable du gestionnaire de voirie qu'est la Métropole ». 

Le pont Esclangon, dont le blocage se poursuit par décision unilatérale de Piolle

En plus de bloquer une nouvelle fois les grenoblois, le projet est inutile ! Le pont du Drac à une centaine de mètres permet le passage des piétons et mobilités douces. 

DES PROJETS MAL FICELÉS 

Les "places aux enfants" ou la fermeture d'Esclangon entravent la liberté de circuler et produisent de nombreux difficultés d'accessibilité, en plus d'imposer des détours aux voitures ce qui ne fera qu'accroitre la pollution de l'air. 

Eric Piolle a beau obstruer la circulation, Grenoble devient la première ville de France pour le nombre de jours de pollution en 2021

Les projets de Piolle aboutissent systématiquement à des crispations car ils sont dogmatiques, mal préparés, et reposent sur l'interdit. 

L'OBSTRUCTION COMME SEULE POLITIQUE

Depuis 7 ans Piolle pratique l'obstruction systématique. Il ferme ou bloque tout : bibliothèques, piscines, voies de circulation, sécurité (caméras hors d'usage), ou encore la démocratie avec des usines à gaz pour interpeller les élus, etc...

L'usine à gaz créée pour la "participation citoyenne" vise à bloquer l'expression des grenoblois

Même dans son projet pour la France, un tiers de ses propositions sont des interdits, fidèle à son modèle idéologique punitif. Avec Eric Piolle, où est le progrès?

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *